Harpie

De La Bibliothèque Impériale
Les victimes réalisent bien trop tard que la créature qui leur fonce dessus n’est pas une femme, mais une bête sauvage et enragée !
« Elles sont superbes, n’est-ce pas ? J’ai dans l’idée qu’elles sont en réalité les filles bien-aimées de Khaine. En ce qui me concerne, je ne peux m’exprimer au sujet de leurs relations avec les Furies, mais je peux vous affirmer avec certitude qu’elles ne sont pas de simples animaux. J’ai eu un jour l’occasion de voir une escouade de harpies tourmenter un marin pendant plusieurs heures, savourant sa terreur et sa douleur avant de finir par le mettre en charpie dans une orgie de sang. Un animal ne peut différer son plaisir de cette façon. »
Larkoth Mal, Corsaire Druchii


Les Harpies sont des rejetons du Chaos particulièrement révoltants, des créatures ailées dont le corps parodie celui d’une femme humaine. De loin, elles semblent bien faites, voire séduisantes, mais leur véritable nature devient évidente dès qu’elles approchent. Leurs ailes résistantes rappellent celles des chauves-souris, même s’il y apparaît souvent quelques plumes noires. Leur corps se prolonge vers le bas par des pattes d’oiseau écailleuses et des serres dentelées, mais c’est probablement la partie supérieure de leur corps qui fait le plus parler des Harpies car elles présentent le torse et la tête de femmes voluptueuses, dont la beauté est cependant très sauvage. Le visage d’une Harpie est déformé par un rictus permanent, et ses yeux ne laissent apparaître ni intelligence, ni humanité, seulement une cruauté instinctive. Ses lèvres n’ont rien de féminin, mais sont retroussées sur ses crocs tachés de sang et de salive. Leurs membres ne sont pas plus doux que bien formés, mais nerveux et dotés de tendons noueux qui leur confèrent une grande rapidité. Leur apparence est source de nombreuses polémiques parmi les érudits, certains concluant qu’elles ne sont guère plus que des bêtes tandis que d’autres estiment qu’elles sont une race d’Hommes-Bêtes à part entière, auxquelles le pouvoir mutagène du Chaos a donné le pouvoir de voler.

La plupart des Harpies vivent dans les cavernes des Désolations du Chaos et du Pays des Trolls, mais elles sont aussi présentes de l’autre côté du monde, dans les terres de Naggaroth, plus particulièrement dans le ciel de la cité de Karond Kar où les Elfes Noirs peuvent souvent être témoins d’un spectacle qui les emplit de d’effroi tout autant que de fascination : celui de ces bêtes ailés d’une beauté sauvage qui planent sur les courant d’air ascendants des bûchers sacrificiels. On en rencontre également dans les bois qui entourent les campement des Hommes-Bêtes. Il semblerait que ces créatures soient attirées par les mêmes énergies qui poussent les Sabots Fourchus à se réunir pour sacrifier leurs captifs aux Dieux Sombres. Alors que les Hommes-Bêtes accomplissent leurs odieux rituels, les Harpies les observent avec convoitise depuis les branches des arbres. Elles attendent qu’ils finissent par succomber au sommeil, puis descendent nettoyer les restes de leurs victimes, se disputant les meilleurs morceaux.

Il existe, dans les provinces du nord de la Bretonnie, une légende qui met en garde contre l’illusoire et sombre beauté des Harpies. On raconte que ceux dont le sang est impur, peut-être les parents d’un être né avec la Marque de la Bête ou les descendants d’un ancien captif ayant réussi à échapper aux Harpies, sont irrésistiblement attirés par le spectacle d’un vol de ces créatures. Alors que la nuée descend du ciel, l’individu reste comme paralysé, incapable de détourner les yeux alors même que les Harpies démembrent vivants ses camarades et se repaissent de leurs entrailles. Enfin, dit la légende, il sera emporté dans les aires de ces monstres où il servira de jouet jusqu’à ce qu’elles se lassent de lui ou aient faim.

Le tempérament des Harpies est largement similaire à celui des Elfes Noirs, car ce sont des opportunistes qui s’en prennent aux êtres malades, épuisés ou mourants et elles adorent tourmenter leurs victimes avant de se nourrir de leur chair. Elles se réunissent au faîte des arbres lorsque les Hommes-Bêtes ou les Druchii partent en guerre, se querellant sans cesse, et n’en descendent que lorsque l’ennemi approche. Au moment où le combat s’engage, elles forment des vols désordonnés et survolent le champ de bataille en attendant de pouvoir fondre sur des proies trop faibles pour se défendre. Généralement, les Harpies cherchent à attaquer par surprise et en surnombre. Elles tirent avantage de leurs ailes en procédant à des attaques éclair depuis les airs sur des victimes terrestres. Lorsqu’elles sont blessées, elles battent rapidement en retraite vers quelque lieu haut perché où leurs poursuivants auront du mal à les rejoindre.

Les Elfes Noirs disent que les Harpies sont les âmes réincarnées des Furies tuées, ou encore une manifestation de Khaine. Quoi qu’il en soit, elles sont assez féroces pour prétendre à ces deux filiations car les Harpies sont d’authentiques créatures chaotiques, psychopathes et dangereuses, ne connaissant ni hiérarchie, ni chefs, comme il se doit pour ces animaux particulièrement sauvages. Leurs hurlements perçants fendent l’air et jettent une ombre de terreur sur le cœur de leurs ennemis.

Dans le folklore des Elfes Noirs, les Harpies sont un signe de bonne fortune et on dit que si elles venaient à déserter Karond Kar, la cité tomberait en moins de 90 jours. A contrario, les habitants du Vieux Monde considèrent que le spectacle d’un vol de Harpies est un mauvais présage, en particulier si elles apparaissent en vue d’une ville ou d’un village. Et à juste titre, car cela veut dire que les Hardes ne sont pas très loin…

Sources

  • Livre d’armée des Hommes-Bêtes, V7
  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V7
  • Warhammer JdR - Bestiaire du Vieux Monde