Maître des Runes

De La Bibliothèque Impériale
« Les Nains n’ont pas l’esprit assez subtil pour maîtriser les Vents de Magie aussi bien que nous. Ils utilisent la force brute et leur ingéniosité mécanique pour les piéger dans leurs runes grossières. Bien qu’elles soient parfois efficaces, cette méthode laisse peu de place à l’imagination, à l’originalité et à l’innovation. Les runes dont ils se servent aujourd’hui contre les Orques sont quasiment les mêmes que celles qu’ils utilisaient contre nous pendant la Guerre de la Barbe ! Chacun de mes sorts est unique, un canevas magique formé de fils que je tire directement des Vents de Magie. Comme d’habitude, les Nains se montrent hermétiques à la beauté. Leur "magie" est dénuée de mystère et de fantaisie. »
- Elroc de la Tour Blanche de Hœth


Un Maître des Runes Nain en plein travail

La très ancienne guilde des Maîtres des Runes est l’une des institutions les plus respectées de la société Naine. Son histoire remonte aux temps ancestraux, alors que Grungni, Dieu des Mines, Maître des Forges et Seigneur des Runes, marchait encore parmi les vivants. La guilde prétend descendre de Morgrim, fils de Grimnir, si bien que les Maîtres des Runes se disent parfois membres du clan Morgrim. Toutefois, ils ne sont pas les seuls à revendiquer l’héritage de Grimnir et de ses fils. Quoi qu’il en soit, tous les Maîtres des Runes partagent des liens de parentés plus ou moins ténus. Chacun perpétue les traditions secrètes de son clan, et allie l’art de la métallurgie à celui de la magie afin de créer des Runes de pouvoir. D’autres races fabriquent des objets magiques, mais aucune n’égale le savoir-faire des Maîtres des Runes Nains. Le plus talentueux sont respectés de tous et bénéficient d’égards normalement réservés aux ancêtres.

Les Maîtres des Runes sont les seuls Nains capables d’utiliser les Runes, que ce soit pour créer des Objets Runiques de grand pouvoir ou pour les inscrire sur des supports temporaires pour des effets à plus courts termes. Dans la société Naine, tous les Maîtres des Runes sont estimés et honorés pour leur sagesse et leurs compétences supérieures. Les légendes Naines relatent aussi souvent les hauts faits des Maîtres des Runes que ceux des rois et des héros de naguère. Une famille célèbre toujours avec éclat la première Rune inscrite par l’apprenti d’un grand maître ou se désole quand il s’avère qu’il n’a pas les talents nécessaires pour suivre les traces de ses ancêtres.

Le nombre de Maître des Runes est peu élevé. Lorsque l’un d’eux juge le moment propice, il se choisit un jeune apprenti parmi ses proches et lui enseigne les arcanes des Runes. Le Maître des Runes reste jaloux de ses connaissances et les transmettra qu’à un de ses successeurs qu’il juge digne. C’est ainsi qu’un nombre important de Runes puissantes ont été perdues, simplement parce qu’un détenteur de savoir n’a trouvé personne d’assez méritant (de son point de vue). Pire, avec le temps, les brouilles et les vendettas familiales ont morcelé la Guilde des Maîtres des Runes et certains membres refusent de parler à d’autres ainsi qu’à leurs apprentis et leurs parentèles. De fait, la connaissance des Runes est maintenant divisée entre les lignées et plus aucun Nain ne connaît toutes les Runes. Localiser et apprendre les secrets d’un symbole particulier peut nécessiter des trésors de généalogie, pour retrouver son possesseur, et de diplomatie, pour le persuader de l’enseigner. Un Maître des Runes qui ne peut trouver d’apprenti dans sa propre famille emporte le plus souvent son savoir dans la tombe. Cependant, il arrive parfois qu’un maître accepte pour apprenti un jeune artisan ou un forgeron si brillant que cela compense sa naissance extérieure aux vieilles familles, à la forteresse ou à la colonie. Cela n’empêche pas le nombre de Maîtres des Runes de se réduire siècle après siècle, et certains craignent que ce savoir finisse par se perdre. Fort heureusement, les Maîtres des Runes ont tendance à vivre très vieux, même selon les critères Nains, et en vieillissant, ils deviennent durs comme la pierre, tenaces et obstinés. Ces figures emblématiques des traditions Naines siègent fièrement aux tables des Rois, leur grand âge leur accordant un statut sans équivalent parmi les hommes ou les Elfes.

Cette aura de respect ne s’obtient qu’après des siècles d’un apprentissage pénible sous la direction d’un Maître des Runes sévère et impitoyable. À cela s’ajoutent le dur labeur de la forge et la quête interminable de secrets enfouis au plus profond des forteresses perdues. Les Maîtres des Runes couchent rarement par écrit le moindre fragment de leur savoir. Ils estiment, en effet, qu’il doit être acquis par l’exemple et non par la lecture. Quand ils écrivent quelque chose qui concerne leur art, ils utilisent un code, dissimulent leurs propos derrière une énigme ou les déguisent par toutes sortes de moyens subtils, voire une Rune. Seul celui qui détient la clé et sait où chercher peut espérer déchiffrer le message. Au terme de cette formation exigeante, l’apprenti est devenu plus coriace et acariâtre que la moyenne de ces congénères.

En dehors des colonies des Montagnes du Bord du Monde, rares sont ceux qui détiennent la moindre connaissance sur les Runes et plus rares encore sont ceux qui les inscrivent. Les Maîtres des Runes protègent férocement leurs secrets et n’en ont jamais transmis aucun de plein gré a une autre race.

La plupart des Maîtres des Runes passent leur vie dans les forteresses des montagnes. Ils consacrent leurs jours à forger les armes et les artefacts magiques qui soutiendront l’effort de guerre Nain contre les Peaux-Vertes et les créatures du Chaos qui hantent leur domaine. Ils voyagent très rarement, mais il leur arrive de quitter leur forteresse pour partir à la recherche des ingrédients magiques nécessaires à la création d’une arme particulièrement puissante. On peut aussi les rencontrer au cœur d’un Throng pour lequel ils continuent de forger armes et armures, accompagnés dans certains cas d’une Enclume du Destin.

Il existe pourtant une catégorie de Maîtres des Runes qui voyagent plus facilement. Ce sont les expatriés, ceux dont les forteresses d’origine ont été détruites ou conquises à travers les siècles et qui ont dû s’installer sur les terres des hommes. Les Nains expatriés se regroupent généralement en colonies au cœur de l’Empire, des colonies qui vont du quartier ou ghetto dans une cité impériale au campement improvisé près d’un bourg ou d’une mine. Un Maître des Runes élevé dans semblable communauté n’aura pas hérité de toutes les connaissances des grands maîtres de Karaz Ankor, mais il ridiculisera sans doute les forgerons humains. Il est peu probable que lui ou sa communauté possède une Enclume du Destin, mais il sait certainement où se trouve la plus proche et il peut lui arriver de s’y rendre pour créer un nouvel Objet Runique. Les Seigneurs des Runes rechignent cependant à mettre les grandes Enclumes à la disposition de ces Nains qui vivent parmi les humains et ces « itinérants » doivent se montrer encore plus persuasifs que leurs confrères autochtones.

Les Maîtres des Runes expatriés préfèrent vivre au sein des colonies Naines et plus particulièrement parmi celles des grandes villes humaines. Dans ce dernier cas, ces « Maîtres des Runes pour hommes » se montrent très discrets sur leur véritable vocation et ne pratiquent donc pas ouvertement leur art, car ils savent que certains humains seraient prêt à tout pour apprendre leur savoir. Ils passent donc pour de simples armuriers, joailliers ou autres. Certains voyagent de ville en ville à la recherche d’un expatrié Nain suffisamment riche pour devenir leur mécène. La quête d’une arme runique ou d’une Enclume perdue peut même les transformer en authentiques aventuriers. Rares sont les humains qui connaissent la différence entre un forgeron Nain et un Maître des Runes et la différence de statut que cela implique dans la société Naine. Les terres humaines sont une place bien ingrate pour les Maîtres des Runes.

Seigneur des Runes Nain


Les Apprentis Maîtres des Runes

Les Maîtres des Runes constituent un clan regroupant une poignée de vieilles familles s’étant transmis leur savoir de génération en génération. Chaque Maître des Runes apprend les bases du feu et du travail de la forge aux jeunes membres de sa famille, choisissant les meilleurs qui deviendront ses apprentis. Si le fait d’être sélectionné est un honneur incommensurable, c’est également synonyme de longues années d’études et de service auprès d’un Maître pour créer des Runes complexes. Les Maîtres des Runes consignent rarement leurs secrets par écrit, mais quand ils le font, leurs connaissances sont dissimulées derrière des énigmes. Pour s’élever dans la hiérarchie, les apprentis doivent faire preuve de patience, d’adresse et d’intuition. Durant cette période, les apprentis quittent souvent la compagnie de leur mentor pour partir à la recherche d’ingrédients, d’outils et de matériel pour la création de nouvelles Runes.


Les Compagnons Maîtres des Runes

Les compagnons Maîtres des Runes achèvent d’apprendre les bases et leur maître leur apprend de nouveaux secrets. Mais plutôt que de recevoir un enseignement théorique, ces Maîtres des Runes partent à l’aventure pour trouver de vieux trésors magiques et les rapporter à des fins d’étude. De plus, ces compagnons se doivent d’apprendre de nouvelles Runes par le biais de leurs recherches et de leurs études. Dès lors qu’il estime être prêt, le compagnon peut revenir à son maître et lui faire une démonstration de ses talents. Si son mentor le trouve méritant, il peut alors l’élever au rang de Maître et lui apprendre ses derniers secrets.


Les Maîtres des Runes

Les Maîtres des Runes sont les professeurs et les gardiens des connaissances runiques. Très peu de Nains atteignent ce statut, et parmi ceux qui y parviennent, beaucoup restent au sein de leur forteresse, transmettant leur savoir aux jeunes et talentueux Nains de leur famille. D’autres Maîtres des Runes consacrent des années de leur vie à la recherche de secrets anciens, explorant le monde pour découvrir de vieilles armes et des artefacts oubliés, espérant ainsi retrouver les Runes oubliées des fabuleux maîtres d’antan. De telles quêtes conduisent ces Nains en des lieux dangereux, comme des forteresses en ruine, des antres de Dragon, les profondeurs de forêts Elfiques, voire pire encore, car la plupart des terres naines sont tombées aux mains de l’ennemi au fil des siècles.


Les Seigneurs des Runes

Les Seigneurs des Runes sont les plus grands Maîtres des Runes. Un candidat à ce titre ne peut être promu qu’à la mort d’un autre Seigneur des Runes, si bien que cette place est très enviée et disputée. Parmi les Nains, les Seigneurs des Runes ont le statut de rois et comptent donc parmi les membres de la société les plus estimés. Quelques Seigneurs des Runes se retirent du monde, s’isolant pour apprendre les plus grands secrets de leur magie et créer de nouvelles Runes, devenant alors de véritables légendes.


Sources

  • Livre d’Armée des Nains, V7
  • Warhammer JdR - Les Royaumes de Sorcellerie