Tueur

De La Bibliothèque Impériale
« C’est ici même que Brugi est mort, l’arme à la main, en affrontant le Chef de Guerre Orque Gorog la Brute. Brugi a ainsi racheté son honneur en accomplissant son serment de mourir au combat. » Le Martelier Nain inclina la tête et adressa une prière à Grimnir pour ce Tueur courageux.
« Alors c’était un Tueur d’Orque ? » demanda un des miliciens de l’Empire aux coté du Nain.
« Et bien, je suppose qu’on peut dire ça, oui. Brugi a entraîné le chef Orque avec lui dans sa chute et ils sont morts tout les deux. »
« Bon, mais il y a quelque chose que je ne comprend pas. J’ai entendu dire que les Tueurs qui gagnent tout leurs combats sont sans cesse à la recherche d’ennemi encore plus fort à affronter. C’est comme s’ils cherchaient à grimper dans la hiérarchie, en passant de Tueur de Trolls à Tueur de Géants puis à Tueur de Vampire et ainsi de suite. »
Le Nain écouta patiemment le paysan avant de répondre : « Ouais, on peut voir les choses comme ça. Si jamais tu rencontres un Tueur de Géants, tu peut être sur qu’il à déjà de nombreux combats derrière lui et qu’ils les a tous gagnés. »
« Bon. » dit le milicien, « Jusqu’ici, c’est clair. Mais si l’objectif d’un Tueur est de mourir au combat, alors ceux qui ne font que gagner et atteignent un rang très élevé, comme Tueur de Démons ou je ne sais quoi… heu… ce sont pas un peu des ratés ? »
Le Nain leva un sourcil et se tourna lentement vers le milicien : « Comme tu es venu ici pour nous aider à combattre les Peaux-Vertes, je vais te donner un bon conseil, petit… Si jamais tu te trouves en compagnie d’un Tueur et si tu tiens à la vie, ne t’avise surtout pas de répéter ça ! »


La rédemption ne peut venir que d’une mort héroïque dans une situation perdue d’avance.
Les Nains sont des individus très fiers qui ont du mal à assumer l’échec ou la perte d’un proche. Après une tragédie personnelle, un Nain est souvent inconsolable. Le massacre des siens, le vol de son trésor ou l’incapacité de tenir sa parole peuvent sérieusement perturber sa santé mentale. Quelle que sois la cause, la seule pénitence possible est la mort, mais les Nains sont des être très pragmatiques qui considèrent le suicide - même si l’arme est un Orque plutôt qu’un couteau ou une corde - comme un gâchis. Laissant derrière lui sa forteresse natale, son clan et ses amis, l’exilé s’enfonce dans les étendues sauvages et, tout en méditant sur la misère de l’existence Naine, il recherche délibérément la mort en traquant et combattant des créatures toujours plus monstrueuses. Si les Trolls constituent leur gibier de prédilection, ils n’évitent jamais le combat avec d’autres adversaires et cherchent activement les affrontements à sept contre un au moins.

Ces Nains désespérés sont appelés des Tueurs et constituent une caste à part dans la société Naine. Ils couvrent leur corps de tatouages rituels où s’entremêle la rune de Grimnir, teignent leurs cheveux en orange vif et les dressent sur leur tête à l’aide de graisse de porc. À l’exception d’une arme (généralement une hache), toutes les possessions antérieures du Tueur sont distribués à ceux auxquels il a fait du tort ou, si les circonstances de sa disgrâce ne désignent pas de victime clairement identifiable, réparties entre les membres de sa famille comme s’il était mort de manière inattendue. Son nom est rayé des chroniques de son clan et de sa guilde, et il n’a plus le droit d’utiliser son nom de famille. Laconiques et taciturnes, ils parlent peu d’eux-même, et surtout pas de l’événement qui les a obligé à prendre le Serment des Tueurs : interroger un Tueur sur les circonstances de sa disgrâce entraîne souvent une mort rapide et violente, la plupart d’entre eux adoptent même un nouveau nom, afin de prendre encore plus de distance avec leur passé.

Leur quotidien est fait de violence, comme l’attestent avec éloquence leurs horribles cicatrices résultants de confrontations avec des Trolls, des Géants et d’autres créature effrayantes. Nombreux sont ceux à obtenir rapidement le repos auxquels ils aspirent, mais d’autres, plus malchanceux, survivent aux défis mortels qu’ils se lancent, parce qu’ils sont plus forts ou plus rapides. Ce processus de sélection élimine vite les moins talentueux, si bien que les Tueurs que l’on rencontre sont souvent particulièrement résistants et violents au combat.

Les Tueurs souffrent régulièrement de crises de dépression, qui se manifestent par des excès d’alimentation, de jeûne, de consommation d’alcool et d’autres stimulants. Ceux qui ont un tempérament plus extraverti passent aussi beaucoup de temps à se vanter de leurs exploits et à montrer leurs cicatrices. Ils arborent fièrement les bijoux exotiques, boucles d’oreilles, anneaux dans le nez ou autre, arrachés aux cadavres de leurs ennemis.

Les Nains ont une attitude ambiguë envers les Tueurs. D’un côté, ce sont des bannis dont la parole et la vie n’ont plus de valeur, ce qui inspire le mépris. Dans le même temps, leur férocité terrifiante et leur bravoure suicidaire suscitent le respect de cette race de guerriers. Certains les considèrent avec compassion, car l’honneur d’un Nain est une chose précieuse et fragile, et n’importe qui peut se retrouver dans cette situation, par faiblesse ou malchance. Ce sont cependant des maniaques meurtriers qui, au mieux, ont du mal à se contrôler, et la plupart des Nains préfèrent les voir aller chasser les Orques que rester dans leur communauté.

De leur côté, les Tueurs préfèrent éviter les autres Nains, car cela leur rappelle inévitablement ce qu’ils ont perdu. Les aventuriers Nains et les Tueurs ont des relations empreintes d’une formalité inconfortable et ne voyagent ensembles que s’ils sont accompagnés d’humains qui s’intercalent entre eux. Dans les rares occasions où un Tueur est contraint de rester avec un groupe de Nain, il accepte la volonté des Dieux Ancestraux, mais sa pénitence n’en est que plus amère.

Les novices se rassemblent parfois autour d’un pair plus expérimenté afin d’apprendre l’art de pourfendre les monstres. En effet, ces Nains psychopathes passent le plus clair de leur temps à parfaire leurs talents martiaux, car bien qu’ils recherchent la mort, cette dernière se doit d’être honorable et obtenue de haute lutte. Les Tueurs se jettent toujours dans la mêlée avec la volonté de vaincre et une brutalité inouïe, ne se souciant nullement de se défendre et se concentrant uniquement sur l’attaque.

Bien que les Tueurs recherchent inlassablement un ennemi supérieur et une mort héroïque, certains ont la malchance - à leurs yeux - de survivre. Ils pensent que les Dieux Ancestraux ont décrété que leur honte ne pouvait être aussi facilement effacée. Ces Tueurs s’intéressent à des proies de plus en plus importantes, de plus en plus dangereuses, mais ces Nains déracinés ne ratent aucune occasion de laver leur honneur fréquentent les marais, les montagnes, les forêts et autres régions sauvages et isolées, tous les endroits où l’on peut rencontrer des créatures aussi terrifiantes que mortelles. Le fait de voir sans cesse s’échapper la mort qui rachètera leur faute fragilise encore plus leur santé mentale. Ces Tueurs qui ne parviennent pas à mourir au combat, d’autant qu’ils deviennent de plus en plus redoutables à chaque victoire remportée, sont nommés Tueurs de Dragons ou Tueurs de Démons.

Sources

  • Livre d’Armée des Nains, V7
  • Livre d’Armée des Nains, V8
  • Warhammer JdR - Nains, Pierres et Aciers