Pourriture de Neiglish : Différence entre versions

De La Bibliothèque Impériale
m
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
Bien que toute [[Maladie du Vieux Monde|maladie]] puisse guider les mortels vers les bras accueillants du [[Nurgle|Seigneur de la Déchéance]], la '''Pourriture de Neiglish''' (ou encore appelée ''"Pourriture de Nurgle"'') reste la plus efficace. À vrai dire, Nurgle n'a jamais réussi à créer une maladie surpassant cette dernière, en dépit de millénaires d'efforts. Cette maladie virulente ravage l'organisme et est la plus contagieuse, la plus insidieuse maladie qui soit, toutes catégories confondues : les autorités impériales n'hésitent généralement pas à passer un village entier au fil de l'épée et au feu au moindre soupçon d'une possible souche de Pourriture, c'est dire si la maladie provoque la peur. Les symptômes varient très largement, de ce fait aucun médecin n'a jamais vraiment pu élaborer un traitement efficace. Néanmoins, elle comprend tous les éléments des pestes classiques ayant ravagé le monde. Des bubons douloureux viennent crever les tissus les plus mous et s'accompagnent toujours d'une fièvre intense. De nombreux malades sombrent dans la folie ou se suicident pour éviter de connaître les pires effets de l'épidémie. La Pourriture de Neiglish tue lentement, prenant parfois des semaines pour consumer ses victimes. La maladie s'accompagne aussi de l'apparition systématique d'une ou plusieurs mutations, si bien que même les victimes qui surmontent la maladie peuvent s'attendre à mourir dans les flammes des [[Répurgateur]]s.
+
Bien que toute [[Maladies du Vieux Monde|maladie]] puisse guider les mortels vers les bras accueillants du [[Nurgle|Seigneur de la Déchéance]], la '''Pourriture de Neiglish''' (ou encore appelée ''"Pourriture de Nurgle"'') reste la plus efficace. À vrai dire, Nurgle n'a jamais réussi à créer une maladie surpassant cette dernière, en dépit de millénaires d'efforts. Cette maladie virulente ravage l'organisme et est la plus contagieuse, la plus insidieuse maladie qui soit, toutes catégories confondues : les autorités impériales n'hésitent généralement pas à passer un village entier au fil de l'épée et au feu au moindre soupçon d'une possible souche de Pourriture, c'est dire si la maladie provoque la peur. Les symptômes varient très largement, de ce fait aucun médecin n'a jamais vraiment pu élaborer un traitement efficace. Néanmoins, elle comprend tous les éléments des pestes classiques ayant ravagé le monde. Des bubons douloureux viennent crever les tissus les plus mous et s'accompagnent toujours d'une fièvre intense. De nombreux malades sombrent dans la folie ou se suicident pour éviter de connaître les pires effets de l'épidémie. La Pourriture de Neiglish tue lentement, prenant parfois des semaines pour consumer ses victimes. La maladie s'accompagne aussi de l'apparition systématique d'une ou plusieurs mutations, si bien que même les victimes qui surmontent la maladie peuvent s'attendre à mourir dans les flammes des [[Répurgateur]]s.
  
 
Mais le pire n'arrive qu'à la mort du malheureux : les effets de la maladie ne s'arrête pas au décès mais continuent jusqu'à attaquer l'âme du malade ; ainsi, tout âme de mortel mourant de la Pourriture de Nurgle se verra transformée en un hideux [[Démon]] de Nurgle, le [[Porte-Peste]].
 
Mais le pire n'arrive qu'à la mort du malheureux : les effets de la maladie ne s'arrête pas au décès mais continuent jusqu'à attaquer l'âme du malade ; ainsi, tout âme de mortel mourant de la Pourriture de Nurgle se verra transformée en un hideux [[Démon]] de Nurgle, le [[Porte-Peste]].

Version actuelle datée du 13 juin 2019 à 17:21

Bien que toute maladie puisse guider les mortels vers les bras accueillants du Seigneur de la Déchéance, la Pourriture de Neiglish (ou encore appelée "Pourriture de Nurgle") reste la plus efficace. À vrai dire, Nurgle n'a jamais réussi à créer une maladie surpassant cette dernière, en dépit de millénaires d'efforts. Cette maladie virulente ravage l'organisme et est la plus contagieuse, la plus insidieuse maladie qui soit, toutes catégories confondues : les autorités impériales n'hésitent généralement pas à passer un village entier au fil de l'épée et au feu au moindre soupçon d'une possible souche de Pourriture, c'est dire si la maladie provoque la peur. Les symptômes varient très largement, de ce fait aucun médecin n'a jamais vraiment pu élaborer un traitement efficace. Néanmoins, elle comprend tous les éléments des pestes classiques ayant ravagé le monde. Des bubons douloureux viennent crever les tissus les plus mous et s'accompagnent toujours d'une fièvre intense. De nombreux malades sombrent dans la folie ou se suicident pour éviter de connaître les pires effets de l'épidémie. La Pourriture de Neiglish tue lentement, prenant parfois des semaines pour consumer ses victimes. La maladie s'accompagne aussi de l'apparition systématique d'une ou plusieurs mutations, si bien que même les victimes qui surmontent la maladie peuvent s'attendre à mourir dans les flammes des Répurgateurs.

Mais le pire n'arrive qu'à la mort du malheureux : les effets de la maladie ne s'arrête pas au décès mais continuent jusqu'à attaquer l'âme du malade ; ainsi, tout âme de mortel mourant de la Pourriture de Nurgle se verra transformée en un hideux Démon de Nurgle, le Porte-Peste.

Cette maladie se transmet par contact. Il suffit qu'un individu infecté touche une personne saine pour transmettre l'épidémie. Il arrive parfois que la maladie apparaisse spontanément, mais on peut par ailleurs l'attraper de diverses manières, notamment en étant frappé par un champion de Nurgle infecté, en marchant dans une flaque aqueuse laissée par un Grand Immonde ou en touchant une tête de mort de Nurgle. Par bonheur, il est rare d'être ainsi exposé à l'affection.

La légende veut que, pour chaque personne qui contracte la Pourriture de Nurgle, une graine grosse comme un chou pourri apparaissent sur les arbres malades du Jardin de Nurgle, dans son domaine au sein des Royaumes du Chaos. La graine va alors se développer au fur et à mesure que le malade avance dans sa souffrance, semblant se gorger de ses douleurs et de son vain combat. Lorsque la victime expire dans un désordre de glaires sanglantes, les traces finales de son âme sont aspirés dans le fruit engorgé, ce dernier éclatant alors dans une gerbe de chairs mûres et donnant naissance à un Porte-Peste "en chair et en os".

Sources

  • Warhammer JdR V2 - Le Tome de la Corruption
  • Warhammer RPG V3 - Liber Infectus (traduit de l'anglais par Medenor)