Invocation de Démons

De La Bibliothèque Impériale
Maria von Tasselheim s’agenouilla au centre du cercle de chandelles noires. Leur lumière tremblante soulignait d’ombres tranchées ses traits aquilins. Elle jeta un dernier regard à l’octogramme, un réseau de lignes d’argent sur le sol de la cave, avant de se pencher sur le grimoire ouvert devant elle. Un raclement de gorge nerveux et elle commença à psalmodier les phrases ésotériques qui allaient invoquer son serviteur Démon. Briseâme était un Démon de Tzeentch des plus mineurs, mais Maria avait tout de même beaucoup appris de lui, et son faible rang dans la hiérarchie démoniaque ne lui donnait aucune chance de vaincre les charmes protecteurs de la sorcière. Les Démons de Tzeentch étaient cependant réputés pour leur ruse et la vivacité avec laquelle ils exploitaient la moindre opportunité de se retourner contre leur invocateur.
Maria chantait maintenant le cœur du sortilège ; les lignes de l’octogramme luisaient d’un éclat bleuté et glacé, tandis qu’un nuage de fumée rose vif commençait à se matérialiser au centre. Malgré ses rencontres démoniaques, Maria ne pensait pas être une servante du Chaos. Tous les Répurgateurs du Middenland la condamneraient sans hésiter au bûcher s’ils découvraient sa véritable vocation, mais Maria se considérait comme une digne enfant de Teclis : il fallait protéger l’Empire du Chaos et il était donc de son devoir d’en apprendre autant que possible sur cette menace. Et quel meilleur informateur aurait-elle pu trouver qu’un Démon ?
Des coups secs frappés à la porte du rez-de-chaussée, celle de la boutique, coupèrent la sorcière dans son incantation. À cette heure de la nuit, il ne pouvait guère y avoir qu’une seule explication à cette visite. Mais le rituel n’était pas terminé et l’interrompre pourrait avoir des conséquences bien pires ! Mieux valait invoquer le Démon pour le renvoyer aussitôt. Le cœur battant, Maria balbutia rapidement les dernières lignes du sort. Les flammes des chandelles s’agitèrent et les ombres de la pièce semblèrent grandir, repousser de leurs noirs appendices les limites du petit cercle de lumière. Elle était sûre que quelque chose n’allait pas quand les lignes de l’octogramme virèrent du bleu au rose, puis au pourpre. Le tourbillon de fumée était maintenant rouge sang…
« Briseâme ? » demanda Maria d’une voix tremblante.
Le brouillard commençait à se condenser. Quelque chose de grand et d’allongé se matérialisa dans l’octogramme. Et le voilà, de la vapeur montait de ses flancs écailleux, de ses membres grêles et de son monstrueux crâne cornu. Le monstre braqua ses yeux blancs sans pupille sur la sorcière tremblante. Le Sanguinaire feula quand il éprouva la résistance magique des défenses de Maria. Ses muscles se nouèrent et se dénouèrent sous le cuir rouge quand il leva sa lame infernale, brumeuse et déchiquetée, et il sortit de l’octogramme.


Cela ne se passe pas toujours comme prévu...

Depuis des siècles, les mortels de toutes les races ont invoqué des Démons dans le but de satisfaire leurs ambitions. Ils se servent de tomes de savoir interdit comme le Grimoire Dæmonicus, le Pandemonius et le Liber Malefic pour s’assurer les services d’un protecteur terrifiant ou d’un assassin implacable. D’autres recherchent la connaissance de la Magie ou même désirent connaître le futur, et comme les Démons vivent en dehors du temps, ils ont une vision différente du monde et peuvent faire des prophéties qui en disent long sur l’avenir des hommes.

Les textes et les parchemins enfermés au cœur de la Bibliothèque Interdite du Grand Temple de Sigmar mentionnent les tentatives de sorciers assez fous et stupides pour avoir voulu invoquer des Démons des Royaumes du Chaos. En accomplissant certains rites et sacrifices sanglants, un Sorcier du Chaos ou un Démoniste peut invoquer des Démons prêts à le servir (le plus souvent) dans le monde matériel pour un cours laps de temps, mais ces prouesses ne se font pas sans risque, car faire directement appel aux entités des Royaumes du Chaos est une entreprise périlleuse qui a causé la mort de plus d’un sorcier ayant perdu le contrôle de sa Magie.

Si l’efficacité de ces sorts n’est plus à démontrer pour ce qui est d’invoquer les créatures associées, ces Démons restent somme toute modestes et ne s’attardent pas longtemps dans le monde des mortels. Les Sorciers du Chaos qui veulent convoquer des Démons plus puissants recourent à des rituels spécifiques. L’invocation de Démons exige un rituel spécifiquement adapté à la créature souhaitée. On peut mener un rituel destiné à invoquer un type particulier de Démon Mineur ou subalterne, mais celui qui souhaite faire appel aux entités plus puissantes, comme les Princes Démons et les Démons Majeurs, doit concevoir un rituel spécifiquement adressé au Démon en question.

De leur côté, les Démons sont avides de profiter d’une telle aubaine de pénétrer dans le monde réel, bien qu’ils ne soient jamais enclins à montrer la moindre gratitude envers leur invocateur. C’est à cet instant que ce dernier découvre si ses octogrammes de protection sont efficaces. Ceux qui n’ont pas su se protéger sont rapidement dévorés tandis que leur essence magique est aspirée par le Démon afin d’assurer son maintien dans le monde réel. Si l’invocateur a su s’entourer d’enchantements infaillibles que le Démon ne parvient pas à briser, il peut alors lui imposer sa volonté, mais seulement dans une certaine mesure.

Même lié, un Démon est un serviteur retors qui cherchera sans cesse à se libérer. Ses conseils sont toujours orientés de façon à ce qu’ils lui soient profitables, même s’ils semblent toujours bénéfiques pour l’invocateur. Les Démons les plus rusés arrivent à s’assurer l’approbation de leur geôlier en leur promettant de les servir loyalement. Un tel pacte peut durer des jours, des années ou même des siècles, mais se termine toujours de la même façon : le Démon triomphe, finit par se libérer de ses entraves, et dévore l’âme de l’impudent mortel, car il est dans la nature du Chaos que les Démons soient sans pitié, envers leurs ennemis comme envers leurs serviteurs.

Octogrammes

De la même manière que les lanceurs de sorts peuvent tirer profit de cercles de protection lors de leurs incantations, les Démonologues et les sorciers du Chaos peuvent recourir aux octogrammes lors de l’invocation de Démons. Un octogramme est un cercle hermétique contenant une étoile à huit branches. En plus de tracer l’étoile inversée à l’intérieur du cercle, le lanceur doit également dessiner diverses runes de garde, invoquant les noms des Dieux censés le protéger, ainsi que le nom véritable du Démon à convoquer.

Une fois que l’octogramme est tracé, le lanceur de sorts peut entamer le rituel pour invoquer le Démon. Ce rituel n’est pas sans risque, naturellement, car un octogramme est véritablement une porte ouverte sur les Royaumes du Chaos et à la moindre erreur, le sorcier peut être aspiré dans le Vide où son âme passera l’éternité à servir de jouet aux Démons qu’il tentait d’invoquer. Si le rituel fonctionne, le Démon apparaît sur l’étoile à huit branches, mais tout n’est pas terminé pour autant : le sorcier doit réussir à appliquer sa volonté au Démon, qui sans cela attaquerait sans distinction (et avec un grand plaisir) quiconque se trouve devant lui.

Sources

  • Warhammer JdR - Tome de la Corruption
  • Livre d’Armée des Royaume du Chaos
  • Livre d’Armée des Démons du Chaos, V8