Livres des Rancunes

De La Bibliothèque Impériale
Un jour, Lifnur Poing-de-Forge nous a emprunté un marteau et l’a gardé pendant plus de deux semaines avant de nous le rapporter ! C’est un affront monumental et même si il s’est excusé en prétendant qu’il s’agissait là d’un simple oubli, je suis certain qu’il a gardé l’outil aussi longtemps dans le but d’insulter notre clan ! Et ce n’est pas le premier incident du genre ! Il y a 300 ans de ça, l’arrière grand-père de Lifnur avait prêté un chariot à Dogan Sorinsson, qui le lui rendit avec un roue voilée ! Il y a eu débat quant à l’état de la roue au moment ou Dogan avait emprunté le chariot, mais rien ne fut avancé qui puisse être prouvé.
Le Clan Sorinsson n’a jamais oublié l’affront fait à notre honneur par les Poing-de-Forge, ce jour là.
- Extrait du Livre des Rancunes de Timli Sorinsson, porte-serment.


Un livre des Rancunes
Il est important pour les Nains de se rappeler la moindre personne qui a fait preuve de bienveillance et d’amitié envers eux, et aussi tous ceux qui leur ont fait du tort, de quelque manière que ce soit. Tout individu qui a rendu un grand service à un Nain (comme lui sauver la vie) devient alors un « ami des Nains » (« Dawongr »). Un ami des Nains bénéficie généralement d’un lien d’amitié très fort qui peut durer des décennies. La relation entre le poète humain Félix Jaeger et le Tueur Gotrek Gurnisson en est la parfaite illustration.

D’un autre côté, les torts et les insultes sont cérémonieusement inscrits dans un Livre des Rancunes, le plus grand de tous est le "Dammaz Kron", conservé par le Haut Roi Thorgrim le Rancunier. Il en existe un dans chaque citadelle où il est conservé par le Roi. Chaque clan en possède également un, détenu par le Conseil des Anciens. Enregistrée, une rancune ne peut être effacée qu’après remise d’une compensation adéquate ou qu’une vengeance ait été exercée, et même là, l’insulte en question est souvent simplement barré, de sorte à garder une trace des tords qui leur ont été fait, car les Nains préfèrent conserver une rancune plutôt que d’oublier le passé. Ainsi, même les pages consacrées à des tords réparés sont régulièrement consultées, car ils aiment à raconter comme un acte odieux fut finalement vengé. Tout contact avec un étranger est précédé d’une consultation de ce grimoire, qui est ce qui se rapproche le plus d’une chronique de l’histoire Naine. Son contenu fait en outre partie du folklore des Nains, et nombres d’entre eux connaissent par cœur le récit des affronts subis par leur peuple.

Il n’existe pas de mot Khazalid pour le pardon, mais il existe une foule de termes pour exprimer la vengeance et ses maintes variations.

Deux fois par siècle, des représentant des clans voyagent jusqu’au Grand Hall de Karaz-a-Karak pour le Jour des Rancunes. Chacun leur tour, ils vont énumérer les rancunes oubliés ainsi que les nouvelles qui ont été ajoutées à leur propre Livre des Rancunes. Le Haut Roi lui-même va rayer ou rajouter les rancunes dans le Dammaz Kron, il est le seul à savoir si la liste s’allonge ou rétrécit, mais vu le comportement austère du Haut Roi à l’heure actuelle, le livre ne sera certainement pas refermé avant de nombreux siècles.

Les Elfes

« Aussi sûr que l’Or brille et que les Elfes sont des traitres ! »
- Proverbe Nain

La victoire des Nains à la fin de la Guerre de la Barbe devrait avoir assouvi la rancune envers les Hauts Elfes : le Roi Gotrek Brise-étoiles a en effet déclaré que la vie de Caledor le Second et la Couronne du Roi Phénix constituaient une juste compensation pour toutes les insultes des Elfes et les injustices de la guerre.

Mais si la guerre était finie, les Nains ne l’oublièrent jamais, si bien que la méfiance envers les Elfes est l’une des premières choses que les parents enseignent à leurs enfants. Les Nains ressentent une animosité générale envers les Elfes, qu’ils considèrent comme des individus déloyaux ou indignes de confiance, volages, arrogants et plus ou moins dénués de qualités susceptibles de les racheter.

Les Peaux-Vertes

Le mépris que les Nains éprouvent pour les Elfes n’est toutefois rien comparé à la haine qu’ils ressentent pour les Peaux-Vertes. Les Orques et les Gobelins ont pris plus de vies Naines et détruit plus de citadelles que toutes les autres races réunies. Pire encore, leurs victoires n’ont pas été obtenues dans des confrontations honorables entre guerriers sur le champ de bataille, mais par de brutaux assauts contre les citadelles, qui ont inévitablement entraîné le massacre de toute la population, y compris les femmes, les enfants et les anciens tant révérés.

Les scribes de Karaz-a-Karak ont passé des générations à calculer les compensations qui effaceraient les Guerres Gobelines, et c’est un montant que certains philosophes utilisent comme métaphore pour désigner une valeur incalculable.

Les Nains ont le sentiment général que seule la destruction totale de la races des Peaux-Vertes pourrait constituer une juste compensation pour ces massacres. Il faut que les circonstances soient vraiment exceptionnelles pour que des Nains supportent de laisser vivre des Peaux-Vertes. Même alors, ils se sentent souvent obligés de justifier leur abstention par la phrase « Il va faire des petits », indiquant qu’ils ne laissent vivre une peau-verte que pour le plaisir de massacrer sa descendance, une vengeance plus satisfaisante que la mort d’une seule.

Les Skavens

Contrairement aux humains, les Nains ont parfaitement conscience de l’existence des Skavens. Ces immondes hommes-rats sont à l’origine de nombres d’attaques dans l’empire souterrain, dans les mines et l’Ungdrin Ankor, et d’innombrable vie Naines au été perdus par la faute des enfants du Rat Cornu. Toutefois, contrairement aux Skavens qui combattent pour le territoire ou la domination, les Orques et les Gobelins se battent parce que c’était tout ce qu’ils savaient faire. S’ils ne sont pas aussi malins que les hommes-rats, ils sont bien mieux entraînés. Par conséquent, et parce que les Skavens usent de tactiques d’escarmouche et d’embuscades plutôt que de se livrer à des assauts frontaux, c’est de la férocité inébranlable des Peaux-Vertes que les Nains se souviennent le mieux, et c’est cette race qu’ils citent en premier dans leurs Livres des Rancunes.

Ainsi, les Nains ont, encore aujourd’hui, soif de vengeance contre les hommes-rats et leurs innombrables atrocités. En fait, sans les Skavens, les armées des Peaux-Vertes n’auraient jamais pu entrer dans la forteresse Naine de Karak Ungor, cachée dans les profondeurs souterraines. Les sapeurs Skavens furent aussi responsables de l’inondation de Karak Varn un an plus tard, et les Nains parlent encore de l’affreux spectacle qui s’ensuivit, quand les hommes-rats se délectèrent des cadavres boursouflés de leurs frères d’armes noyés. Néanmoins, l’acte le plus terrible des Skaven est leur implication dans la chute de Karak aux Huit Pics, lorsque les gaz de Malepierre des Globadiers décimèrent les Nains derrière leurs fortifications. Pour cette raison, les Skavens figurent également en bonne place dans le Dammaz Kron.

Les Corrompus

Les Nains éprouvent une répugnance particulière pour les Nains du Chaos, qu’ils appellent « les Corrompus » (Frurndar en Khazalid). Leur existence est une véritable disgrâce pour l’ensemble de la race Naine, qui ne pourra être lavée que par l’extinction totale des Corrompus. Les batailles qui opposent ces deux races sont presque aussi sauvages que celles des conflits Gobelins/Nains. Les quelques Nains du Chaos qui se laissent prendre vivant ne peuvent espérer qu’un long interrogatoire avant d’être enfin mis à mort.

Les Dragons

« Les plus ignobles des créatures, traîtres et maléfiques, voilà ce qu’ils sont. Malgré tous les ravages qu’ils font, ils ne sont rien d’autre que de vulgaires voleurs. Ils sont incapables de créer alors ils détruisent, ils brûlent les villages et mettent nos cavernes à sac. Ils attendent toujours le moment où nous sommes affaiblis, lorsque nous sommes assaillis par les grobis et les infects hommes-bêtes. C’est seulement alors qu’ils fondent sur nous pour nous attaquer. Une armure de Gromril peut résister au feu du Dragon et tous les nains sont accoutumés aux effets du feu, mais même les Fils de Grungni ont besoin d’air pour respirer. Les Dragons le savent bien et ils cherchent à nous piéger dans nos cavernes et à les emplir de flammes. Il n’existe point de Livre des Rancunes qui ne contienne au moins quelques lignes consacrées au Drakk et la plupart d’entre eux renferment plusieurs chapitres exclusivement dédiés à ce sujet. »
- Karga Fennasdottir, commerçante Naine

Les Dragons constituent une race très ancienne, plus encore que celle des Nains. Elles ont des points communs, malgré leurs différences évidentes, et ceci a entraîné une certaine rivalité tout au long de leurs histoires respectives. Les Dragons, ou "Drakk" comme ils sont nommés en Khazalid, font leurs repaires sous les montagnes, près du cœur du monde, là où il fait chaud et sec. Puisque les Nains ont tendance à creuser toujours plus profondément sous la surface, ils découvrirent très souvent des repaires de Dragons et engagèrent alors d’inévitables luttes pour la maîtrise d’un territoire.

Tout comme les Nains, les Dragons aiment l’or et l’amassent, puis s’endorment dessus. Cette quête incessante d’or de la part des Nains est fort bien documentée et nombreuses furent leurs expéditions à pénétrer dans le domaine de ces bêtes, à la recherche de trésors et de richesses. Les Dragons sont des créatures formidables et redoutables, et sont très recherchés par les dévots du culte des Tueurs dans leur quête d’une mort honorable.

L’animosité entre les Nains et les Dragons est tellement ancienne, et si nombreux furent les affrontements entre eux, que les Maîtres des Runes ont réalisé de nombreux objets Runiques pour venir à bout de tels monstres ou se protéger d’eux. La Rune Majeure Tueuse de Dragon fut forgée il y a bien longtemps et, puisque d’après les légendes l’une des haches de Grimnir en porte une, seul l’un des Dieux Ancêtres aurait pu graver la toute première. Il en existe de nombreuses autres, comme la Rune de Fournaise, qui protège contre les ravages du feu du Dragon : tous ces mystères arcaniques rendent perplexes les membres les plus érudits des Collèges de Magie.

Sources

  • Warhammer JdR - Nains, Pierre et Acier
  • Le Livre des Rancunes