Gutrot Spume

De La Bibliothèque Impériale
Gutrot Spume, le Seigneur des Tentacules, Maître des Flottes de la Peste.
Gutrot Spume est le chef de la tribu Dragonbone, et le commandant de la plus grande flotte de la peste nordique. Son arrogance sans bornes l’a souvent poussé à engager des combats désespérés, mais Spume s’est toujours relevé de ses cendres et compte désormais parmi les seigneurs de guerre les plus éminents de cet âge.

L’appel de la mer résonne dans l’âme de Spume. Dans sa jeunesse, il avait l’habitude de plonger dans la Mer des Griffes armé d’un simple couteau. Il passait de plus en plus de temps sous l’eau, où il chassait les poissons-mangeurs et les requins-éperons qui rôdaient dans les fjords, puis il traînait leurs corps sur la berge pour les ramener à ses compagnons. Ses talents de pêcheur et de guerrier furent remarqués, et Spume devint bientôt le Jarl de la tribu Dragonbone.

Toutefois, Gutrot ne cherchait pas à impressionner ses compatriotes, mais les Dieux eux-mêmes. Spume plongeait inlassablement dans la Mer des Griffes. Pendant que ses contemporains chassaient le Chien, le Troll et la Carnabrute dans la toundra, Spume plantait sa lame dans le Kharibdyss. Quand Spume entendit parler d’un gigantesque Kraken pesteux qui hantait la côte des Terres Bilieuses, il se hâta de partir à sa poursuite. L’ambition démesurée de ce plan permit d’enrôler une flottille de navires nordiques, tous remplis de guerriers impatients de teinter la mer de rouge avec du sang de monstre.

Plusieurs mois durant, Spume et ses hommes durent affronter non seulement les redoutables bêtes de la Mer des Griffes, mais aussi les flottes Elfiques qui tentaient de les arrêter. Les navires nordiques amochés finirent par trouver les nappes de fluides toxiques que le Kraken laissait dans son sillage. Spume ne perdit pas de temps et plongea. Il suivit le flux de sécrétions nocives qui devait censément le mener au nid du Kraken ; il s’enfonçait toujours plus profondément, jusqu’à ce qu’il aperçoive une ombre tentaculaire.

Débordant d’assurance, Spume nagea vers le fond et planta sa lame dans la couche de gras qui protégeait le crâne du Kraken. Une série de tremblements subsoniques se réverbéra dans l’eau, son tempo résonnant comme un rire tonitruant. Spume vit trop tard les bêtes à tentacules plus petites qui convergeaient sur lui. Chacune de ces choses pâles n’était pas plus grosse qu’un chien, mais elles attaquaient en nombre et Spume dut défendre sa vie. Des appendices caoutchouteux le giflaient et l’enserraient, et des becs tranchants mordaient dans sa chair. Une des créatures avala même son bras gauche tout rond.

Comprenant qu’il ne lui restait que quelques secondes à vivre, le Jarl battit des jambes pour se libérer et regagner la surface. Sa survie le surprit, de même que son retour d’une quête téméraire surprit ses hommes. Mais Grand-Père Nurgle était d’humeur particulièrement généreuse, et alors que ses rivaux se désintéressaient de l’échec de Spume, le Seigneur de la Décrépitude souhaita récompenser sa bravoure.

Pendant sa remontée, le corps de Gutrot était devenu méconnaissable. Son flanc gauche avait fusionné avec le petit Kraken qui avait gobé son bras, et était hérissé de tentacules qui s’animaient de leur propre chef. Son ventre avait doublé de volume, et sa peau avait pris le teint blanc spectral d’une créature des fonds marins. Spume grimpa à nouveau à bord de son navire amiral, non plus en tant que Jarl d’une tribu nordique, mais transcendé en Seigneur des Tentacules.

Spume rassembla bientôt une armada, cette fois pour mettre à sac les villages côtiers de l’Empire. La rumeur de ses pouvoirs se répandit, car ceux qui s’opposaient à lui mouraient de maladies fulgurantes, ou étaient victimes de noyades inexplicables.

À l’équinoxe de printemps, la flotte de Spume fendait les vagues de la Mer des Griffes vers la côte du Nordland. Les coques couvertes d’algues des navires contenaient plus de dix mille hommes, répartis à parts égales entre Maraudeurs tribaux et tueurs en armure. Cette fois, ils allaient graver leur destinée dans la chair tendre des gens du sud.

La flotte de Gutrot Spume atteignit le rivage du Nordland intacte, pour braver les canonnades de ses forts des fjords et les troupes régulières de l’Empire qui couvraient les plages. En altitude, des commandants coiffés de heaumes élaborés volaient sur le dos de Pégases et de Griffons, en braillant des ordres à leurs hommes en contrebas. Parmi eux, il y avait Karl Franz en personne, car l’Empire était au fait du goût des Nordiques pour les raids printaniers, et de l’approche de la flotte de Spume.

Les envahisseurs entrèrent dans la baie, les hordes beuglantes sautaient dans les bas-fonds par-dessus les bastingages ferrés de boucliers. Les corps à corps s’engagèrent en quelques minutes ; Spume était en première ligne quand la tuerie débuta. Le seigneur de guerre hurla un défi à l’Empereur, mais au lieu de venir l’affronter, il fit faire demi-tour à son Griffon et s’en alla.

Spume riait encore quand le souverain du sud revint quelques heures plus tard. Son hilarité disparut lorsque la Reine des Glaces, qui partageait la selle de l’Empereur, lança un puissant sort qui gela les eaux de la baie, piégeant la plupart de ses hommes dans la glace. Les troupes régulières redoublèrent d’ardeur en constatant la facilité avec laquelle ils pouvaient tuer les guerriers de Spume prisonniers des vagues de glace avec leurs lances et leurs hallebardes. Gutrot lutta un temps, mais finit par admettre sa défaite. Il retourna sur son navire amiral et mit les voiles vers le camp de la tribu Dragonbone pour panser ses plaies. Les années suivantes, il rebâtit ses armées et sa flotte, et jura solennellement qu’il se vengerait à la première occasion.

Source

  • La Fin des Temps - Glottkin