Les Dieux des Halflings

De La Bibliothèque Impériale
«Qui aurait pensé que les Halflings étaient si pieux ? Mais je les ai bien regardés pendant la semaine de la tourte. C’est là qu’ils remercient mère Esmeralda, et après avoir goûté leurs tourtes, on comprend pourquoi !»
- Bertram Stanheim, paysan affamé


De toutes les races de l'Empire, on pourrait dire que Halflings sont ceux qui apparaissent comme les moins dévots. Les Halflings préfèrent célébrer le moment présent plutôt que les heros et les exploits d'un passé oublié, adorant leurs Dieux quand les circonstances l'exigent sans être très portés sur la religion. La plupart des habitants de l'Empire (et en particulier ceux du Stirland) diraient que les seules choses que vénèrent un Halflings sont le contenu d'une bouteille et celui de son estomac. Il est vrai que, comparativement, les Halflings ne sont guère religieux, leur nature insouciante n'étant pas conciliable avec les exigences d'un culte sérieux et organisé. Quand ils la mettent en pratique, leur foi sert la plupart du temps de prétexte à festin (un peu comme les humains ; les Halflings font juste preuve d'honnêteté concernant leurs motivations).

Des quatre races majeures du Vieux Monde, les Halflings sont les plus irrévérencieux. En dehors du fait que les Halflings n’ont quasiment aucun don pour la Magie, le petit peuple est si étranger au concept de vénération que le simple fait d’aborder le sujet suscite d’interminables éclats de rire, parfois suivis d’un vol en bonne et due forme pour donner une leçon au malappris qui l’a évoqué. Les Halflings ont leurs dieux, c’est certain, mais aucun n’irait s’encombrer de choses aussi ridicules que des prosternations de jour et de nuit devant qui que ce soit, sans parler d’une présence invisible qui ne fait rien d’autre que rester assise à manger et à badiner galamment avec ses frères et sœurs. Quand les Halflings se sentent gagnés par la piété, une fête est organisée, et quelques habitants du cru sont choisis pour s’en occuper. On les paye grassement pour qu’ils ne se saoulent pas trop et puissent ainsi sauver les apparences et l’aspect cérémoniel de l’ensemble.

Esméralda

La plus populaire des divinités des Halflings est Esméralda, Déesse de l'Âtre et du Foyer. Le culte d'Esméralda ne s'embarrasse d'aucune exigence religieuse et d'aucun commandement, son seul rite notable étant celui de la Semaine de la Tourte, (tristement) célèbre dans tout l'Empire pour les excès gloutonnerie qu'il suscite. La Semaine de la Tourte est l'occasion ou jamais pour les Halflings de faire preuve d'une dévotion extrême et inédite cher eux.

Les Autres Dieux des Halflings

Bien qu'ils soient vénérés plus ou moins aléatoirement (et plus encore qu'Esméralda) quand les circonstances l'exigent, les Halflings vénèrent les Dieux de l'Empire, Sigmar en particulier, qu'ils considèrent comme l'un de leurs protecteurs attitrés (alors qu'aucun texte de Sigmar ne mentionne l'existence de la race, et encore moins le fait qu'il faille la protéger), auxquels se rajoutent d'autres Dieux typiquement Halflings. Parmi ces divinités mineures, il faut compter Josias le Fermier, qui sait toujours quel va être le temps et peut toujours faire jaillir la vie du terroir le plus aride, c'est un Dieu auquel on adresse des prières au printemps et en été, au début et à la fin de la saison agricole. Citons aussi Hyacinthe, Déesse de la Fertilité et de Accouchement à laquelle bien des mères et des sages-femmes adressent leurs prières. Phinéas, Dieu du Tabac, célèbre pour sa poche d'herbe a pipe inépuisable ; Gaffey, Dieu de la Construction et des Villages ; et Quinsberry, Dieu des Ancêtres et de la Tradition. Dans les parties les plus rurales de l'Empire, en particulier celles qui sont proches du Moot (à l'exception notable du Stirland, où les Dieux des Halflings sont traités avec le plus grand mépris), certains hommes et femmes prêtent hommage aux Dieux des Halflings comme aux leurs.

Source

  • Warhammer JdR - Le Tome de la Rédemption