Tisseur de Charmes

De La Bibliothèque Impériale

Les Elfes sont d’essence magique. Chez la plupart des individus, ce talent demeure latent et se manifeste par des pressentiments occasionnels, mais chez les Elfes vraiment doués, il peut devenir un instrument très puissant. Un tel don ne va pas sans dangers, car la magie brute peut se révéler destructrice lorsqu’on la manipule sans précaution. Les Hauts Elfes de la Tour Blanche de Hœth se prémunissent contre ces risques à l'aide de rituels et de cérémonies, la discipline qu'ils s'imposent leur permettant de maîtriser la bête qui dort en eux. Les Elfes Sylvains bénéficient quant à eux d'une protection d'une tout autre origine : Athel Loren. En effet, l'âme de la forêt sert à la fois de matrice et de bouclier aux Tisseurs de Charmes, qui en tirent l'essentiel de leurs pouvoirs.

Du fait de ce lien, les mages Asrai entretiennent une relation tout à fait unique avec Athel Loren. Par certains aspects, ils sont une partie intégrante de la forêt, à la manière des Dryades, des Hommes-Arbres et des Farfadets, mais ils gardent en même temps une individualité qui fait défaut aux esprits des bois. Ce lien leur permet de communier avec la forêt, et aux Elfes Sylvains de communiquer avec elle par l’intermédiaire du sorcier, chose qui leur serait autrement impossible. Ce mages se servent de leur pouvoirs pour refaçonner la forêt elle-même, en modifiant la croissance d’un arbre ou, de manière plus spectaculaire, en redessinant les sentiers qui la traversent pour perdre l’ennemi ou faciliter la progression des Elfes. Cependant, la forêt refuse souvent ce genre de manipulations et doit être persuadée - ou bernée - pour obéir, et il n'est pas rare qu'elle s'oppose à ses requêtes. Comme il est de coutume chez les Elfes Sylvains, les sorciers peuvent être aussi bien des hommes que des femmes, bien que ces dernières, appelées Demoiselles d’Ariel, aient généralement de plus grands pouvoirs que leurs homologues masculins grâce au lien unique que leur reine entretient avec Athel Loren.

La capacité a commander et guider la forêt provoque l'envie d'autres créatures. Bien que les esprits de la forêt bannis dans les Bois Sauvages n'aient que dédain pour les Asrai, ils jalousent le don des Chanteurs d'Arbres et tentent à la moindre occasion de les soumettre à leur volonté. Il est heureusement rare pour un sorcier Elfe sylvain de tomber sous l'influence de ces êtres malveillants, mais ce danger reste omniprésent, c'est pourquoi les sorciers des Asrai doivent constamment repousser des murmures tentateurs, particulièrement au cours de l'hiver, lorsque le sombre pouvoir des Bois Sauvages est à son apogée.

En ces rares occasions où les Asrai conversent avec les autres races, ce sont invariablement des mages qui assurent les tâches diplomatiques, en se rendant avec une suite restreinte dans les cours des rois étrangers. Afin d’éviter les dangers inhérents à ces voyages, les mages se focalisent sur des sorts de protection, et se transportent, ainsi que leurs suivants, au-delà du royaume matériel. De tels groupes apparaissent souvent sous la forme de silhouettes translucides qui traversent les obstacles physiques, donnant naissance à d'innombrables légendes paysannes de fantômes voyageurs rôdant aux abords d’Athel Loren.

Comme les mages Asrai ont une discipline magique épurée à la fois des contraintes morales des Asur et des biais sadiques des Druchii, ils sont capables de pratiquer et la Haute Magie et la Magie Noire. La première est un héritage de leurs ancêtres venus de l’île-continent, la seconde est une conséquence persistante de la conduite d’Ariel pendant la Saison de la Vengeance. Malgré les efforts de la Reine-Magicienne, chacune des générations d’Asrai qui ont suivi a porté une poignée de mages prédisposés à la voie périlleuse de la Magie Noire. Jusqu’ici, aucun d’eux n’a succombé à la même folie qui s’empara d’Ariel des siècles plus tôt, mais l’avenir reste incertain en ce domaine. Dans l’intervalle, Athel Loren ne peut se permettre de négliger une telle ressource.

C’est ainsi que les mages se rendent parfois à la bataille en duos composés d’un "Haut Tisseur" et un "Tisseur d'Ombres". Alors que le Tisseur d'Ombres déchaîne des tempêtes de sorcellerie flétrissant les chairs, le Haut Tisseur use de la Haute Magie pour soutenir leurs alliés. Ce dernier assume un autre rôle : si le Tisseur d'Ombres montre des signes d’abandon à la Destruction, le Haut Tisseur draine les Vents de Magie, tarissant l’afflux d’énergie corruptrice et contenant ainsi la folie naissante de son double, du moins, pour un temps…

Sources

  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V6
  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V8