Tsarine Katarina

De La Bibliothèque Impériale

Ceux qui gouvernent le Kislev sont des personnages puissants qui descendent de la lignée de rois guerriers et de reines-khans des Gospodars. En première ligne des guerres contre le Chaos, ils dirigent une terre qui doit toujours se tenir prête à affronter les forces des tribus nordiques et leurs terribles dieux. Depuis la forteresse glaciale de sa capitale, la Tsarine Katarina gouverne son pays avec une majesté distante qui lui a valu le surnom de « Reine de Glace ». Fille du fougueux et charismatique Tsar Boris, elle a accédé au trône en 2517 CI, à la suite de la mort de son père au combat, alors qu’il guidait une armée au nord de la Lynsk, vers le Pays des Trolls. Elle est la dernière d’une longue lignée de Tsarines héritières des reines-khans des Gospodars d’antan, ce puissant clan qui migra vers l’ouest des siècles plus tôt pour devenir la peuplade dominante de ce qui allait devenir la nation du Kislev.

Grande sorcière, on dit que ses pouvoirs lui viennent directement de la terre de son pays, dont l’âme glaciale et la morne toundra lui permettent de contrôler les éléments et de maîtriser cette forme occulte que l’on appelle Magie de Glace. Certains chuchotent même qu’elle serait la réincarnation de Miska, la toute première reine-khan, tellement son emprise sur cette dangereuse branche de sorcellerie est totale. Lors de son avènement, on raconte que le palais Bokha a spontanément développé une nouvelle aile de plusieurs centaines de mètres de long, entièrement en glace étincelante. Cette merveilleuse création serait totalement inaccessible à tout individu, à l’exception des plus puissants mages de glace, et c’est ici que Katarina passe le plus clair de son temps, où elle accorde des audiences dans une immense salle de gelée blanche tissée par magie. Certains pensent qu’elle aime tout simplement le frisson que lui procurent ces galeries de givre, mais d’autres avancent qu’elle cherche par là à afficher sa puissance, ne serait-ce que pour dissuader les ennemis potentiels et impressionner les ambassadeurs étrangers.

Alors que le Tsar Bokha, au courage et à l’autorité légendaires, était de ceux qui préfèrent mener leurs troupes en tête, la Tsarine se montre distante et en apparence peu impliquée, en accord avec ses pouvoirs glaciaux. C’est par ses agents et ses généraux qu’elle agit. Il faut attendre une situation désespérée pour la voir rejoindre ses armées (que l’on appelle pulks au Kislev). Dans ce cas, on la voit se présenter sur une puissante monture dont les flancs chatoient de cristaux de glace et dont l’haleine est tel le vent d’hiver, à moins qu’elle soit ancrée sur un traîneau blindé, tiré par un attelage de ces mêmes bêtes. La Tsarine porte une redoutable lame de guerre connue sous le nom de Froide Terreur, dont on dit qu’elle fut forgée par la reine-khan Miska et dont le froid intense peut tuer d’une simple égratignure. Cette arme s’est transmise de Tsarine en Tsarine au fil des âges, sachant que ces femmes sont les seules à pouvoir la manier. Si un homme tentait de la soulever, il se retrouverait congelé dans la seconde.

Lorsque, fait rarissime, elle mène ses armées au combat, le dévouement dont jouit Katarina est sans commune mesure avec ce qu’on pourrait attendre d’un dirigeant aussi marmoréen. Son pouvoir sur les éléments est la preuve irréfutable que le sang des reines-khans coule dans ses veines, et les Ungols du nord la craignent et la respectent comme l’une des sorcières de guerre de leurs mythes les plus anciens.

Avant la Tempête du Chaos, Katarina était distante, passant le plus clair de son temps dans son palais de glace. Ceux de ses sujets qui l’avaient vue en personne étaient très peu nombreux. Cet isolement correspondait en partie à une inclination personnelle, mais aussi à un effort visant à cultiver une image surnaturelle. Mais la guerre est arrivée et elle a personnellement mené les troupes kislevites, joignant sa maîtrise de la magie de glace à la lutte contre les Puissances de la Déchéance. Au fil des batailles, elle s’est aperçue que son soutien entraînait une véritable loyauté, la soustrayant à l’influence de la noblesse locale. Même quand un Boyard combattait à ses côtés, la Tchékiste lui rapportait que la population avait tendance à considérer que c’était la Tsarine qui la protégeait contre les Norses. Elle choisit donc de modifier son approche.

La Tsarine a créé une armée, composée de Kossars, de Cavaliers Ailés et de quelques-uns des meilleurs Archers Montés de la nation. L’été, elle la mène au nord et à l’est, vers les régions du Kislev les plus menacées par les pillards. C’est là que les archers traquent les bandes ennemies et que la Reine de Glace guide son armée pour protéger les Stanitsy locales. La Tsarine fait appliquer les règles de la cour où qu’elle se rende et prend bien soin de démontrer toute la puissance de sa magie à chaque bataille. Cette politique est nouvelle, mais elle semble porter ses fruits. Tordimir Lubovasyn, l'actuel commandant de la Légion du Griffon, accepte apparemment qu’une partie de ses hommes serve directement la Tsarine et les rotas des Stanitsy protégées se joignent souvent à cette campagne de leur plein gré.

Le principal souci de cette approche et qu’elle oblige Katarina à mettre les questions gouvernementales de côté pendant plusieurs semaines d’affilée. Militsa Skvortskova, sa chancelière est tout à fait compétence et apparemment loyale, mais la Tsarine n’est pas pleinement satisfaite. On raconte qu’elle fait appel aux services de parfaits étrangers pour surveiller que tous ses serviteurs lui restent fidèles, y compris les Tchékistes.

Tsarine Katarina.jpg

Source

  • Warhammer JdR- La Reine des Glaces