Montures du Chaos

De La Bibliothèque Impériale

Les Champions du Chaos particulièrement appréciés se voient souvent offrir par leurs Dieux une monture terrifiante pour aller au combat, une créature de Magie brute, liée et maintenue sur le plan des mortels par la volonté inflexible de son cavalier. Ces monstres sont engendrés dans les Royaumes du Chaos et parcourent des distances prodigieuses uniquement pour qu’un Champion favori puisse partir en guerre avec le panache qui sied à son statut.


Les Montures du Chaos sont engendrés dans les Royaumes du Chaos et servent un Champion favori des Dieux Sombres.


Montures Démoniaques

Les Lécheurs de Peau, les Dégradés, les Fouets de Slaanesh, les Langues Écorcheuses, (Q’qha’thashi’i)

Aussi appelé Coursiers des Dieux, les Montures Démoniaques sont engendré par des magies obscènes et invoquées sur le plan matériel pas le biais de cérémonie dépravées et de sacrifices. Les Montures Démoniaques sont dotées de cornes, de plaques osseuse et d’éperons de métal qui émergent de leur chair surnaturelle, et leur yeux brûlent des flammes impies du Chaos.

Certaines sont semblables à de gigantesques destriers dont le souffle est un nuage pestilentiel, d’autres évoquent des ours aux griffes de fer, ou des aberrations ophidiennes qui rampent sur le champ de bataille. Certaines enfin ressemblent à des animaux malades dont la peau parcheminée dissimule une force incroyable. Le sol tremble et frémit sous le pas de ces bêtes démoniaques, l’air autour d’elles est imprégné d’énergie et leur rugissement terrifie l’ennemi. Seuls les meilleurs Champions sont capables de chevaucher ces bêtes, car ce sont des créatures rusées et malveillantes qui ne laissent pas de simples mortels les monter.


Montures de Slaanesh

Les Montures de Slaanesh, chevauchées par les Veneuses, les Rabatteurs et autres Champions de Slaanesh, sont d’inquiétantes créatures qui errent en troupeaux aux abords des Royaumes du Chaos. Elles font d’excellents serviteurs, portant leur cavalier à travers des terrains instables avec une grâce naturelle et une vitesse incroyable, tout en lacérant leurs ennemis avec leur langue aux allures de fouet.

Caresse Narcotique
Le moindre contact avec la langue d’une Monture de Slaanesh doit être évité à tout prix. La salive de la bête contient en effet des myriades de toxines qui décuplent les sensations tout en anéantissant les réflexes et les forces. Si la victime survit à la rencontre, sa vie sera désormais hantée par des hallucinations fascinantes et ses rêves par des tentations obscures.

Comme toutes les créatures de Slaanesh, ces montures présentent une beauté perverse. Elles marient l’élégance au lustre de leur aspect surnaturel et leur corps élancé et sinueux ondule et frémit de façon obscène lorsqu’elles s’élancent sur l’ennemi, portées par leurs pattes graciles qui se terminent par des serres d’oiseau de proie. Il s’agit de bipèdes dont la posture rappelle celle des autruches, sans les plumes. La Monture de Slaanesh présente deux jambes de femme et leur cou est paré d’une crinière de cheveux soyeux qui court le long de leur dos jusqu’au bout de leur queue. La fourrure luisante qui recouvre ses jambes et son torse est généralement de couleur lavande, tandis que la tête, la queue et le ventre sont d’un jaune pastel tacheté de rouge sombre. À la moitié de son long cou, on trouve parfois une colonne de seins, ce qui trahit son lien avec le Serpent. Mais ce qui dérange le plus est sa tête conique avec sa bouche édentée en forme de sphincter. Une longue langue d’un bleu électrique frétille depuis cet orifice et se termine par des barbillons acérés couverts d’une substance narcotique.

Il faut se défier du moindre contact avec la langue d’une Monture de Slaanesh. La salive de cette créature contient des substances sans nom qui exacerbent les sensations tout en atténuant les réflexes et les réactions de défense. Si la victime survit à l’attaque, elle sera hantée pour le restant de ses jours par des désirs hallucinatoires, et ses rêves tourneront autour des tentations les moins avouables.


Les Requins Célestes de Tzeentch, les Prédateurs, les Raies Hurlantes, (K’echi’tsonae)

Palanquins de Nurgle

Les Hérauts ou les Champions estimés de Nurgle vont souvent au combat sur de répugnants palanquins, leur carcasse maladive avachie sur un trône portatif de métal rouillé et de bois vermoulu, décoré de soieries mitées et de coussins moisis. Ces palanquins sont portés non pas par de malheureux esclaves, mais par nul autre que des Nurglings, les petites créatures démoniaques qui sont engendrées par les plus belles épidémies de Nurgle. Les petites créatures amènent le palanquin là où leur maître l'ordonne, même au combat s’il le désire, où les Nurglings pourront griffer et mordre pour défendre le trône, et ce avec un enthousiasme enfantin. Outre la virulence des plaies dont il est perclus, un Nurgling isolé est relativement inoffensif. Cependant, lorsqu'ils forment un tapis vivant de leurs multitudes, ils rassemblent assez de force pour soulever le plus corpulent des champions de Nurgle, mais aussi pour submerger et massacrer tout ennemi assez stupide pour tenter de sen prendre à celui-ci. Le palanquin n’est pas le moyen de transport le plus rapide, mais ceux qui s'y trouvent sont fiers de s’y jucher. Depuis cette position surélevée, ils peuvent surveiller la formation des forces de Nurgle et, plus important, signifier à tous que leur statut est plus élevé que celui de leurs humbles sous-fifres qui n’ont que leurs jambes torses pour les porter.


Disques de Tzeentch

Les étranges Disques de Tzeentch ne sont ni tout à fait des Démons, ni tout à fait des artefacts, mais un mélange des deux. Crépitant d’une énergie mystique, ils flottent dans les nuages de magie tourbillonnante qui forment les Royaumes du Chaos, portés par l’Aethyr et alimentés par les Démons de bas étage et l’âme des damnés. Ils apparaissent comme des entités d’ombre informes qui évoluent dans ce plan dément, animés par la seule perversité. Leurs sinistres maîtres leur donnent pour mission de retrouver l’essence des mortels qui sont attirés dans ce plan, ainsi que leur âme, afin que Tzeentch puisse la dénaturer.

Il arrive que l’Architecte du Changement les dépêche dans le monde des mortels. Quand ils quittent les Royaumes du Chaos, leur enveloppe mystique adopte une forme étrange. La plupart deviennent ronds et plats, et sont capables de voler dans les airs comme ils le font dans leur plan d’origine. La magie qui les transforme ainsi s’accompagne toujours d’une certaine altération, une mutation qui les distingue de leurs congénères : certains Disques sont couverts d’yeux, d’autres d’une couche de métal vivant, de plumes ou d’écailles. Ils sont si rapides et agiles qu’ils font d’excellentes montures, mais leur instinct de chasse peut avoir des conséquences néfastes si le contrôle de leur cavalier faiblit ou s’il commet l’erreur de se montrer distrait.

Mastodontes Sanguinaires, Broyeurs d’Âmes, Calamités de Khorne, Juggers, (Kha’a’a Akh’h)

Les fiers Champions de Tzeentch volent sur ces Disques au dessus du champ de bataille qui leur offrent une vision privilégiée des déplacements tactiques tout en leur permettant de déchaîner plus facilement leurs pouvoirs sur les cibles importantes. Les Disques eux-même sont des créatures plus dangereuse qu’on pourrait le croire, capable de cracher des flammes magiques ou de générer à volonté des tentacules qui s’emparent des ennemis à portée. On dit que ces Disques, qui sont envoyés par leur Dieu dans le monde des mortels, peuvent retourner à leur guise dans les Royaumes du Chaos, ce qu’ils font parfois avec leur "cavalier".


Juggernauts de Khorne

Les Juggernauts de Khorne sont de grandes créatures faites d’un mélange de métal et d’énergie démoniaque. Couverts de fer et d’airain, ils sont bien plus haut qu’un homme, leur sang est de lave et leur cœur est celui d’un Démon. Ils ont été forgés dans des flammes noires et liés par des runes magiques, leur enveloppe de muscles de muscles et d’os métalliques suffit à peine à contenir leur fureur impie. Les pieds de fer du Juggernaut projettent des étincelles à chaque pas et des vapeurs noires s’échappent de sa gueule de bronze à chaque souffle. Il arrive qu’un champion méritant se voie offrir un Juggernaut pour mieux servir son maître. Une telle combinaison dépasse de loin la somme de ses parties : la charge des Juggernauts fait trembler le sol et la protection accordée par le corps de ces monstres est telle que leur cavalier n’hésite jamais à plonger au cœur de la mêlée. Nul ne peut résister à cette union sacrilège de guerriers dévoués à Khorne montés sur un de ces destriers surnaturels, un ennemi qui survivrait aux morsures du Juggernaut périra sous la masse de la créature, ou sera impitoyablement fauché par son cavalier.


Sources

  • Livre d’Armée des Guerriers du Chaos, V7
  • Livre d’Armée des Démons du Chaos, V8