Malékith

De La Bibliothèque Impériale
Malékith, le Roi Sorcier de Naggaroth
« Ulthuan m'appartient de droit. Que cela prenne mille ans ou dix mille ans, je prendrai ma place en tant que Roi Phénix. Car je suis le fils d'Ænarion. Tel est mon destin. »
- Malékith, le Roi Sorcier de Naggaroth


Malékith, le Roi Sorcier, est le souverain suprême de Naggaroth, et l'ennemi éternel des Hauts Elfes. Il est le fils du légendaire Ænarion, premier Roi Phénix et de sa seconde femme Morathi, mystérieuse prophétesse à la légendaire beauté. Il naquît et grandît en Nagarythe. Il fut élevé dans le but de devenir un redoutable guerrier, un grand sorcier et un général talentueux. Beaucoup croient que son enfance le traumatisa car la cour de son père était un endroit amer et sauvage. Après la mort de son père, les princes Hauts Elfes élirent Bel-Shanaar comme nouveau Roi Phénix d'Ulthuan alors que Malékith était un choix évident. Mais beaucoup doutèrent qu'un enfant né et élevé au sein de la cour dépravé d'Ænarion puisse faire un bon roi et maintenir la paix. Il accepta cette décision de mauvaise grâce, mais se plia à la volonté du peuple et se concentra sur son rôle de commandant des armées. Il se révéla être un brillant général, ralliant bon nombre d'alliés à sa cause grâce à ses nombreuses victoires des décennies durant. Un soir enfin, il passa à l'acte, empoisonna Bel-Shannar et s'empara de la couronne.

Croyant que le trône était enfin sien, il marcha dans les Flammes d'Asuryan pour prouver sa légitimité. Hélas, les flammes sacrées le rejetèrent, n'acceptant pas son corps souillé, et elles engloutirent son âme à tout jamais en marquant son corps d'horribles cicatrices. Son corps fut ravagé par le feu magique et son âme corrompue, rongée par la haine. Morathi emporta son fils bien-aimé et le soigna dans le palais de Nagarythe. Alors que Malékith récupérait lentement de ses blessures, il ordonna que lui soit forgé à même le corps une armure indestructible qui lui conférerait une force magique afin de soutenir ses muscles meurtris. Le casque fut orné à son tour de la Couronne de Fer, un artefact maléfique d'une grande puissance.

Il chercha alors de s'emparer par la force de la couronne d'Ulthuan, déclenchant une guerre civile, La Déchirure, qui divisa la race elfique. Battu, Malékith, devenu le Roi Sorcier, se replia, lui et ses disciples, vers les terres froides de Naggaroth, où ils s’installèrent et fondèrent leurs sombres cités. Depuis, Malekith a tenté sans relâche de conquérir Ulthuan et s'est attaqué aux Rois Phénix successifs, entretenant un cycle millénaire de guerres entre les Elfes, et qui dure encore aujourd'hui. Mais il a été chaque fois tenu en échec par un caprice du destin ou l'incompétence et la lâcheté de ses subordonnés. Cependant, le Roi Sorcier est immortel et sait qu'il survivra aux fous qui pensent lui être supérieurs. Le jour approche où les vieilles dettes et insultes seront payées au prix fort, et Malékith fera tout ce qui est en son pouvoir pour hâter ce moment.


Ænarion et la Première Guerre Contre le Chaos

Le premier Roi Phénix, Ænarion le Défenseur, était le plus grand guerrier ayant marché sur la terre. Ce fut grâce à lui et son sacrifice que la première grande invasion du Chaos a été interrompue. Au cours de cette invasion, Ænarion perdit sa femme, Astarielle et ses deux enfants avaient disparu. Fou de chagrin, il se rendit sur l'Île Blafarde et pénétra dans le temple de Khaine, le dieu elfique du meurtre. Là, enchâssée dans un autel de marbre noir se trouvait l'arme du Dieu du Meurtre : la Faiseuse de Veuves. C'était une arme maudite, et Ænarion se condamna, ainsi que sa lignée, dès l'instant où il posa la main sur sa garde. Grâce à cette arme il chassa d'Ulthuan les Démons pendant quelque temps et une paix éphémère s'installa. Il fonda un royaume dans les terres inhospitalières de Nagarythe, et alors que les autres Elfes se battaient pour survivre, les guerriers d'Ænarion guerroyaient et tuaient pour le plaisir. Ils méprisaient la faiblesse des autres royaumes, et jurèrent de ne jamais tomber aussi bas. C'est à cette époque qu'il sauva une jeune fille Elfe d'une troupe de guerriers du Chaos vénérant Slaanesh. Son nom était Morathi, et elle était belle au-delà de toute description. Ænarion la prit pour seconde épouse. Beaucoup furent surpris par ce choix, car Morathi était aussi différente d'Astarielle que la nuit du jour, cependant le Roi Phénix était devenu si ombrageux que nul n'osa contester une décision aussi personnelle. Même s'il était évident aux yeux de tous que Morathi aimait profondément Ænarion, il n'était pas certain qu'elle recevait une quelconque affection en retour. En revanche, il apparut que l'influence de Morathi sur Ænarion se faisait plus forte de jour en jour, et transpirait dans les décisions qu'il prenait. Les Elfes des autres royaumes s'inquiétèrent de l'emprise de la reine sur son roi, mais le peuple de Nagarythe s'en moquait, car il adorait Morathi presque autant qu'Ænarion. Morathi lui donna un successeur, qu'ils nommèrent Malékith. Le jeune prince avait hérité de toutes les qualités de ses parents, qui l'aidèrent tous deux à devenir un guerrier redoutable et un mage accompli, ainsi qu'un général de grand talent.

Puis les Démons sont revenus. Ulthuan était au bord de la destruction et aurait probablement été anéanti sans l'intervention de Caledor le Dompteur de Dragons. Ce mage Elfe entama sur l'Île des Morts le rituel destiné à évacuer l'énergie éthérique qui permettait aux Démons de subsister dans le monde réel. Lorsqu'Ænarion l'apprit, il conduisit son armée pour venir en aide à Caledor, abandonnant sa femme en pleurs et son fils pour faire face à son destin. Le rituel de Caledor réussit. Ænarion, après avoir affronté quatre Démons majeurs pour le protéger, s'envola sur son Dragon, épuisé, vers le temple de Khaine. Il enfonça la Faiseuse de Veuves dans l'autel, puis nul ne le revit jamais

La Déchirure

Suite à la mort d'Ænarion, beaucoup d'Elfes se tournèrent vers son fils Malékith pour les guider Néanmoins, plusieurs voix s'élevèrent contre cette nomination, celles de princes qui évoquèrent les rumeurs à propos des célébrations ignobles de la cour d'Ænarion, et qui craignaient les séquelles invisibles qu'elles auraient pu laisser sur le jeune prince. Finalement, l'avis de ce camp prévalut, et ce fut Bel Shanaar de Tiranoc qui fut élu. Malékith n'eut d'autre choix que d'accepter cette décision et fut le premier à jurer fidélité au nouveau Roi Phénix, même si au fond de son cœur, la flamme de l'amertume brûlait ardemment. Pour sa part, Morathi s'insurgea ouvertement contre l'iniquité du traitement réservé à son fils. Peu de temps après, Malékith partit en voyage par-delà les mers. Toute menace de guerre étant écartée, de nombreux Elfes devinrent hédonistes, et commencèrent à vénérer des dieux interdits dans leur quête de plaisirs sans fin. Les cultes de la luxure et de l'excès se répandirent à travers les dix royaumes depuis les temples de Nagarythe. Bel Shanaar semblait impuissant à les stopper. Les princes qui appartenaient secrètement à des cultes se mirent à médire du roi, le faisant passer pour un faible et un usurpateur.

Tandis que Bel Shanaar était en difficulté, Malékith voyageait dans le monde entier. Dans la cité récemment fondée de Tor Alessi, il rencontra et épousa Allisara, une prêtresse de Lileath. Tor Alessi était alors à la frontière orientale de l'empire elfique, et la menace constante des hordes de Peaux-Vertes et des bêtes du Chaos tapies dans les bois poussait les talents de général de Malékith dans leurs derniers retranchements. Ce fut lors de ces affrontements que Malekith s'allia aux Nains, dont la civilisation s'étendait alors à l'ouest des montagnes. Bientôt, Bel Shanaar fut forcé de reconnaître les succès de Malekith et de le nommer ambassadeur auprès du Haut Roi des Nains.

Finalement, Malékith prit de nouveau la mer. Il chercha l'armure de son père sur l'île Blafarde et resta longuement en contemplation devant l'autel de Khaine. Il se rendit dans des royaumes désormais oubliés et guerroya contre les tyrans du lointain orient. Dans le nord glacial, Malékith découvrit une cité fantôme d'un âge impossible, et dans ses cryptes antiques, il mit la main sur une couronne imbue de la sorcellerie la plus noire. Cette Couronne de Fer éveilla une curiosité malsaine chez Malékith, et à compter de ce jour, le prince consacra toute sa volonté à l'étude des pans interdits de la magie.

Absorbé par ses recherches, Malékith revint à Tor Alessi. Allisara était enchantée de son retour, mais s'inquiéta bientôt de l'obsession du prince. Pire, alors que la destinée de Malékith lui était apparue telle une fine ligne d'argent scintillant, elle ne parvenait plus à la distinguer. Une nuit, un mois après le retour de Malékith, Lileath adressa une vision à Allisara. Au matin, Malékith s'éveilla pour constater que son épouse l'avait quitté. Il la chercha éperdument, mais son obsession reprit bientôt le dessus et dissipa le souvenir d'Allisara.


Malékith revient

Malékith s'embarqua pour l'ouest, vers Ulthuan et son héritage usurpé. Le royaume était dans la tourmente, et de nombreux princes l'accueillirent tel un sauveur. Malékith accepta ce rôle avec enthousiasme, jurant de traquer les sectateurs sans relâche. Les mois se succédèrent, Malékith engrangeant toujours plus de victoires, sans toutefois que son triomphe soit total. Des milliers de cultistes furent capturés, mais semblaient remplacés par toujours plus d'adorateurs des sombres divinités. Quand il s'aperçut que la main qui guidait les cultes n'était autre que celle de sa propre mère, il la répudia et ordonna son emprisonnement. En secret, cependant, mère et fils complotaient pour atteindre leur objectif commun : renverser Bel Shanaar.

Il apparut finalement que seule une guerre ouverte pouvait mettre un terme aux errements des cultes. Malékith demanda au Roi Phénix de réunir le concile des princes au temple d'Asuryan, afin de requérir le commandement des armées d'Ulthuan. Malékith enclencha alors son véritable plan. A l'insu du concile, les armées de Nagarythe se mirent en marche, leurs rangs gonflés par les cultistes dépravés.

Inconscients du danger qui menaçait leurs terres, les princes se rassemblèrent pour écouter Malékith. Sa première déclaration fut d'accuser Bel Shanaar d'être un cultiste - une incrimination difficile à nier, le Roi Phénix ayant opportunément préféré le poison à la confrontation. Les princes ne furent pas bernés, et traitèrent Malékith de félon et d'assassin. Ce fut le moment que les agents de Nagarythe choisirent pour pénétrer dans le sanctuaire et attaquer les princes. Tandis que le sang coulait, Malékith marcha dans le feu sacré pour recevoir la bénédiction d'Asuryan. Il hurla comme les flammes dévoraient ses cheveux, sa peau et sa chair. Poussant un ultime cri d'agonie, Malékith se jeta hors du brasier. Abandonnant le combat contre les princes, ses disciples ramassèrent la silhouette fumante de Malékith et se frayèrent un chemin dans la mêlée.


Guerre Civile

Malékith durant la Déchirure.
Tandis que les serviteurs de Malékith fuyaient vers le nord en emportant son corps ruiné, Morathi prit le commandement. Bien que Malékith survécût, son enveloppe était déchirée et se consumait encore sous l'effet de la flamme d'Asuryan - il était réduit à observer l'éruption de la guerre en Ulthuan. Le conflit penchait sévèrement en faveur des insurgés. Les légions de Nagarythe avaient beaucoup appris du credo guerrier d'Ænarion : une discipline de fer et la crainte de leurs chefs consolidaient leur détermination. Seul un Ulthuan uni aurait pu vaincre un tel ost, et l'île-continent était privée de dirigeant.

Les armées de Nagarythe progressaient rapidement, prenant le contrôle des principaux cols de la chaîne des Annulii, séparant ainsi les royaumes intérieurs et extérieurs d'Ulthuan. Les ignobles monstres des montagnes baignées de magie se joignirent aux osts de Nagarythe. A cause de la coupure des voies de communication, les royaumes elfiques ne prenaient conscience de la menace qu'une fois leurs cités assiégées. Les agents de Morathi avaient infiltré les familles dirigeantes de Tiranoc et d'Ellyrion, et par le sabotage, le rapt et le chantage, ils s'assurèrent la soumission des princes de ces terres.

L'heure de la victoire de Morathi approchait, mais les princes survivants n'avaient pas abandonné tout espoir. A leurs yeux, un seul Elfe avait la capacité de vaincre les armées de Nagarythe : Imrik de Caledor. On lui décerna promptement la couronne du Roi Phénix. Tandis qu'Imrik rassemblait les forces des royaumes elfiques, les maîtres de Nagarythe passaient à l'action afin de devancer leurs ennemis. Ils contactèrent leurs sympathisants et leurs agents de Saphery, une province réputée pour ses mages talentueux. Certains d'entre eux avaient cédé à la tentation des arts noirs et été convertis à la cause de Nagarythe. Des sorts cataclysmiques ravagèrent les terres comme le sorcier luttait contre le mage. Mais les ténébreux furent tenus en échec et forcés de fuir Saphery, pour aller se réfugier à Nagarythe et dans les royaumes occupés.

La trahison frappait partout en Ulthuan. Même à Caledor, une province réputée incorruptible, un prêtre de Vaul du nom de Hotek forgea en secret des armes pour les légions de Nagarythe. Lorsqu'il fut découvert, Hotek prit la fuite et alla trouver asile à Nagarythe. Avec l'aide de sorciers renégats, il confectionna une armure pour Malékith. Incapable d'éteindre l'embrasement du corps du prince, Hotek fit fusionner la cuirasse nouvellement modelée directement avec la chair de Malékith. Engoncé dans une peau de métal runique noir, il pouvait de nouveau marcher à la tête de ses armées. Il n'était plus le prince de Nagarythe ; désormais, il était le Roi Sorcier

Où qu'il se rendît, la victoire le suivait. Néanmoins, toute la ruse et la férocité des osts de Nagarythe ne firent pas plier les royaumes d'Ulthuan. Le nouveau Roi Phénix, qui avait pris l'illustre nom de Caledor, adopta une stratégie d'embuscades et de contre-attaques. Minées par cette campagne de guérilla, les armées du Roi Sorcier avançaient, se repliaient, se regroupaient et attaquaient encore. Un quart de siècle durant, aucun des deux rois ne remporta la victoire écrasante dont il avait besoin, quoique chacun eût sa chance aux Champs de Maledor. Les légions du Roi Sorcier avaient l'avantage du nombre et étaient sur le point de mettre en déroute leurs cousins honnis. Hélas, au moment décisif, Caledor tua Sulekh, le Dragon Noir bien-aimé du Roi Sorcier, envoyant Malékith au beau milieu d'un régiment de Gardes Phénix. Bien que le Roi Sorcier parvînt à s'extirper de la nasse des guerriers silencieux, la bataille était perdue et les armées de Nagarythe durent se retirer à nouveau.

En quittant Maledor, les cris de joie des Elfes victorieux aux oreilles, Malékith perdit patience. La terrible vérité le frappa: Ulthuan ne serait jamais sien. Asuryan et les princes l'avaient rejeté, et le peuple ne s'était pas rallié à sa bannière, contrairement à ce qu'il avait espéré. Tout le sang versé ne camouflerait jamais que Caledor l'usurpateur avait gagné. Alors que le Roi Sorcier prenait pleine conscience de la situation, son ressentiment et sa frustration se cristallisèrent dans son cœur, composant une haine terrible qui ne le quitterait plus jusqu'à la fin de ses jours. Consumé par la rage et par le désespoir, Malékith imagina une dernière tentative d'arracher la victoire : avec ses sorciers, il allait défaire le Grand Vortex et déchaîner toute la fureur des énergies du Royaume du Chaos. Ulthuan devrait se soumettre ou être anéanti - tel était le prix de la trahison. Sachant leur sort lié à celui du Roi Sorcier, ses acolytes approuvèrent ce pari dément, malgré le danger que représentaient des forces aussi indomptables. Un seul de ses disciples, Urathion d'Ullar, vit la folie du plan de Malékith et alerta Caledor de la catastrophe qui se profilait.


La Déchirure

Alors que les sorciers de Malékith se tenaient au sommet de leurs tours noires, luttant pour contrôler le vortex, les mages de Saphery avivèrent leurs propres pouvoirs pour contrer le sort de déliement. Des forces incommensurables ébranlèrent les terres. Les montagnes tremblèrent et les mers se soulevèrent comme les ténèbres et la lumière se livraient une bataille mystique. A la nuit tombée, les étoiles masquées par les décharges magiques et les nimbes de sorcellerie, le Roi Sorcier et sa clique usèrent leurs dernières forces. Alors même que le Grand Vortex menaçait de flancher, une puissance tierce entra en lice. Libérés de leur longue stase, Caledor le Dompteur de Dragons et les mages piégés dans le vortex revinrent dans le monde des vivants. Comprenant instantanément la menace qui pesait sur Ulthuan, ils ajoutèrent leurs incantations à celles des mages du Roi Phénix, et dans un déchaînement colossal d'énergie magique, ils remirent le vortex en place.

Le retour de sort déchira Ulthuan. Un raz de marée de mille pieds de haut vint s'écraser sur le littoral nord, engouffrant Nagarythe et Tiranoc. Des cités entières furent emportées avec leurs habitants. Tandis que le déluge balayait Nagarythe, les suivants du Roi Sorcier utilisèrent leurs derniers sortilèges pour échapper à la tempête. Grâce à l'afflux de magie, leurs citadelles noires s'élevèrent au-dessus des vagues. Le plan de Malékith avait échoué, il avait dépensé toute son énergie, son royaume avait été submergé et son armée détruite. A bord des châteaux flottants de Nagarythe — rebaptisés plus tard "lesArches Noires" -, le Roi Sorcier et ses serviteurs échappèrent au cataclysme qu'ils avaient déclenché. Ils voguèrent au nord et à l'ouest, jusqu'aux désolations sauvages de Naggaroth.

La race des Elfes était divisée ; la guerre civile avait entraîné des scissions irréparables. Les Hauts Elfes d'Ulthuan et les Elfes Noirs exilés étaient dorénavant deux peuples distincts, ne partageant plus qu'une aversion mutuelle. La flotte de Malékith fit voile vers l'ouest pendant des semaines, bravant les tempêtes et les vagues hautes comme des montagnes. Les navires continuaient néanmoins de voguer vers le couchant, et vers l'étreinte calme et réconfortante de la nuit. A l'ouest de la Mer Traîtresse, dans les ombres glaciales des montagnes de Fer, les Arches Noires de Nagarythe accostèrent. Là, dans ce pays désolé, Malékith déclara qu'il restaurerait les splendeurs du règne d'Ænarion et construirait une grande capitale qui ferait de l'ombre aux cités d'Ulthuan. La cité de Naggarond, capitale du nouveau royaume de Naggaroth est née.

Un Règne de Fer

Le Roi-Sorcier, un souverain impitoyable et incontesté.
Cinq mille ans plus tard, l'histoire des Elfes Noirs se confond toujours avec celle du Roi Sorcier lui-même. S'il n'avait pas mené l'insurrection contre les Rois Phénix, il n'y aurait ni Naggaroth, ni Elfes Noirs. Son long règne est synonyme de sang et de terreur, de régime de fer, d'assassinats et de subterfuges. Encore aujourd'hui, c'est sa volonté, et sa volonté seule, qui continue de guider les Naggarothi vers leur sombre destin. Il arrive que le Roi Sorcier demande l'avis des despotes du Conseil Noir qui baignent dans sa radiance, mais seulement quand cela l'amuse. Il ne prête l'oreille qu'à la voix sifflante de Morathi, et jamais sans redouter quelque duplicité. Même les plus anciens de ses courtisans n'ont vécu qu'une fraction minime de son existence, et le Roi Sorcier n'accorde pas plus d'importance à leurs propos qu'aux conseils d'un enfant précoce. Malékith a vécu si longtemps - et a eu tant de maîtresses - que rares sont les nobles de Naggaroth qui ne se revendiquent pas de sa lignée.

Sous ses ordres, les Elfes Noirs ont continuer de faire la guerre à Ulthuan, avec pour but de prendre par les armes l'héritage dont ils s'estiment spoliés. Les armées du Roi Sorcier sèment encore et toujours une dévastation indicible chez les Hauts Elfes haïs, mais finissent invariablement rejetés à l'océan. Pour un monarque mortel, une seule de ces défaites serait une tragédie, une vie de labeur gâchée. Pour Malékith, depuis longtemps parvenu à l'immortalité, il ne s'agit que de revers qui créent de nouvelles opportunités. Quand la force échoue, le Roi Sorcier envoie des infiltrateurs et des assassins pour saper Ulthuan de l'intérieur. Quand la subversion n'est pas concluante, Malékith soudoie des royaumes étrangers pour qu'ils attaquent à sa place. Pour l'heure, Ulthuan a repoussé tous les assauts, mais n'a gagné sa survie qu'au prix de milliers de vies de soldats et du sac de ses royaumes, ce que l'île-continent ne pourra pas se permettre éternellement. Le brasier de la guerre qui consume Ulthuan ne fait que tremper la puissance de Malékith qui sort de chaque défaite plus fort et plus résolu que jamais. Alors que les Hauts Elfes se lamentent désespérément chaque fois qu'un de leurs guerriers tombe, le Roi Sorcier sacrifie sans compter les vies de ses laquais — ils ne sont rien de plus que les instruments de sa vengeance. Le jour viendra où les Hauts Elfes ne pourront plus payer le prix du sang que la haine de Malékith exige d'eux. Ce jour là, le Roi Sorcier aura enfin gagné une fois pour toutes, et les Hauts Elfes auront disparu définitivement.

Seraphon

Malékith montant Seraphon, son Dragon Noir.
Seraphon est le terrifiant Dragon Noir que le Roi Sorcier Malékith monte lors d'une bataille.

Des Ombres Elfes Noirs ont un jour trouvé des œufs sans surveillance, au plus profond de la chaîne des montagnes des Pics d’Obsidienne. Malékith ordonna que les œufs soient ramenés à Naggarond . Là, ils furent rituellement entretenus par les prêtresses de Khaine pendant près d'un siècle jusqu'à ce qu'ils éclosent. Seraphon a été le premier à émerger et, avant que les Furies ne puissent l'arrêter, il avait détruit la plupart des autres œufs.

Malékith a été impressionné par les instincts impitoyables du Dragon et il décida qu'il le prendrait comme monture personnelle. Les autres Dragons ont tous été remis aux généraux favoris de Malékith. Ces nobles ont passé de nombreuses décennies à se former et se battre avec ces bêtes monstrueuses, en préparation du prochain assaut du Roi Sorcier sur Ulthuan .

Maintenant, Malékith estime que le moment est venu pour son peuple de partir en guerre encore une fois. Le Roi Sorcier et Seraphon vont se battre à la tête de plusieurs Dragons Noirs, pour ravager les rives du Vieux Monde et les villes d'Ulthuan.



Malékith possède les Objets Magiques suivant :
  • La Destructrice: Forgée par le Roi Sorcier de Naggaroth lui-même, cette lame est un symbole de la détermination des Elfes Noirs à détruire les Hauts Elfes et toute leur œuvre. Le moindre contact avec la Destructrice peut annihiler les enchantements ou même aspirer le savoir de l'esprit des sorciers imprudents.
  • Armure de Minuit: Forgée dans le fer météorique le plus dur, cette armure protège Malékith contre toutes les armes ordinaires.
  • Bouclier Tueur de Sorts Suprême: Le Bouclier Tueur de Sorts Suprême absorbe la magie et la renvoie sur l'ennemi.
  • Couronne de Fer: On dit que la Couronne de Fer, un artefact qui irradie de magie est plus ancienne que la race des Elfes.


  • Pour tout savoir sur les trahisons, les spoliations et les revanches de Malékith, voir l’article dédié à l’Histoire des Elfes Noirs, contée par Furion, de Clar Karond, narrant le sombre règne du souverain Druchii.

Sources

  • Livre d'Armée Elfes Noirs, V4
  • Livre d'Armée Elfes Noirs, V6
  • Livre d'Armée Elfes Noirs, V7
  • Livre d'Armée Elfes Noirs, V8