Stégadon

De La Bibliothèque Impériale
Le Stégadon est un monstre immense transportant des servants Skinks dans un howdah accroché à son dos, mais la véritable force de la créature réside dans sa charge lorsqu’elle écrase les ennemis des Hommes-Lézards.
Les jungles de Lustrie abritent divers énormes reptiles primitifs qui vivent là depuis bien avant l’arrivée des Anciens. Les Stégadons font partie des plus grandes et des plus agressives de ces créatures. Ils se nourrissent de la végétation luxuriante et leurs mâchoires en forme de bec peuvent mâcher les troncs des immenses arbres de la forêt ou briser des noix aussi dures que la pierre. Ils utilisent leurs cornes pour déraciner des arbres avant de les dévorer et peuvent plonger dans les marais profonds, protégés par leur peau écailleuse contre les crocodiles et les piranhas géants.

Leur tête cornue est protégée par une crête osseuse et dotée de longues cornes, et tout leur corps est recouvert de plaques et d’excroissances pointues. Si on ajoute à cela leur lourde queue souvent terminée par une sorte de massue naturelle, qu’ils agitent furieusement avec un effet dévastateur, on comprend que les prédateurs ne se bousculent pas pour les chasser. Les Stégadons se nourrissent de tout ce qui leur tombe à portée de gueule, depuis la végétation luxuriante à la chair de toute créature assez folle pour se dresser devant eux. Ces béhémoths font partie des créatures les plus grosses à arpenter les jungles de Lustrie et doivent ingurgiter des quantités de nourriture phénoménales, et les plus gros spécimens deviennent si lourds que leur simple poids suffit à fendre la roche sous leur pattes. Les Stégadons sont des animaux territoriaux et très agressifs, et chargeront toute créature s’approchant de trop près. Les autres habitants de la jungle gardent leur distance par peur d’être piétinés à mort. Même la végétation semble s’ouvrir à leur passage, les arbres sont renversés ou même brisés sur pied. On raconte que le seul animal que redoute le Stégadon est le massif Lézard-Tonnerre, et encore, à condition que ce dernier ne soit pas un vieux mâle irrité par la présence d’un rival susceptible de lui ravir sa nourriture, car une charge décidée de Stégadon peut lui faire entendre raison à lui aussi. Les pattes courtes mais musclées d’un Stégadon lui permettent d’atteindre une vitesse respectable lorsqu’il est lancé au galop, et lors de l’impact, sa masse, sa crête et ses cornes ont des effets dévastateurs. Les créatures qui ne sont pas tuées sur le coup finissent piétinées ou empalées sur une des pointes osseuses de l’animal. Comme les prédateurs ont appris à se tenir à l’écart de ces créatures, elles utilisent leurs armes naturelles pour s’affronter furieusement entre elles au milieu des troncs d’arbres renversés, parfois pendant plusieurs jours.

Les Hommes-Lézards utilisent le Stégadon pour tous les travaux de force, qu’il s’agisse de dégager un carré de jungle ou pour tirer les énormes blocs de pierre dont sont constitués les temples. Ils sont conduits par des équipages de Skinks qui passent leur vie entière juchés sur le dos du mastodonte. Les Stégadons sont très protecteurs vis-à-vis de ces Skinks qu’ils connaissent depuis leur naissance. Il ne fallut pas longtemps avant qu’ils ne les utilisent au combat, transportant dans d’énormes howdahs de bronze et de pierre des équipages de Skinks armés jusqu’aux dents. Ils ont depuis maintes fois prouvé leur utilité comme béliers vivants, ouvrant de larges et sanglantes tranchées dans les rangs de l’ennemi, et présentent l’avantage de pouvoir accompagner les armées en marche sur de longues distances. Depuis le point d’observation avantageux qu’est le howdah, les Skinks peuvent faire pleuvoir des javelots empoisonnés ou mettre en œuvre cet arc géant qu’ils appellent « La Malédiction de Sotek ». Les Skinks peuvent aménager le howdah afin d’augmenter l’efficacité du Stégadon, notamment en y accrochant des défenses ou des pieux effilés. Certains fabriquent même d’énormes masques qui sont ensuite attaché entre les cornes de l’animal. La puissance physique de la créature peut également être exploitée au combat, leurs charges sont effrayantes et les Stégadons sont une vision terrifiante sur un champ de bataille. Ils sont capables de réduire l’ennemi en bouillie et d’éparpiller les survivants.

Stégadon Ancestral

Les individus les plus âgés sont encore plus gros et sont munis de cornes impressionnantes dont les extrémités sont décorées par les Skinks d’embouts de métal effilés. Leur peau est invariablement plus épaisse et leur queue plus lourde. Ce sont les plus puissants de tous les Stégadons et leur caractère irascible s’est quelque peu assagi, ainsi ils avancent inexorablement au combat alors que leur congénères plus jeunes tendent à charger à l’aveuglette. Les howdah montés sur leur dos sont équipés de sarbacanes géantes capables de projeter des grêles de fléchettes. Les projectiles empoissonnés s’éparpillent dans les airs en un éventail de mort dont seul l’ennemi le plus chanceux pourra se sortir vivant. Les Skinks nomment cette arme redoutable « Le Dard de Sotek ».

Le caractère ombrageux des Stégadons tend à se calmer avec l’âge et les plus vieux d’entre eux accepteront plus facilement un nouvel équipage. Ils ont en effet une espérance de vie qui dépasse largement celle des Skinks, et un seul d’entre eux peut survivre à plusieurs de leurs générations successives. Chaque nouvelle équipe honore l’animal, et les plus âgés sont même révérés. Certains équipages équipent le flanc de leur animal de plaques d’or ou de bronze martelé recouvertes de glyphes, plus pour souligner le statut privilégié de la bête que pour lui apporter une protection supplémentaire lors des combats. Il arrive aussi que les Skinks confectionnent des chanfreins, des anneaux, voire des pointes métalliques destinées à recouvrir les proéminences osseuses d’un Stégadon.

Les plus révérés des Stégadons sont supposés disposer de la force physique et du caractère nécessaires pour porter sur leur dos l’artefact aussi précieux et archaïque qu’est la Machine des Dieux. Si les Hommes-Lézards connaissaient jadis le principe de fonctionnement de ces engins mystiques, ils l’ont oublié depuis longtemps, mais les incantations des Prêtres Skinks peuvent altérer les flots de magie et les transformer en de redoutables machines de guerre sur le champ de bataille. Une Machine des Dieux recèle des pouvoirs ésotériques capables de protéger les Hommes-Lézards à proximité ou de projeter des rayons incandescents sur l’ennemi. Elle peut aussi canaliser les Vents de Magie afin de faciliter l’invocation de sortilèges. Il n’en existe plus que quelques-unes, dissimulées dans les Cités-Temples, d’où elles ne sont sorties que fort rarement. Lorsque c’est le cas, elles servent souvent de chaire à des Prêtres Skinks de haut rang.

Le premier à en utiliser une au combat fut Tehenhauin, le prophète de Sotek. Au plus fort du siège de Quetza, Tehenhauin mena ses disciples dans la jungle et en revint trois jours plus tard. Ses guerriers et lui chevauchaient plusieurs Stégadons ancestraux portant sur leur dos des Machines des Dieux. Depuis cet événement, ces mystérieux appareillages n’ont été utilisé qu’en temps de grand péril, car chacun est une pièce inestimable, des vecteurs de la puissance des Anciens, et leur perte pourrait bien réduire à néant tout espoir de voir un jour le Grand Dessein être mené à son terme.

Sources

  • Livre d’Armée des Hommes-Lézards, V5
  • Livre d’Armée des Hommes-Lézards, V7
  • Livre d’Armée des Hommes-Lézards, V8