Karak aux Huit Pics

De La Bibliothèque Impériale
« A l’acmé de notre ancienne puissance, c’était une véritable merveille aux yeux du monde, encore plus belle que le Pic Éternel, qui s’ouvrait sur les cieux. Signe de notre richesse et de notre puissance incontestable. Nous pensions qu’il ne tomberait jamais, et que les mines seraient nôtre pour toujours. »
« C’était bien naïf de notre part. C’est avec fierté que nous avons érigé les Huit-Pics, certains de notre maîtrise de la pierre et des ténèbres tapies sous le monde. Mais tandis que nous bâtissions la cité, les graines de sa ruine bourgeonnaient. »
« Nous étions las de la guerre lorsque les Montagnes Noires expulsèrent leur nuage de cendres : notre peuple était alors reparti se mettre en sécurité dans leurs cités. Et pourtant, depuis le cœur de notre royaume, depuis l’endroit ou nous pensions être les plus forts, l’ennemi à surgit… »
« Depuis les profondeurs des souterrains que nous avions creusés, nos ennemis frappèrent en plein cœur de la forteresse. A travers les mines qui furent la source de notre richesse, des armées de Gobelins se déversèrent, ainsi que ces rats de Skavens, et d’autres créatures encore plus terribles… »
- Gotrek Gurnisson, en train de parler de la grandeur de la forteresse.


Karak aux Huit Pics, Vala-Azrilungol, la Reine des Profondeurs Argentées, la plus ancienne forteresse naine du monde


Karak aux Huit Pics fut autrefois la forteresse la plus puissante du sud des Montagnes du Bord du Monde et doit son nom aux huit montagnes qui entourent la forteresse des Nains. La ville elle-même a été érigée à la base d’une vaste dépression, créant un amphithéâtre naturel. L’extérieur de Karak aux Huit Pics reflète l’incroyable ingéniosité Naine, les pics des montagnes formant les remparts de la cité. Toutefois, l’intérieur de la ville, avec ses murs imposants, n’a pas d’égal en termes de défense. Ses vastes et innombrables salles, ses mines et ses splendeurs inénarrables ainsi que ses temples faisaient l’admiration de tous dans les royaumes Nains. Seule la plus récente et plus grande forteresse de Karaz-a-Karak était plus riche et plus célèbre, mais Karak aux Huit Pics inspirait tout de même un profond respect car elle était la plus ancienne. Le peuple de cette antique forteresse descend des tous premiers colons et même de certains Dieux Ancestraux.

Karak aux Huit Pics était une étape importante sur la route commerciale entre Karak Azul et les forteresses Naines du nord. Les conséquences n’en ont été que plus dévastatrices lorsque la ville est tombée, ce fut un jour de cruelle amertume pour les Nains. La majorité de ses habitants furent taillés en pièces tandis que les survivants fuyaient chercher refuge dans le nord.

Son nom original en langue Naine était « Vala-Azrilungol », ce qui veut dire "Reine des Profondeurs Argentées". La cité est entouré de huit pics coiffés de neiges éternelles : la Montagne Ventée (Karag Zilfin), la Montagne du Couchant (Karag Yar), la Montagne de l’Ombre (Karag Mhonar), la Corne d’Argent (Karagril), la Montagne du Croissant (Karag Lhune), le Mont Pierrerouge (Karag Rhyn), la Montagne du Levant (Karag Nar) et la Dame Blanche (Kvinn-Wyr). La cité était difficile à approcher, protégée par les huit grands pics aux neiges éternelles et par ses fortifications imposantes. Ses murs s’étendaient à perte de vue mais la plus grande partie de la cité, les grandes salles voûtées, les places, les profondes mines et les sépultures royales étaient construites sous la surface. Pour les Skavens cependant, Karak aux Huit Pics s’appelle la Cité des Piliers, car les kilomètres de salles jalonnées de colonnes et de voûtes à la conception sublime produisent un effet encore plus saisissant que les huit pics qui surplombent le site.


Bannière de Karak aux Huit Pics
Les Skavens découvrirent la cité Naine plus de sept cent ans avant la naissance de Sigmar. Il leur était impossible de prendre une telle cité souterraine par la force, c’est pourquoi le Conseil des Treize élabora un plan long et tortueux qui s’étendrait sur plus de dix générations. Les clans Mors et Gritak se virent attribuer la tâche de capturer la cité et de la gouverner ensemble en cas de succès. Avec l’aide du clan Mors, les guerriers du clan Gritak passèrent des siècles à creuser sous les niveaux inférieurs de la cité et trouvèrent enfin un accès aux souterrains.

Des Technomages loués au Clan Skryre placèrent alors des fragments de Malepierre dans les souterrains des Nains. Le plan était d’attendre que les Nains abandonnent leur cité à cause de la contamination par la Malepierre de leurs réserves d’eau. Mais le Conseil avait négligé un détail d’importance : la pression que faisait peser sur les Nains les Orques et les Gobelins venus de l’extérieur de Karak aux Huit Pics. Après des années d’expansion, les Peaux-Vertes menaçaient de submerger les Nains et de prendre la cité.

Plutôt que de courir le risque de voir la cité prise par les Orques, le Conseil ordonna aux clans de l’envahir. Ils devaient se débarrasser des derniers Nains avant de faire s’effondrer les niveaux supérieurs pour empêcher une fois pour toutes les Peaux-Vertes de s’emparer de la cité. Sur l’ordre du Conseil, des milliers de Guerriers des Clans s’engouffrèrent dans la cité par les niveaux inférieurs et submergèrent les Nains grâce à l’effet de surprise. Se rapprocher de la surface s’avéra moins facile que prévu, les Nains faisaient preuve d’une résistance acharnée, fortifiaient leurs tunnels, utilisaient l’huile bouillante, la poudre à canon et des pièges complexes pour repousser les assauts frénétiques des Skavens.

Pendant des dizaines d’années, les Skavens ne réussirent à envahir que les niveaux les plus bas et furent constamment tenus en échec dans leurs tentatives pour accéder aux niveaux supérieurs. Les espions avertirent les seigneurs de la guerre que les Orques et les Gobelins tenaient la cité en surface et repoussaient les Nains toujours plus profondément. Fort heureusement, les Technomages trouvèrent l’arme qu’il leur fallait pour renverser le cours des choses : les Globes de Vent Toxique.

Les Nains moururent par centaines lorsqu’ils furent confrontés aux vapeurs délétères des globes dans l’espace confiné des tunnels. Le gaz verdâtre battit en brèche toutes les défenses que les Nains purent rassembler. Les Skavens parvinrent enfin aux niveaux supérieurs après une semaine ininterrompue de combats acharnés. La perte de cette forteresse fut un désastre pour les Nains et annonça la fin des forteresses du sud, à l’exception de Karak Azul. Après avoir muré leurs temples sacrés, les tombeaux des Rois, ainsi que tous les trésors qu’ils ne pouvaient pas emporter, les Nains survivants quittèrent leur cité et se frayèrent un chemin pour porter la funeste nouvelle jusqu’à Karaz-a-Karak.

Dans la cité Naine abandonnée, les guerriers des clans Mors et Gritak affrontèrent bientôt les Orques et les Gobelins. Une série de batailles féroces n’aboutit qu’à délimiter les secteurs appartenant à chaque camp. Au cours de la dernière grande bataille qui se déroula dans la salle de cérémonie du quartier ouest, le clan Mors, en accord avec les ordres initiaux du Conseil fit s’écrouler la voûte sur les Orques. Ils négligèrent toutefois d’informer le clan Gritak de leur projet et la majorité des guerriers de ce clan périt dans les éboulements. Après avoir réduit les rares survivants en esclavage, le clan Mors revendiqua l’intégralité des niveaux inférieurs. Les Seigneurs de la Ruine cédèrent à cette requête et à dater de ce jour, la Cité des Piliers resta propriété du clan Mors et devint leur plus grande forteresse, qui compte un peu plus de 95 000 Skavens, et leur plus grand centre d’élevage, car le clan forme également des troupes de mercenaires dont il offre les services aux autres clans à des tarifs compétitifs. Dans les niveaux supérieurs, la cité a perdu sa grandeur d’antan. Les «Huit Pics», comme l’appelle les Peaux-Vertes, est dorénavant aux mains des Gobelins de la Nuit des Lunes Crochues, dirigés par Skarsnik, l’autoproclamé Seigneur de Guerre des Huit Pics. Les graffitis Orques et Gobelins ont recouvert les murs et des tas d’immondices jonchent les rues. Les totems et bannières de guerre ont remplacé les statues, et les filigranes d’or et de Gromril qui ornaient jadis les grands murs ont été dérobés.


KarakHuitPicsCitadelleSurface.jpg
KarakHuitPicsSouterrains.jpg
Dans les siècles qui suivirent la chute de Karak aux Huit Pics, les Nains impuissants regardaient avec amertume leur royaume devenir le repaire des Gobelins de la Nuit et des Skavens. Les Nains organisèrent plusieurs expéditions pour reconquérir leur forteresse. La plupart n’étaient destinées qu’à l’exploration ou à la récupération des reliques, mais tous songeaient au jour où ils parviendraient à reprendre la demeure de leurs ancêtres et échafaudaient en conséquence de nombreux plans pour tenter de reprendre leur royaume. La renommée de Karak aux Huit Pics est telle que ces aventuriers n’appartenaient pas tous au peuple Nain. Certains étaient des hommes des royaumes de l’ouest venus chercher gloire et fortune. Plus récemment, après une suite de terribles défaites et des générations de préparation, un seigneur Nain nommé Belegar Marteau-de-Fer, descendant direct de Lunn, le dernier roi de Karak aux Huit Pics, mena vers la cité une expédition qui fut en partie couronnée de succès. Il réussit à reprendre les niveaux supérieurs de la forteresse, qu’il fortifia et renforça pour la rendre inexpugnable avant que les Gobelins ne puissent se ressaisir.

Belegar espérait utiliser la citadelle comme tête de pont pour lancer des attaques dans les montagnes avoisinantes et au fond des tunnels. Bien que les Nains aient réussi à reprendre le contrôle de certaines mines et à y retrouver de vieux trésors du passé, ils ne purent étendre leur influence au-delà de la forteresse, ne contrôlant qu’une petite partie de ce qui fut jadis une immense cité. Les montagnes environnantes et leurs tunnels restèrent aux mains de l’ennemi. Les Nains vivent dans un état de siège perpétuel sans savoir de quoi demain sera fait, menacés de toutes parts par les Gobelins à la surface et par les Skavens dans les profondeurs. Peut-être un jour pourront-ils reconquérir l’intégralité de la cité de leurs ancêtres, mais pour l’instant ils doivent s’estimer heureux de pouvoir maintenir cette fragile tête de pont parmi les ruines.



De nombreuses batailles eurent lieux dans les ruines de la forteresse, certaines marquant l’histoire comme la Bataille du Hall Calciné ou la Bataille de la Porte Est de Karak aux Huit Pics.

  • La Bataille du Hall Calciné : Lorsque le Roi Belegar envoya des messages à Karaz-a-Karak pour demander de l’aide, il obtint plus qu’il ne l’espérait. Les renforts comptaient près de dix mille guerriers lourdement équipés et menés par le Haut Roi Thorgrim le Rancunier en personne. Celui-ci brisa le siège qui enserrait Karak aux Huit Pics tel une nasse, et lança une offensive pour reprendre possession des halls des niveaux inférieurs.
Le Haut Roi appuyé par Belegar commanda l’assaut contre les portes de Karag Nar. Les haches et les marteaux des Nains se mesurèrent aux lances et aux crocs des Squigs des cavernes, mais les Nains étaient galvanisés par la présence du Haut Roi et l’emportèrent. Ils chassèrent les Gobelins des deux premiers niveaux et se dirigèrent ensuite vers le Grand Hall. Toutefois Skarsnik, le chef de la tribu de la Lune Crochue, noya les Nains sous des vagues incessantes. La bataille dura ainsi trois jours et trois nuits entières, au milieu de la forêt de piliers du hall. Grâce à leur détermination, les Nains s’emparèrent du Grand Hall, et dans la foulée de la grande bannière de la Lune Crochue. Les fils de Grungni détruisirent l’idole grotesque érigée par les Peaux-Vertes, mais ils n’étaient malheureusement plus assez nombreux pour tenir le terrain durement acquis. Ils furent forcés d’incinérer leurs morts puis de battre en retraite avant que les Peaux-Vertes contre-attaquent, ou que les Skavens en profitent pour tirer leur épingle du jeu.


Conceptartskarak1.jpg

Sources

  • Warhammer Online : Age of Reckoning
  • Livre d’Armée des Skavens, V4
  • Livre d’Armée des Nains, V8