Gardien des Bois Sauvages

De La Bibliothèque Impériale
Gardien des Bois Sauvages Elfe Sylvain
Athel Loren n’est pas un endroit sûr, même pour les Elfes Sylvains. Aujourd’hui encore, des milliers d’années après le premier grand conseil, il y a encore des Esprits de la Forêt qui réprouvent leur présence et leur infligent toutes les rosseries dont ils sont capables. Bannis dans les recoins lugubres du sud-est d’Athel Loren qu’on appelle les Bois Sauvages, ces esprits malins fulminent contre les bornes gardiennes qui les enferment et rêvent de se venger de ceux qui les ont chassés de leurs terres.

La surveillance de la frontière entre cette prison ténébreuse et le reste d’Athel Loren incombe aux Gardiens des Bois Sauvages. Leur existence est aux antipodes de la gaieté et de la splendeur que connaissent les autres Asrai, car de même que les créatures de Bois Sauvages n’ont pas de repos, ceux qui ont juré de veiller à ce qu'elles restent entravées ne peuvent s’accorder aucun répit. La barrière de bornes gardiennes est constamment assaillie et souffre de perturbations plus fréquentes qu’on veut bien le croire. La moindre brèche peut entraîner un carnage, les esprits libérés partant semer la destruction dans la forêt. Les Gardiens convergent vers ces brèches dans les instants qui suivent leur formation afin d’endiguer les esprits le temps que les Tisseurs de Charmes reprisent les mailles du filet. C’est pourquoi les Gardiens des Bois Sauvages doivent être continuellement vigilants, afin que leurs compatriotes ne vivent pas dans la peur.

Rares sont ceux qui revêtent la cape du Gardiens pour une autre raison qu’une tragédie due aux habitants des Bois Sauvages. La plupart ont perdu un être cher à cause d'un Changelin ; d’autres ont assisté en personne aux déprédations d’un Homme-Arbre dément. Une poignée d’entre eux est triée sur le volet par les autres Gardiens afin d’être recrutée. Une telle proposition est un grand honneur, mais la fierté est tempérée par l’assurance que l’acceptation s'accompagnera de terribles sacrifices. Une fois engagé sur la voie du Gardien, on s’en écarte difficilement.

Les Gardiens des Bois Sauvages ne se reposent pas seulement sur les prouesses physiques ; ils développent une impassibilité que les autres Elfes Sylvains trouvent intimidante. Nombre des esprits des Bois Sauvages sont absolument terrifiants, et peuvent priver une âme sensible de raison d'un simple regard. D’autres se drapent d’un aspect avenant, mais n’en sont pas moins dangereux. S’il veut survivre, un Gardien doit endurcir son âme et la rendre imperméable à toute émotion. Tous n’y parviennent pas. Chaque année apporte son lot de psychoses ou de cœurs ravis par une sirène de Bois Sauvages. De ces deux destins, le premier est préférable, de loin. La terreur peut être surmontée avec le temps, mais il n’y a aucune issue pour ceux qui se sont laissé attirer par-delà la barrière gardienne, seulement une vie de servitude faussement béate s'achevant par une mort qui ne vient jamais trop tôt.

Bien qu’ils ne dépendent d’aucun seigneur d’Athel Loren, les Gardiens se joindront parfois à une armée en campagne. Leur résolution est employée contre les monstres les plus puissants et les plus terrifiants, car les Gardiens affrontent ce genre d’adversaires avec stoïcisme ; ils hachent les Minotaures, les Dragons, les Vampires et les Démons avec un flegme et une discipline que peu d’Elfes Sylvains, aussi valeureux qu’ils soient, peuvent égaler. Les Gardiens des Bois Sauvages n’engagent pas la bataille par désir de gloire, ni même au nom d’une cause partagée avec leurs concitoyens ; leurs motifs sont beaucoup plus profonds. Beaucoup d'esprits malins sont des Changeformes ou des Changelins. La plupart de ces créatures suivent leur instinct et usent de leur don pour imiter leurs victimes. Toutefois, quelques-uns sont assez rusés pour infiltrer les classes dominantes des ennemis d’Athel Loren, ou pour se dissimuler dans les rangs d'une armée en maraude. Ce sont ces êtres retors que traquent les Gardiens lorsqu’ils s’impliquent dans un conflit, bien qu’ils informent rarement leur général de leur véritable but. Ils n’hésiteront pas à batailler et à voyager plusieurs années durant pour abattre leur proie, ni à massacrer des milliers d’êtres vivants dont le seul crime est d’avoir été bernés. Ce n’est que lorsque le Changelin aura été acculé et taillé en pièces que les Gardiens retourneront à Athel Loren pour reprendre leur veille silencieuse.

Source

  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V8