Possession

De La Bibliothèque Impériale
« Tout ce qui vit est, à un niveau ou un autre, un tabernacle pour les énergies pures de la magie, et chaque créature mortelle est autant un réceptacle pour la sorcellerie qu’elle en est un générateur. Plus grandes sont les réponses émotives, l’intelligence et la créativité d’une espèce, plus intenses seront les effets qu’elle aura sur le flux et le reflux de cette énergie et plus proche elle sera de son influence. Puisque les formes intelligentes de vie ont les liens les plus forts avec la magie, les enveloppes corporelles des êtres doués de conscience ont la capacité de mieux servir les dessins et la puissance des entités démoniaques que les formes plus simples, comme les plantes et le bétail. »
- Le Mallacarium maléfique


La possession est la préhension d’une forme physique par un organisme externe. Les sorciers de village et les chamans touchent parfois à la Nécromancie pour invoquer les esprits des morts ou, pire encore, pour permettre à ces êtres désincarnés d’occuper leur corps pour pouvoir canaliser les pensées et les souhaits des défunts avec leurs bien-aimés encore vivants. Ces actes sont toujours voués au désastre. Pourquoi ? Parce qu’il existe un ordre naturel des choses : quand un mortel passe de vie à trépas, son esprit est libéré dans le royaume de Morr. Les spirites et les Nécromanciens bouleversent cet ordre pour manipuler des forces qu’il vaut mieux laisser tranquilles. S’il leur arrive de pouvoir effectivement communiquer avec les morts, ils se retrouvent plus souvent à avoir affaire à quelque chose de bien moins réjouissant et d’infiniment plus dangereux : un Démon.

Possession Involontaire

Certains mortels naissent avec un lien plus marqué que d’autres avec le surnaturel. La plupart sont identifiés par les Collèges de Magie et sélectionnés comme apprentis. Quelques-uns découvrent leurs talents, qu’ils développent à l’aveuglette, en expérimentant arbitrairement. Mais il reste une troisième catégorie, qui passe sa vie sans connaître le potentiel qu’elle renferme, les pouvoirs qu’elle pourrait contrôler si elle était correctement formée. Ce sont ces hommes et ces femmes que cherchent les Démons.

Les entités démoniaques s’intéressent à eux en raison de leur affinité latente avec la magie. Il peut s’agir de sujets capables de percer le voile de la réalité et de voir des fantômes. Ou d’individus sensibles quand souffle un Vent particulièrement fort ou quand se manifeste la magie. Dans tous les cas, ce lien inconscient permet au Démon de pénétrer les barrières naturelles et de se glisser dans la conscience de la personne. Bien entendu, ceux qui sont possédés malgré eux ne sont pas tous choisis par les Démons. Certains sont les victimes sacrificielles de Magus cherchant à séquestrer un esprit récalcitrant. D’autres sont des sorciers qui, à la suite d’une mauvaise manipulation des énergies magiques, sont brièvement possédés par un Démon ; une expérience des plus dérangeante. Les résultats sont cependant souvent les mêmes.

Quels Démons possèdent ?

Tous les démons sont théoriquement en mesure de posséder un mortel. La plupart ne s’y intéressent pas, car ils trouvent bien plus divertissant de tuer. Certains, néanmoins, comme les Princes Démons et probablement les Démonettes, chercheront activement à posséder un corps de mortel. La seule contrainte pour eux est de devoir se désincarner. Il faut donc que le démon soit invoqué dans un hôte, qu’il occupe une arme démoniaque et décide d’en posséder le porteur, qu’il soit une récompense du Chaos, ou qu’il tente la possession dans les minutes qui suivent sa destruction avant d’avoir rejoint les Royaumes du Chaos du fait de son instabilité.

Il faut cependant ajouter que, possession aboutie ou non, la personne demeure totalement inconscient de ce qui vient de lui arriver et s’avère au départ incapable de trouver une explication rationnelle à ses soudains changements de comportement. Une fois à l’intérieur, le Démon commence sa lutte quotidienne pour prendre le contrôle de l’esprit et du corps de son hôte. Les Démons qui s’insinuent dans un réceptacle ne révèlent jamais leur présence dès le départ. S’ils commettaient cette erreur, le sujet pourrait les rejeter, à un moment où il est encore assez fort pour expulser l’intrus de son corps. Au lieu de cela, le Démon s’infiltre tel un ver dans l’inconscient, avant de corrompre progressivement l’esprit et les actes de son hôte, au fil des mois. Il est ainsi plus difficile de détecter un Démon car les symptômes de la possession se manifestent lentement. À certains moments, l’hôte peut se rendre compte que sa tête n’est pas le siège des pensées d’un seul être. En général, la santé mentale de la victime en pâtit, ce qui fait sauter les derniers obstacles qui empêchaient le Démon de prendre le contrôle total de son corps. L’entité démoniaque prend son temps, disséquant allègrement les pensées et les souvenirs, jusqu’à pouvoir dévorer la conscience de son hôte.

Possession Volontaire

Guerrier du Chaos transformé en Démon Exalté
Outre les possessions occasionnelles et fortuites, il y a les individus qui invitent eux-mêmes les entités à résider en eux. C’est un pacte tentant, car ces Démons Exalté, comme sont appelées de telles créatures, sont excessivement puissant, associant le pouvoir d’un Démon dans le corps (désormais hideusement distordu) d’un mortel - même si elles ne le sont pas autant qu’un Prince Démon. Par le biais de rituels blasphématoires, ils invoquent les Démons des Royaumes du Chaos pour lesquels ils vendent leur âme. Seuls les individus les plus désespérés et maléfiques acceptent volontairement un tel destin, car la possession impose un terrible tribut sur le corps et l’esprit. Les demandeurs viennent le plus souvent des cultes du Chaos. Ces membres confirmés qui connaissent les desseins secrets de leur organisation estiment qu’il est de leur devoir de servir leurs maîtres en permettant à une telle entité de s’installer dans leur corps. D’autres pensent à tort que cette opération en fera les égaux des Démons. Et d’autres encore croient pouvoir préserver leur personnalité tout en contrôlant la force qui les habite. Dans tous les cas, ils se trompent lourdement.

En acceptant un être démoniaque en soi, l’individu se fait aussitôt dévorer l’esprit par l’entité qui en a alors la maîtrise totale. Les fragments subsistants de l’âme de l’hôte sont pendant ce temps torturés sans merci. Tant que le Démon réside dans un corps, il ne montre aucune considération pour cette chair mortelle dont il use et abuse à sa guise. Pire, les énergies brutes viennent tourmenter la victime et engendrent d’horribles mutations, souvent en accord avec la forme originelle du Démon. Heureusement, cette torture n’est pas infinie, car le corps humain ne peut supporter bien longtemps la possession démoniaque. Au bout de quelque temps, la chair finit par céder pour ne laisser qu’un tas informe, obligeant le Démon à rejoindre les Royaumes du Chaos. Il ne reste alors plus rien de l’hôte.

Les Damnés

Quand le Seigneur des Ombres descendit sur Mordheim, sa présence attira les plus méprisables individus de l’Empire, prêts à sacrifier leur âme si on leur promettait un véritable pouvoir. En se mettant au service des Puissances de la Corruption, ces individus furent dépossédés de leur âme et devinrent des créatures bien différentes, plus sombres et sinistres. Ils devinrent des Damnés. Une fois possédés de la sorte, ils gagnèrent un incroyable pouvoir alimenté par les énergies démoniaques qui les parcouraient, mais leur santé mentale fut annihilée quand ils sentirent leur âme dévorée vive par la présence délétère qui s’y était insinuée. Curieusement, les démons n’y restèrent pas et abandonnèrent ces êtres à leur état de coquilles vides et démentes, habitées par le seul désir de tuer.

Cette terrible méthode permettant de créer des Damnés a survécu au fil des siècles, perpétuée par les peuples sauvages de Norsca et des steppes Orientales. Au cours d’un rituel pervers, ils emprisonnent le mortel au sein d’un cercle d’invocation où la victime sert d’hôte à un Démon. Une fois le rituel terminé, au lieu de faire intervenir le démon en chair et en os, celui-ci se manifeste à l’intérieur du mortel.

Les Damnés ressemblent à des humains ordinaires, mais à bien observer leurs yeux dilatés et à écouter le torrent de blasphèmes qui s’écoule de leur bouche, aucun doute ne subsiste quant à leur nature. Les plus anciens sont à peine reconnaissables : leur corps est couturé de cicatrices et défiguré par les terribles énergies des démons les ayant possédés. Il est intéressant de noter que le démon ne reste jamais assez longtemps pour faire muter son hôte, mais uniquement pour le rendre fou. La plupart des Damnés ressemblent à des guerriers sauvages et indomptés, maculés de sang, de terre et d’excréments, portant des armes abîmées et se vêtant d’immondes peaux (parfois humaines) et d’armures rouillées. Certains portent un masque et une armure démoniaque qui leur rappellent leurs maîtres bien-aimés.

Les Damnés n’abritent plus en eux l’essence de démons, mais ils sont profondément marqués par cette expérience. Les Hungs et les Kurgans soumettent régulièrement leurs prisonniers à de terrifiants rituels au cours desquels ils les font habiter par des démons, les laissant accomplir leur sinistre oeuvre sous leur forme mortelle juste assez longtemps pour y détruire jusqu’au moindre vestige de bien. Une fois que le démon a fait son travail, ils le bannissent et accueillent le tout nouveau Damné dans leurs rangs. Ceux qui deviennent Damnés sont changés à tout jamais, dépouillés de toute trace de leur humanité. Ce sont des créatures sauvages et folles, conservant leur forme humaine, mais pourvues d’un esprit complètement inhumain.

Les Démons Exaltés

La plupart des cas de possession impliquent des Démons mineurs, ces créatures ne restant que le temps de ravager l’âme de leur hôte avant de battre en retraite dans les Royaumes du Chaos. Mais parfois, le Dieu tutélaire d’un Champion du Chaos le récompensera en lui faisant abriter un Démon Majeur. Son âme éclate alors en morceaux qui dériveront pour l’éternité dans les Royaumes du Chaos, tandis que son corps subit une effroyable transformation tandis que le Démon en prend le contrôle.

Accueillir l’essence d’un Démon Majeur permet d’accéder à d’incroyables pouvoirs, et ceux qui sont jugés dignes d’abriter de tels monstres voient leurs capacités grandement améliorées, mais le prix à payer est terrible. Le Démon possesseur dévore l’âme de son hôte, se nourrissant de son énergie vitale pour maintenir sa présence dans le monde physique. Bien que l’identité du mortel soit effectivement effacée quand il devient un Démon Exalté, l’entité qui le possède doit prendre le temps de développer ses capacités. Au fil du temps, l’être vivant est annihilé, ne laissant derrière lui qu’une enveloppe de chair que le démon peut utiliser et exploiter à sa guise, car comme toutes les possession, même (surtout) par un Démon Majeur, les effets sont toujours dévastateurs pour l’âme du mortel, que la créature réduit à néant.

En général, quand ils ne travaillent pas à leurs propres intérêts, les Démons exaltés servent quelque autre Démon Majeur, et parfois des Champions du Chaos comme Archaon.

Les Symptômes de la Possession

Une fois que le Démon détruit ou corrompt l’âme de la victime, il est libre d’agir comme bon lui semble. À partir de là, il altère l’enveloppe corporelle de son hôte et provoque des mutations qui finissent par conférer la véritable forme du Démon à ce corps mortel. C’est ainsi qu’au départ, un mortel possédé ne se distingue pas vraiment de ses congénères, du moins, aux yeux de ceux qui ne savent pas voir.

Le Démon se cache au sein du mortel, mais aussi à son attention, du moins au début. La victime de la possession éprouve d’étranges sensations peu de temps après avoir contracté l’entité. Cela peut se traduire par une sensation d’excellente santé et de vigueur, des sens exacerbés et un appétit démesuré. Il voit également des choses, de brefs détails en périphérie de sa vision. Il peut s’agir de silhouettes dans la pénombre, d’étranges visages qu’il distingue vaguement dans les nuages ou d’expressions écœurantes chez les gens qu’il fréquente. Au fur et à mesure que l’influence du Démon se précise, le mortel commence à voir l’entité quand il se regarde dans un miroir, tandis que tous voient encore le visage attendu, même s’ils peuvent y noter une expression de détresse.

Les templiers de Sigmar, mieux connus sous le nom de Répurgateurs, suivent une procédure stricte pour identifier les mortels en proie à la possession démoniaque. Parmi les symptômes, ils sont à l’affût de personnes présentant une force surnaturelle dont les manifestations s’accompagnent de crises et de convulsions, d’une personnalité qui change du tout au tout, d’individus montrant une certaine prescience et un savoir occulte, ainsi que la capacité de comprendre des langues qu’ils ne connaissaient pas jusque-là, voire de les parler. D’autres signes peuvent mettre la puce à l’oreille, mais ils dépendent du type de Démon. Un possédé de Slaanesh se montre narcissique, indulgent avec lui-même et hédoniste, il a tendance à se comporter de manière lubrique et licencieuse, et se met également à boire, mentir, jouer de l’argent, voler et rechercher les plaisirs de la chair. Celui de Nurgle empeste la mort et la putréfaction, refuse de se laver, ne mange que de la nourriture avariée, entretient ses plaies et ses croûtes, joue avec les insectes, vomit copieusement, cherche le contact des malades et se complait dans la crasse. Celui de Khorne se montre irritable, violent, polémique, méprisant, sanguinaire, sadique et cruel, extrêmement violents et enclins à des changements d’humeur spectaculaires. Celui de Tzeentch va se couper les cheveux, adopter un nouveau style vestimentaire, parler d’une voix différente, abandonner sans pitié tous ceux qui tiennent à lui, se tourner vers une nouvelle carrière et refuser d’entendre parler de son ancien mode de vie. De plus, il éprouve un besoin irrépressible de bouleverser la situation présente par des paroles et des actes infernaux. Les Démons de Tzeentch étant des intrigants de premier ordre fomentant d’infâmes plans demandant parfois des générations pour porter leurs fruits, ces Démons peuvent entrer en sommeil, laissant le Possédé reprendre le contrôle de son corps en attendant patiemment de pouvoir mener à bien ses sinistres projets à chaque fois qu’il pourra se manifester, ce qui va faire mener à son hôte une mystérieuse double vie.

De curieuses marques peuvent également apparaître sous la peau des victimes (généralement le nom de l’un des dieux, écrit à l’envers), qui présentent parfois des yeux dilatés, des mutations, un appétit et des goûts malsains, ou ont de violentes crises de vomissement, entre bien d’autres choses. Dans tous ces cas, le Démon est déjà bien implanté et l’espoir est mince pour la victime. À noter que tous les possédés réagissent de la même manière quand ils sont confrontés aux runes impies des Sombres Puissances : ils abandonnent leur réserve et laissent libre cours à leur folie. L’hôte se met alors à rire comme un dément et à hurler des insanités blasphématoires.

Durant les premières étapes de la possession, notamment dans les cas accidentels et non sollicités, le Démon reste modéré dans son influence, si bien qu’il est plus difficile de le détecter par la simple observation, mais dans le cas de possessions volontaires, le Démon donne immédiatement la pleine mesure de son pouvoir sur le corps de son hôte consentant, le transformant en une créature des plus bestiale.

Exorcisme

Pour lui, il est déjà trop tard…
L’eau bénite siffla et se mit à bouillonner en touchant la peau de la fillette. Le liquide se mit aussitôt à ronger sa chair pâle en sifflant comme de l’acide. L’enfant hurla mais la voix qui s’échappa de sa gorge n’était pas humaine. Au cours de la soirée, le Démon dont la fillette était l’hôte avait tenté par d’innombrables moyens de résister à l’exorcisme. D’abord, des cris pitoyables et des supplications, puis des menaces de tortures obscènes et enfin des promesses, avant d’entrer dans une rage folle en comprenant que le Répurgateur et ses acolytes n’abandonneraient pas tant qu’il n’aurait pas été banni ou que son hôte serait morte.
« Retourne au Chaos, créature immonde ! Laisse cette enfant et retourne dans l’abysse d’où tu es sorti ! » hurla le Répurgateur tandis que ses compagnons psalmodiaient les litanies de Sigmar.
Le combat durait depuis de longues heures déjà et le Démon était toujours fermement ancré dans le corps de la fillette.


La possession est une épreuve terrible, mais ceux qui accueillent un Démon dans leur corps ne disposent pas de beaucoup de temps avant que le monstre leur dévore l’âme. Tout espoir n’est néanmoins pas perdu, car l’exorcisme peut chasser le Démon.

La pratique de l’exorcisme existe depuis l’époque de Sigmar, comme le relate Le Livre de Sigmar. Quand le héros tout-puissant traversa le Reik pour la première fois, y découvrant un homme abritant un Démon dans son corps, ce dernier le supplia de l’aider en expliquant qu’il souffrait depuis longtemps du harcèlement d’esprits. Sigmar appela le Démon en exigeant qu’il se présente. Le Démon ne put résister et apparut devant lui, révélant qu’il était un serviteur de Lanshor, connu sous le nom de Ll’hh’eeg’gae’ion’n. Sigmar attaqua la vile créature, qui s’enfuit dans les montagnes. Pendant treize jours et treize nuits, le héros la traqua dans les hauteurs, pour enfin la terrasser et la renvoyer gémir dans son royaume infernal.

Les prêtres et les templiers de Sigmar suivent l’exemple montré par sa sainteté Sigmar et font appel à la puissance de leur dieu pour libérer les mortels des griffes démoniaques. Pour ce faire, ils recourent à l’antique rituel d’exorcisme. Par la toute-puissance de Sigmar, ils s’emparent du contrôle du Démon et l’obligent à agir comme l’exige le saint homme. Puisque les créatures du Chaos ne peuvent supporter la présence de Sigmar, elles doivent se soumettre aux ordres de l’exorciste.

Le rituel d’exorcisme n’est connu que des Prêtre-Guerriers de Sigmar et des Répurgateurs. Quelques prêtresses de Shallya disposent d’un rite de bannissement qui s’en rapproche. Bien que la plupart puissent être formés aux techniques et aux mots qui permettent de mener le rituel, rares sont ceux qui ont la détermination pour faire face au Chaos sous sa forme la plus effroyable. Pour être exorciste, il faut être dans une forme physique irréprochable, être au maximum d’âge mur et particulièrement pieux. Les tactiques du Chaos sont nombreuses et les Démons sont à l’affût de la moindre faiblesse pour l’emporter sur les fidèles serviteurs de Heldenhammer. On ne compte plus les exorcistes en puissance qui ont été anéantis physiquement ou psychiquement par l’influence d’un démon.

Une autre forme d’exorcisme est celui exercée par les hiérophantes de l’Ordre Blanc qui n’a rien à voir avec l’invocation d’esprits et autres entités aethyriques. Elle représente au lieu de cela une forme très puissante et fiable d’abjuration. Alors que la réussite de l’exorcisme tel que le pratiquent les autorités religieuses dépend de la bonne volonté du dieu et de la foi irréprochable de l’exorciste, celui qu’exercent les hiérophantes ne doit son résultat qu’à la capacité du sorcier à focaliser la fulgurante lumière de Hysh dans le possédé, pour faire sortir l’entité responsable au grand jour.

Sources

  • Warhammer JDR - Le Tome de la Corruption
  • Warhammer Battle - Livre d’Armée Hordes du Chaos