Le Grand Jeu

De La Bibliothèque Impériale

Au fil des siècles, des savants à moitié sains d’esprit, corrompus par le Chaos, ont secrètement tenté de déchiffrer les intentions des Puissances de la Ruine. Si la plupart de leurs affirmations sont contradictoires, cependant, beaucoup mentionnent la légende du Grand Jeu, un affrontement mythique, fait de guerres et d'alliances, impliquant principalement les quatre Dieux Sombres, qui s’allient l'un à l'autre quand cela leur convient, mais qui se combattent la plupart du temps l’un l’autre pour les plus fallacieuses raisons. Khorne, Tzeentch, Nurgle et Slaanesh sont en constante compétition pour devenir le plus puissant des Dieux du Chaos, et ne s’unissent que pour une cause : la damnation du royaume des mortels.

L'échiquier du Grand Jeu englobe à la fois la réalité et l'irréalité. Dans les Royaumes du Chaos, les armées démoniaques loyales envers telle ou telle Puissance s'affrontent dans des batailles incessantes aux frontières des territoires des Dieux. Pourtant, ces guerres n'aboutissent à rien, car chaque Dieu est bien défendu au sein de son foyer. C'est pourquoi les mouvements vitaux du Grand Jeu sont joués dans le monde des mortels.

Le second théâtre d’opérations est les Désolations du Chaos, où les Champions entrainent les tribus barbares et leurs bandes de guerriers contre les armées de mortels de leurs rivaux parmi les Dieux de Chaos. Le massacre se déroule sur des champs de bataille qui se transforment et changent constamment sous l’action des tempêtes de Magie qui les traversent. Les batailles sont gagnées et perdues sans qu’aucune divinité ne domine jamais. Toutefois, les combats dans les Désolations du Chaos ne sont qu'un prélude à l'objectif réel du Grand Jeu. En effet, ces combats servent de tests pour leurs Champions, les faibles tombent et les forts sont entrainés pour l’arène principale du Grand Jeu : les royaumes civilisés du Vieux Monde. Les Puissances de la Ruine essaient d’inciter les mortels vivant dans ces royaumes à trahir leur héritage et à adorer le Chaos, et ils ordonnent à ceux qu’ils ont corrompus de semer l’anarchie et la profanation. L'Empire est leur plus grand objectif, car il est la nation la plus peuplée, la plus riche et la plus puissante. Les Dieux des Ténèbres se disputent le contrôle de cette terre, implantant des cultes clandestins pour affaiblir l'Empire de l'intérieur et envoyant des raids depuis les frontières avec leurs guerriers et leurs hordes.

Cependant, tant que les puissances Ruine s'affrontent dans des luttes intestines, ils ne pourront jamais vaincre individuellement l'Empire inébranlable. Il y a deux cents ans, ils ont enterré leurs différences et ont presque réussi à envahir le Vieux Monde avec leurs armées. Au temps même de cette invasion, les Puissances de la Ruine se battaient pour maintenir leurs propres forces en position dominante, alors que chaque Dieu utilisait toute son astuce pour faire obstacle aux agissements de ses frères divins. Seul le courage de Magnus le Pieux et le sang des braves hommes et des Nains qui ont combattu avec lui ont contrecarré les ambitions des Dieux des Ténèbres.

Maintenant l'Empire bénéficie d'un nouvel âge d'or, mais les Puissances de la Ruine ont récemment à nouveau décidé de mettre de côté leur jeu et ont choisi un seul champion pour les représenter tous. Les innombrables batailles entre les armées du Chaos dans les Désolations Nordiques ont produit un grand champion qui s’incline devant chaque Dieu Sombre avec un égal respect. C’est Archaon, dont les exploit inégalables lui ont valu le titre de «Seigneur de la Fin des Temps». Au même moment, les cultes préparent l’invasion des hordes du Chaos, un conflit jamais vue depuis la Grande Guerre Contre le Chaos. Plus de 200 ans plus tard, on peut à nouveau entendre des rumeurs sur la venue de la Fin des Temps dans les rues et les tavernes de l’Empire. Ayant unifié les tribus des Désolations du Chaos, Archaon déferla dans ce qui fut nommé la Tempête du Chaos.

Si Archaon fut défait aux portes de Middenheim, certains pensent pourtant que, pour apocalyptique qu'elle fut, cette guerre ne fut qu'un prélude pour la véritable invasion. Des bandes de fanatiques déments proclament haut et fort que la fin est proche, et les nations civilisées se préparent à nouveau pour la guerre contre le nord. Sous la conduite d'Archaon, les Puissances de la Ruine espèrent unir leurs forces pour finalement détruire la civilisation, alors qu’il ne fait pas de doute que le Grand Jeu va continuer sans faiblir et que les Champions des Dieux du Chaos continueront de se défier pendant que le monde brulera autour d’eux.

  • La Cour des Trêves : La Cour des Trêves est un lieu à part dans les Royaumes du Chaos, une zone franche où les Dieux peuvent se retrouver pour parlementer. Comme son nom l'indique, c'est là que sont négociés les armistices qui sont inévitables, car plus un conflit se prolonge entre deux Dieux, plus les autres en profitent pour accroitre leur pouvoir. Les Dieux du Chaos sont des créatures égoïstes et ils mettront fin à leurs actions dès que celles-ci contribueront à l'hégémonie de leurs pairs. Le déroulement des négociations entre les Dieux du Chaos se conforme à leur personnalité. Khorne formule toujours ses exigence avec colère, même s'il n'est pas en position de force. Nurgle est prolixe et discourt de façon enjouée avec son interlocuteur, alors même qu'il complote contre lui sans considération pour ses doléances. Slaanesh parle suavement mais rarement, car il préfère offrir des présents en les emballant de phrases exquises qui ne sont qu'autant de promesses de trahison. Le plus trompeur des quatre est Tzeentch, qui joue adroitement dans cette partie de bluff et de marchandage. Pour lui, les intentions de ses frères sont claires comme de l'eau de roche et malléables comme de l'argile. Il est très rare que Tzeentch soit floué à la Cour des Trêves, et il a plus d'une fois renversé le cours du Jeu Divin à l'occasion d'une de ses assemblées.

Sources

  • Warhammer JdR V3 - Liber Mutatis (traduction par Monzoobo)
  • Warhammer JdR V3 - Liber Infectius (traduction par Christer)