Pierre Gardienne Elfique

De La Bibliothèque Impériale
Les Pierres Gardiennes Elfiques du Vieux Monde ne sont hélas plus entretenues.

Dans les siècles qui suivirent la création du Vortex, le peuple d’Ulthuan se mit en devoir de restaurer et d’étendre le réseau de menhirs et d’obélisques colossaux qui sillonnait leur continent et tous les autres continents du monde. Au sujet de ces pierres, l’hypothèse la plus plausible est que les premiers alignements d’obélisques furent mis en place par les mythiques Anciens, il y a d’innombrables millénaires, avec deux fonctions essentielles : favoriser des déplacements quasi instantanés d’un bout à l’autre du monde et régulariser les courants de Magie que ceux-ci avaient utilisés afin de façonner le monde suivant leur volonté.

Ces nombreux obélisques (communément appelés Pierres Gardiennes, mais qu’on désigne aussi sous le nom de Pierres Fées, Pierres Elfes ou encore autrement) sont établis sur les lignes de faille du tissu de la réalité, naturelles ou créées par l’intervention des Anciens. Après la première guerre contre le Chaos et la disparition d’Ænarion et de Caledor, les Elfes décidèrent d’exploiter ces lignes de force et de les utiliser afin de renforcer et de focaliser le Grand Vortex lui-même. L’énergie Aethyrique était déjà attirée par les lignes telluriques et servait à alimenter le réseau de portails mineurs des Anciens. Les Elfes se mirent à les étudier et prirent le risque de les modifier pour en faire des sortes d’amplificateurs pour le Vortex qu’ils avaient créé : l’énergie qu’elles attiraient était redirigée vers Ulthuan et le Grand Vortex.

Le temps passant, les Nains finirent par apprendre, par les Elfes, l’existence du Grand Vortex et la nature des lignes d’énergie Aethyrique qui parcouraient le monde. Ils n’avaient pas encore complètement récupéré après les terribles déprédations du Chaos et commençaient à comprendre à quel point il était vital de drainer l’énergie magique du monde. Grâce à leur considérable savoir en matière de fabrication de Runes destinées à lier la Magie aux objets, les Nains étendirent et améliorèrent le réseau des pierres gardiennes. Les Elfes et les Nains élevèrent des milliers de pierres gardiennes supplémentaires dans le monde entier, le long de lignes telluriques existantes, reliant et améliorant les monolithes et les réseaux qui avaient déjà été installés par les Anciens. Au fil du temps ces alignements hybrides, dus à l’habileté et à la Magie combinées des Anciens, des Elfes et des Nains, finirent par véhiculer de colossales quantités d’énergie magique et devinrent une partie intégrante du système global du Vortex d’Ulthuan.

Bien plus tard, les sauvages tribus humaines qui avaient commencé à migrer au travers du Vieux Monde en vinrent à croire que les pierres gardiennes (ou "Oghams", comme ils les appelaient) avaient été placées dans le monde par les Dieux et les esprits. Par imitation, ils commencèrent à élever leurs propres monolithes rudimentaires. Nombre de ces pierres n’étaient rien de plus que des monuments commémorant de grandes batailles ou marquant la sépulture d’un chef, mais les premiers humains, qui étaient sensibles aux courants de la Magie, en élevèrent beaucoup d’autres sur des lignes telluriques existantes ou sur des endroits contaminés par la Malepierre et ainsi de suite. La plupart de ces pierres levées et de ces cercles de pierres d’origine humaine étaient investis d’une immense signification religieuse et servaient souvent de lieux de rencontre, de culte et de sacrifice.

De nos jours encore, de continent en continent, la majorité de ces obélisques et des lignes de force sur lesquelles ils sont implantés attirent les Vents de Magie et les drainent pour rediriger leur énergie dans une immense spirale qui les emporte vers Ulthuan et le Vortex. Au cours de l’histoire, en connaissance de cause ou instinctivement, des utilisateurs de Magie de toutes sortes ont toujours construit leurs résidences le long de ces lignes de puissance Aethyrique. Aux intersections de ces lignes telluriques, on trouve de nombreux endroits où se produisent d’importantes perturbations magiques. Ces intersections forment des carrefours importants, ou nœuds telluriques, dans le réseau des Oghams ; là, plusieurs lignes telluriques se rencontrent et les flots d’énergie magique se mêlent pour être canalisés en une ligne plus importante. On peut en trouver un peu partout dans le monde, mais dans le Vieux Monde les plus grandes concentrations de nœuds telluriques se situent dans les contreforts de Karak aux Huit Pics, à l’intérieur des forêts d’Athel Loren et de Laurelorn et répartis sur le territoire de la grande île d’Albion (d’où l’on dit que le mot Ogham est originaire).

Ulthuan est la destination et le point de convergence de toute l’énergie magique véhiculée par le réseau des innombrables lignes telluriques du monde. Elle est également la destination vers laquelle soufflent les Vents de Magie à l’état brut, une fois qu’ils ont traversé le monde après avoir pris naissance dans les désolations du nord. Ulthuan est donc le point de concentration de quantités titanesques d’énergie magique, du fait que l’énergie des Vents de Magie et celle qui est transportée par les lignes telluriques affluent vers elle et forment lentement le Grand Vortex lui-même avant d’être aspirées hors du monde et renvoyées dans l’Aethyr. S’il arrivait que le réseau des pierres gardiennes et des lignes telluriques soit suffisamment détérioré, le délicat équilibre de toutes ces énergies pourrait s’effondrer et provoquer l’anéantissement d’Ulthuan dans un holocauste d’énergie brute qui la transformerait en un nouveau Royaumes du Chaos.

Un Ogham, levé par les humains

La Corruption des Pierres Gardiennes

Des utilisateurs de Magie de toutes sortes ont choisi d’établir leurs temples, leurs résidences et leurs laboratoires sur les intersections du réseau des pierres gardiennes, là où ils peuvent exploiter l’un des aspects de la Magie qui les traverse, ou plusieurs. L’une des particularités extraordinaires des lignes telluriques est qu’elles maintiennent la concentration des Vents de Magie tout en les faisant circuler de façon dynamique. Un magister de l’Ordre Lumineux peut par exemple puiser dans l’énergie de Hysh et l’exploiter bien plus facilement lorsqu’elle est concentrée par une ligne tellurique.

Les lignes telluriques attirent également beaucoup ceux qui utilisent un mélange de différentes couleurs de la Magie, qu’il s’agisse de la forme purifiée de la Haute Magie ou de la dangereuse Magie Noire, car toutes les couleurs sont présentes dans les courants qui suivent les lignes de force telluriques. Certains Thaumaturges ou Nécromanciens puissants et totalement corrompus ont trouvé le moyen de les dénaturer lorsqu’elles traversent un nœud tellurique. En effet, si l’on parvient à condamner le point de sortie de l’énergie magique, celle-ci se retrouve prise au piège dans le cercle de pierre lui-même, incapable de progresser et également incapable de s’échapper dans l’atmosphère à moins d’être directement exploitée par une personne capable de l’utiliser. Il s’agit là d’une véritable calamité, car non seulement cela risque de détruire le fragile équilibre sur lequel s’appuie le Grand Vortex, mais cela signifie également que les énergies magiques stagnantes retenues à l’intérieur du cercle de pierre vont peu à peu se combiner pour se transformer en la plus dangereuse de toutes les énergies Aethyriques, la Dhar.

Il existe dans le monde des endroits où la stagnation et la transformation de l’énergie magique en Dhar pure se produisent naturellement. Toutefois, ces zones apparaissent généralement par une suite de hasards extraordinaires et leur existence, toujours temporaire, ne dure habituellement que quelques années ou, au plus, un siècle ou deux. En revanche, dans le cas d’un nœud tellurique corrompu, l’énergie magique continue à affluer indéfiniment, sans jamais pouvoir s’échapper à moins d’être activement mise en œuvre par un lanceur de sorts. Ceci signifie qu’un tel nœud tellurique peut accumuler une quantité de Dhar toujours croissante, toujours plus stagnante et toujours plus destructrice, tuant toute vie au voisinage de son cercle de pierres. Celle-ci peut même finir par se coaguler lentement au fil des millénaires pour former un gisement de Malepierre.

Ce genre de cercle de pierres est vraiment ce dont rêve tout Sorcier maléfique digne de ce nom. C’est un réservoir de Magie entièrement retenue sur le plan matériel et pourtant coupée des flux de la Magie et de la domination des entités de l’Aethyr. Des énergies, en quelque sorte, capables de se métamorphoser brutalement et de provoquer la mutation du monde matériel qui les entoure à cause de leur confinement.

Tous les Magisters officiels et sains d’esprit du Vieux Monde et d’ailleurs feront toujours tout leur possible pour empêcher la corruption du réseau des pierres gardiennes et de ses cercles de pierres, même si la plupart d’entre eux ne comprennent pas tout à fait comment fonctionnent les lignes. Il est arrivé que des Magisters en mission officielle pour leurs collèges (ou même partant en guerre avec un bataillon auquel ils avaient été affectés) retardent leur mission ou l’abandonnent soudainement devant la vision d’horreur d’un nœud tellurique corrompu ou magiquement obstrué. Certains peuvent alors tenter de détruire le nœud tellurique, une tentative que les Mages Elfes considèrent comme une terrible folie, plus dangereuse encore que de laisser persister le nœud tellurique dénaturé. Un Mage Elfe fera tout ce qui est en son pouvoir pour ramener les choses à la normale et ne cessera qu’une fois parvenu à son but.

Source

  • Warhammer JdR - Les Royaumes de Sorcellerie V2