Erengrad

De La Bibliothèque Impériale
«Erengrad possède toute l’arrogance de l’Empire, toute la corruption de Marienburg et toute la crasse du Kislev. Je ne voudrais vivre nulle part ailleurs.»
- Hannah Rollstoff, princesse marchande


Cliquez pour agrandir
Erengrad fut fondée par les Ungols, qui lui donnèrent le nom de Norvard, sur un site qui est probablement le meilleur port naturel des rivages de la Mer des Griffes. Cette situation, qui lui donnait le statut de porte commerciale, fit rapidement sa fortune et la Tsarine Shoïka ne mit pas longtemps à comprendre que cette ville pourrait être un atout essentiel pour assurer la prospérité et l’unité de la nation alors naissante du Kislev. Elle s’empara de la ville dont elle chassa les Ungols, puis la reconstruisit et la repeupla pour en faire le port Gospodar d’Erengrad.

La cité se développa et s’enrichit, attirant des marchands de tout le Vieux Monde et même les Elfes venus de l’autre côté de l’océan. Elle attira également toutes sortes d’individus à la morale douteuse et devint bientôt célèbre comme un endroit où il était possible de monter n’importe quelle sorte d’affaire en l’espace d’un ou deux jours. S’il est vrai que tout peut finir par s’acheter ou se vendre à Marienburg, pourvu que l’on y mette le temps, il est généralement plus rapide d’établir des contacts à Erengrad. Les pirates comprirent rapidement qu’il leur était beaucoup plus facile de naviguer jusqu’à Erengrad que de se faire passer pour d’honnêtes marchands afin de s’introduire subrepticement dans d’autres ports. Tout ceci fait d’Erengrad une ville à l’atmosphère plutôt houleuse, mais elle est également très riche. Et tant que les Boyards locaux se remplissent les poches et que les impôts affluent, les Tsars ne se montrent pas trop regardants.

Au cours des derniers siècles, les guildes d’Erengrad ont graduellement acquis plus de pouvoir et d’importance, tandis que les Boyards prenaient progressivement leurs distances avec les détails quotidiens du négoce et que ceux qui étaient directement impliqués ne faisaient que s’enrichir. Les guildes ont accepté un contrôle plus direct de la part de la Tsarine en échange d’un accroissement de leur pouvoir sur la cité : ainsi, elles supplantent peu à peu les Boyards au gouvernement, ce qui ne les ravit pas particulièrement.

Toute cette expansion a été brutalement interrompue par la Tempête du Chaos et le sac d’Erengrad. Presque tous ses bâtiments ont été rasés et des milliers de ses citoyens ont été massacrés par les armées d’Archaon. Fort heureusement, la terre a échappé à la corruption qui s’est abattue sur Praag et, à leur retour, les réfugiés ont pu entamer la reconstruction. Celle-ci a été plus rapide à Erengrad que presque n’importe où ailleurs, grâce à la récupération de matériaux dans les ruines et à l’aide des marchands. Aujourd’hui, même s’il y a encore des travaux dans presque toutes les rues, les bâtiments les plus importants sont à nouveau debout et la cité a retrouvé toute son animation.

Les guildes, tout comme les Boyards, ont élaboré de grands projets destinés à remodeler la cité et à la rendre plus belle et plus accueillante pour le négoce. Malheureusement, ces projets sont tous différents les uns des autres et chaque groupe s’est mis au travail suivant ses propres idées, sans concertation avec les autres parties. En conséquence, le plan des rues de la ville est devenu un véritable fouillis, encore plus embrouillé qu’il ne l’était auparavant. L’ancien centre, avec la place Katarina, n’existe plus : il a été recouvert par les hôtels particuliers de quelques grandes familles des guildes et la plupart des anciens quartiers ont été transplantés ou totalement transformés.

On peut encore diviser le plan général de la cité en trois grandes zones définies par leur position géographique : le Port, qui s’ouvre sur la mer ; la Ville Basse, sur le terrain plat le long des plages, de chaque côté du port ; la Ville Haute, sur les pentes des collines. Le rempart de la cité court le long des sommets des collines.

Le Port

Le port naturel d’Erengrad est un excellent mouillage mais il a un inconvénient majeur: la vaste zone de hauts-fonds qui s’étend entre la côte et le port en eaux profondes situé au centre de la baie. À cause de cette disposition peu commode, les habitants ont bâti de très longues jetées qui s’étirent vers le centre de la baie ainsi que des entrepôts (puis plus tard des habitations et des commerces) sur ces jetées, de manière à se rapprocher des navires.

La plupart des étrangers s’imaginent qu’il s’agit d’un quartier pauvre, mais en réalité c’est un quartier tout ce qu’il y a de bourgeois. Dans la baie, les marées sont très marquées, avec une amplitude qui peut dépasser quatre mètres entre les basses et hautes eaux, en moyenne, ce qui signifie que les ordures provenant des maisons installées au-dessus de l’eau sont emportées par le flux et le reflux. À marée basse, toute la zone du port reste submergée sous trente à soixante centimètres d’eau; et à marée haute, les flots peuvent monter jusqu’à moins d’un mètre de la surface inférieure de la plupart des bâtiments. De ce fait, c’est un quartier d’une propreté surprenante ; les résidents se contentent de jeter leurs ordures à la mer qui les emporte ensuite.

L’autre raison qui fait que ce quartier est habité par des gens relativement aisés est qu’il n’est pas bon marché de bâtir des maisons surélevées à cinq mètres ou plus au-dessus de la terre ferme; de plus, les piliers de soutènement des jetées doivent être changés régulièrement car le bois pourrit après quelques années d’immersion dans l’eau de mer. C’est un excellent quartier résidentiel pour les marchands et bien des marins d’Erengrad aimeraient y prendre leur retraite. C’est également dans ce quartier que l’on trouve la plupart des meilleures auberges et tavernes de la ville, si l’on désire rester dans une fourchette de prix raisonnables.

Les jetées et leurs superstructures ne couvrent pas tout l’espace disponible dans la baie ; ce n’était déjà pas le cas avant la Tempête du Chaos et la reconstruction est toujours en cours. Les bâtiments sont reliés entre eux par des passerelles de bois qui se transforment en appontements lorsqu’elles atteignent la zone où la profondeur de la baie permet aux navires de venir s’amarrer en toute sécurité. La plupart de ces docks sont flottants, de manière à suivre les fluctuations de la marée, et sont reliés aux jetées par des sections à double articulation formant des plans inclinés plutôt raides lorsque la marée est au jusant. Ainsi, les opérations de chargement et de déchargement d’un navire coûtent-elles beaucoup plus cher à marée basse, du fait que les débardeurs doivent péniblement monter et descendre le long de ces passerelles.

Le port a moins souffert de la Tempête du Chaos que les autres quartiers de la ville. Bien qu’il ait subi de gros dommages, certains habitants ont réussi à isoler leurs demeures et à rejeter les pillards à la mer. Ils auraient été anéantis, eux aussi, si la horde avait décidé de réduire systématiquement toutes les poches de résistance, mais elle était trop pressée de continuer son chemin. Ces rescapés, qui n’ont jamais été contraints de fuir Erengrad, en ont retiré un très fort sentiment d’identité collective et une grande fierté, néanmoins, ces sentiments n’ont pas encore donné naissance à un activisme politique.

Le Temple de Manann

Le temple de Manann ne pouvait se trouver que dans le quartier du port. Le bâtiment a la forme d’un vaste navire coincé entre deux énormes jetées, dont la quille est entièrement immergée à marée haute. Il n’a jamais été conçu pour naviguer mais au cours du sac d’Erengrad ses prêtres ont détruit les jetées qui le soutenaient et prié Manann pour qu’il leur accorde son assistance. Le temple a alors dérivé, flottant au gré des courants de la baie. Il a été attaqué à plusieurs reprises mais les prêtres ont réussi à repousser tous les assauts. Malgré quelques lézardes, il a aujourd’hui retrouvé sa place ; c’est le seul édifice religieux qui ait survécu à peu près intact à la chute de la cité. Ses prêtres clament haut et fort que c’est bien le signe que leur dieu les tient particulièrement en estime.

Par la grâce de son dieu, la grande prêtresse Nadyezhda Dochtalika Vdovyn a reçu des pouvoirs miraculeux et après le courage dont elle a fait preuve au cours de la Poussée du Printemps, son autorité est à présent indiscutable. Même les citoyens qui n’ont a priori aucune relation avec la mer la considèrent avec un respect teinté d’admiration et de crainte. Il lui reste encore à utiliser cette autorité pour autre chose qu’exhorter la population à continuer de respecter Manann. Comme la piété du peuple, qui était déjà grande avant la guerre, s’est naturellement accrue après les événements, Vdovyn est satisfaite pour l’instant. Certaines des différentes factions de la cité essaient occasionnellement d’obtenir son soutien, mais la plupart du temps ces factions se contentent d’éviter de susciter son antagonisme, généralement par des oboles versées au temple.

Le temple a entamé la construction d’un second bâtiment à côté du premier, également en forme de navire. Vdovyn estime qu’il serait sacrilège de toucher au premier temple autrement que pour le restaurer, ainsi toutes les sommes consacrées à la décoration sont attribuées au nouveau bâtiment.

La Capitainerie du Port

Le capitaine du port d’Erengrad se nomme Radii Synvasalisa. De tous les officiels de la cité, c’est lui qui dispose du plus grand pouvoir immédiat du fait qu’il peut empêcher n’importe quel navire d’y jeter l’ancre, inspecter n’importe quel bâtiment à n’importe quel moment et que c’est lui qui perçoit les taxes imposées par le gouvernement. Alors que la majorité de ses prédécesseurs avaient accédé à ce poste grâce à leur maîtrise de la corruption sur une grande échelle. Synvasalisa l’a simplement obtenu en vertu de sa qualité de seul membre qualifié de l’administration portuaire à avoir survécu au saccage de la ville. Il prétend avoir mené une campagne de harcèlement incessante contre les hordes d’occupation et il ne s’agit, en vérité, que d’une petite exagération. S’il a survécu, c’est qu’il a su se montrer furtif, vigilant, intelligent et peu scrupuleux.

À présent, il consacre ses talents à devenir riche. Il ne mettra pas longtemps car il n’a pas de dettes, ce qui lui permet de conserver tous les pots-de-vin qu’il extorque aux marchands. Il est suffisamment malin pour maintenir ses exigences à un niveau suffisamment bas pour que personne n’ait envie de le faire remplacer et il a même multiplié les droits de douane qui alimentent la ville en améliorant l’efficacité des inspections. Aujourd’hui, Synvasalisa commence à s’ennuyer et il est à la recherche d’un nouveau défi à relever.

Le Quartier Tiléen

Autrefois, le quartier Tiléen était installé autour d’un spectaculaire temple en bois dédié à Myrmidia, mais malheureusement celui-ci a brûlé dans la destruction de la ville. Un espace a été réservé pour le futur temple au centre du nouveau quartier, mais les travaux n’ont pas encore commencé. Il est surtout remarquable pour sa population : alors qu’elle est déclarée à près de cinq mille personnes, le quartier est en réalité habité par cinq cents personnes tout au plus. Toute cette zone se trouve sous le contrôle de compagnies marchandes, de compagnies de mercenaires et de grandes familles mafieuses dont les agents sont mutés à Erengrad pour des affectations de courte durée et remplacés au moins deux fois par an. La raison officiellement invoquée pour justifier ces fréquentes rotations de personnel est qu’Erengrad est un endroit affreux, au climat abominable, à la nourriture pire encore et où l’on boit des alcools qui pourraient dissoudre un diamant. La plupart des émissaires sont heureux de la brièveté de leur affectation et ont le sentiment que leurs supérieurs font un effort pour se montrer généreux et attentionnés.

En vérité, cette gestion tient surtout au fait qu’Erengrad est suffisamment éloignée des maisons mères pour qu’un individu puisse y établir une base indépendante. Riccioli le Chauve, l’un des résidents permanents du quartier, était en bonne voie d’y parvenir avant le pillage. Il a tout perdu dans le désastre - y compris ses cheveux - et s’efforce aujourd’hui de rebâtir son réseau de contacts. Il travaille actuellement en tant qu’intermédiaire, en présentant des gens à des mercenaires ou à des marchands Tiléens et il fait la même chose pour ses compatriotes en quête de contacts à Erengrad. Il va lui falloir beaucoup de temps pour retrouver la condition qui était la sienne avant la destruction de la ville et il éprouve une haine sans limites à l’encontre des Puissances de la Déchéance.

La Maison des Vedma

Du fait que la population d’Erengrad est en partie composée d’Ungols, les Vedma y sont présentes, toutefois leur influence est bien moindre qu’elles ne le souhaiteraient; elles n’ont pas oublié qu’Erengrad était autrefois une cité Ungol et la plupart d’entre elles espèrent qu’elle le redeviendra un jour.

Osul, l’une des matriarches des lieux, aimerait tirer parti du dépeuplement consécutif à la guerre pour faire pencher la balance en faveur des Ungols. Elle recrute activement tous les Ungols qui veulent bien l’écouter et les incite à venir s’installer dans la cité en faisant de son mieux pour les aider à s’établir. Pour cela, elle n’hésite pas à faire pression afin de leur obtenir des prêts ou des aides de toute nature, ou encore à embaucher des agents indépendants et des aventuriers pour résoudre les problèmes auxquels peuvent être confrontés certains individus importants ou la communauté Ungol. Elle rêve de voir un jour un Ungol à la tête d’une riche maison marchande, mais elle est patiente et sait qu’il lui faudra attendre.

Inalchin, plus jeune et plus impatiente, n’hésite pas à provoquer des incidents afin de précipiter les Gospodars en difficulté dans la ruine, la mort ou, dans l’idéal, les inciter à quitter la cité. En général, elle embauche des exécutants non Ungols pour ce genre de mission et se montre remarquablement habile à dissimuler ses propres origines. Elle observe les luttes de pouvoir qui agitent les guildes et les Boyards avec une jubilation à peine masquée, en cherchant constamment le moyen d’attiser les flammes.

Le Comptoir de Vladimir

Avant le passage des hordes du Chaos, le Comptoir de Vladimir était un magasin d’articles en tous genres relativement important, doté d’une clientèle fidèle et d’une réputation décente. Défendu par ses employés et son propriétaire, Vaja Rybkin (Vladimir était son arrière-grand-père) lors du saccage de la ville, le principal bâtiment du comptoir a survécu au pillage. Rybkin a fait tout ce qu’il a pu pour soutenir les réfugiés lorsque ceux-ci sont revenus. En travaillant honnêtement, sans avoir besoin d’escroquer ses clients, Rybkin est vite redevenu riche et il a donc développé ses activités.

Bientôt, on est venu lui faire deux propositions qu’il ne pouvait refuser et il les a donc acceptées. La première fut celle de Vladimir Synyuliana, un baron du crime amusé par l’idée de mener des opérations depuis un commerce qui portait déjà le nom de Vladimir. La seconde vint de Tatiana Olgadoch, la commandante locale des Tchékistes intéressée par la situation centrale de son commerce. Tous deux voulaient que Rybkin leur fournisse une couverture. Rybkin les présenta l’un à l’autre et leur expliqua sa situation, lors d’une rencontre où il était entouré des employés qui l’avaient aidé à repousser les hordes du Chaos.

Les choses tournèrent mieux qu’il ne l’avait espéré. Olgadoch vit immédiatement le potentiel de Synyuliana en tant qu’informateur, tandis que Synyuliana perçut les nombreux avantages qu’il pourrait retirer du fait de travailler avec les Tchékistes. Il prit l’engagement de ne pas saper l’autorité de la Tsarine et de fournir des informations à Olgadoch. De son côté, celle-ci s’engagea à écarter les autres agents de la force publique, du moins ce qu’il en restait, des opérations de Synyuliana. Pour le reste, ils s’arrangent pour rester mutuellement en dehors de leurs affaires respectives.

Rybkin a également développé ses affaires légales et le Comptoir de Vladimir est à présent le plus important commerce du port où il possède une demi-douzaine de grands entrepôts (il y en a un nouveau en construction), un bureau de vente en gros et deux boutiques, l’une pour les denrées périssables et l’autre pour les non périssables. Une auberge rattachée à ses boutiques accueille les officiers des Tchékistes en visite et elle est en train de devenir très populaire auprès des marchands étrangers car le service y est impeccable pour des prix très raisonnables. En vérité, l’intégralité de la domesticité de l’auberge se compose de Tchékistes de rang subalterne, ce qui fait que Rybkin n’a aucun frais de personnel.

La Ville Basse

C’est le quartier le plus pauvre d’Erengrad. Il a été presque entièrement détruit durant la Tempête du Chaos mais, ses habitants étant du genre à ne pas avoir d’autre endroit où aller, ils sont rapidement revenus accompagnés de rescapés d’autres communautés encore plus éprouvées par la guerre. La population reconstruit tant bien que mal mais les bâtisses sont branlantes et les matériaux de mauvaise qualité, comme on pouvait s’y attendre. Beaucoup de gens vivent encore sous des tentes, certains sont des Ungols (attirés par Osul) qui préfèrent ce type d’habitation.

Il existe un avantage considérable dans le fait de pouvoir collecter toutes ses possessions pour déménager rapidement : la Ville Basse est soumise à de fréquentes inondations qui viennent de deux directions. D’une part, de la mer, avec les grandes marées qui se produisent généralement deux fois l’an, d’autre part, de la Lynsk dont les crues sont fréquentes au printemps, au moment de la fonte des neiges. Les inondations dues aux marées ne durent que quelques heures, jusqu’à ce que les eaux baissent à nouveau, mais les crues de la Lynsk peuvent durer plusieurs jours.

C’est la raison pour laquelle les zones les plus proches de la mer et du fleuve sont les moins prisées et le domaine des plus pauvres et des plus désespérés. Les zones plus retirées sont plus appréciées mais également plus dangereuses car elles sont généralement infestées de groupes de criminels qui, tout en disposant de quelques ressources, ne sont pas suffisamment riches pour qu’il leur soit nécessaire de maintenir une façade de respectabilité. Le plus souvent, les autorités laissent ces quartiers à l’abandon.

Le quartier Bretonnien

C’est l’un des quartiers qui souffre le plus des inondations et l’un des moins appréciés de la ville. Bon nombre des marchands qui y résident sont originaires de l'Anguille et ils ont coutume d’en plaisanter en disant que ce quartier leur rappelle leur mère patrie pour deux raisons : premièrement, les autorités Bretonniennes ne soutiennent absolument pas les marchands qui s’installent à l’étranger, ce qui ne leur facilite pas les choses quand il s’agit de négocier de meilleures terres où s’installer. Deuxièmement, la plupart des marchands Bretonniens d’Erengrad ne gagnent pas très bien leur vie : pour une raison ou une autre, il semble qu’ils ne parviennent jamais à faire de bonnes affaires.

Comme le reste de la Ville Basse, le quartier Bretonnien a entièrement été dévasté durant la Tempête du Chaos. Une bonne partie de ses habitants vivent toujours sous la tente ou dans des cabanes, mais une magnifique chapelle du Graal en bois vient tout juste d’être achevée, elle se trouve surélevée à plus de trois mètres au dessus du sol grâce à neuf énormes piliers de bois. Ferragus de l’Anguille, le seul marchand modérément riche du quartier, a insisté pour que cette chapelle soit bâtie en premier dans l’espoir que la Dame consentirait à accorder sa bénédiction aux habitants du quartier. Plus pragmatiques, les autres habitants du quartier ont également remarqué que ce serait un endroit bien commode où se réfugier en cas d’inondation.

La Fabrique des Canonniers

En dehors de Nuln, la cité d’Erengrad est l’un des rares endroits du Vieux Monde où l’on fabrique des canons. La Mer des Griffes est probablement l’une des étendues d’eau les plus dangereuses au monde et les navires ont besoin de se défendre contre les pillards, humains ou non. En conséquence, la demande a toujours été forte pour les canons de marine et voici plus de deux siècles que le premier canon d’Erengrad a été fondu.

La Guilde des Canonniers a prospéré depuis cette époque. Elle est étroitement liée à la Guilde des Charpentiers de Marine. Les canons d’Erengrad ne valent pas ceux qui sont fabriqués à Nuln, mais ils sont considérablement plus légers et bien moins chers, ce qui les rend mieux adaptés à la navigation. La plupart des capitaines préfèrent de très loin disposer de deux canons que d’une seule bombarde de Nuln. Grâce à cette demande constante, la fabrique d’Erengrad est peut-être le seul endroit du Vieux Monde où un individu disposant d’une somme suffisante peut entrer, mettre son argent sur la table et repartir avec un canon. En réalité, seul un capitaine bien connu peut réellement espérer que les choses se passeront ainsi : tout autre individu devra attendre, le temps que la guilde ait réussi à comprendre ce qu’il compte faire avec ledit canon. Toutefois, on connaît quelques compagnies de mercenaires qui possèdent des canons d’Erengrad et qui s’en servent sur terre.

La Fabrique des Canonniers a été intégralement détruite au cours du pillage de la cité. Cependant, elle s’est défendue âprement et les envahisseurs lui ont payé un lourd tribut car le maître de guilde, Dazhda Kudrov, a fait exploser toute la réserve de poudre et de munitions à l’approche de l’ennemi. La guilde ne l’a toujours pas remplacé car ses membres prétendent avoir besoin d’une preuve que Kudrov est bien mort (dans l’idéal, il leur faudrait son cadavre), mais personne n’imagine réellement que son corps puisse avoir résisté à l’explosion. Les membres de la guilde ne se sentent pas très à l’aise avec le concept de la vénération d’un héros : la plupart pensent que l’actuel chef de la guilde restera toujours vice maître dans le futur.

La fabrique se situe dans la Ville Basse car elle est bruyante, malodorante et dangereuse. La plupart des membres de la guilde vivent ailleurs, bien que quelques-uns d’entre eux disposent d’une résidence à l’intérieur de ses murs. Une fois terminés, les canons sont exposés aux alentours de la grande porte et un peu partout sur les remparts, en guise de publicité. La guilde prétend qu’ils ne sont pas chargés mais aucun gang de malandrins n’a encore été tenté de le vérifier.

Le Temple de Verena

Une zone de terre dénudée marque l’ancien emplacement du temple de Verena. La déesse de la justice n’a jamais été très populaire dans cette cité où une bonne partie de la population gagne une partie de son existence illégalement et ses prêtres n’ont jamais eu les moyens de s’installer dans les meilleurs quartiers. Tout ce qu’ils possédaient a disparu dans la Tempête du Chaos et jusqu’à présent ils ont tout juste réussi à nettoyer le terrain où ils construiront leur nouveau temple. Pour le moment, ils célèbrent leurs services en plein air.

La grande prêtresse Bela Ekomov éprouve une dévotion fanatique pour sa déesse et elle organise les quelques adeptes suffisamment dévots qu’elle peut avoir en escadrons de lutte contre le crime. La plupart du temps, ces équipes doivent opérer clandestinement et, même lorsqu’elles parviennent à faire arrêter des criminels, ceux-ci sont souvent relâchés. Ces actions de maintien de l’ordre ne les rendent pas populaires aux yeux de la plus grande partie des habitants d’Erengrad et les Verenéens sont souvent pris à partie par des gangs de criminels ou des foules en colère.

Alors qu’Ekomov est entièrement dévouée aux idéaux de Verena, nombre de ses ouailles ont plutôt tendance à pratiquer une justice d’autodéfense. Comme ils ne croient pas que les criminels seront confrontés à une véritable justice s’ils ne la leur appliquent pas eux-mêmes, ils organisent des procès clandestins. Bien qu’ils aient probablement toujours raison dans les jugements qu’ils rendent, ils n’en violent pas moins d’importants principes de la religion Verenéenne du fait qu’ils ne représentent pas une autorité officielle. Conscients de cela, les Verenéens gardent le secret sur leurs actes, surtout vis-à-vis d’Ekomov. De son côté, celle-ci montre peu d’enthousiasme lorsqu’il s’agit d’enquêter sur les groupes d’autodéfense, bien qu’elle ne cautionne certainement pas consciemment ce genre d’agissements.

Le Grand Marché

Bien qu’il soit situé dans la Ville Basse, le Grand Marché est le cœur d’Erengrad. C’est le pivot commercial de la ville, où l’on peut trouver à peu près n’importe quoi pour peu que l’on cherche avec suffisamment d’acharnement. Dans le cas de certaines marchandises vendues sous le manteau, on entend parfois des histoires peu convaincantes et les gens font semblant de croire qu’il s’agit de tout autre chose, mais dans de nombreux endroits du marché ils ne se donnent même pas cette peine. De nos jours, la seule exception concerne tout ce qui est lié aux Puissances de la Déchéance. Autrefois, les gens qui savaient poser les bonnes questions pouvaient se procurer ce genre d’articles mais à présent la population est trop unanimement opposée aux Dieux Sombres pour que ce commerce puisse prospérer en toute sécurité. Les spécialistes de ce genre d’objets pensent que cet état d’esprit durera un ou deux ans, au plus.

Le marché est sillonné de nombreuses patrouilles financées par les guildes et les Boyards, tout comme les grandes artères qui y mènent. On n’y tolère ni le crime ni le vol, mais les patrouilles ne se soucient pas de la contrebande ou de l’escroquerie. Les marchands d’Erengrad croient profondément en l’adage qui veut qu’un «client averti en vaille deux» et également dans le fait d’exercer une vengeance immédiate contre tous ceux qui osent tenter une escroquerie. En conséquence, le Grand Marché est un endroit tout à fait sûr pour les gens qui savent exactement ce qu’ils désirent acheter, comment s’assurer que l’objet est bien authentique et qui connaissent les prix. Tous les autres clients sont certains de se faire filouter sur une plus ou moins grande échelle.

À cause des risques d’inondations, tous les éventaires et les stalles sont démontables. Les marchands se contentent de déménager avec leurs articles vers un entrepôt situé ailleurs jusqu’à la fin de l’inondation. En général, les inondations sont prévues longtemps à l’avance mais il arrive qu’une crue subite de la Lynsk déclenche une panique et l’on voit alors tous les marchands qui s’enfuient à toutes jambes pour se réfugier en terrain sec.

Le Grand Marché a été restauré peu après le départ des hordes, lorsque les marchands sont revenus s’installer afin de pourvoir aux besoins des réfugiés et il a presque retrouvé son ancienne splendeur. Aujourd’hui, il est à nouveau florissant et son voisinage dans la Ville Basse (essentiellement occupé par des auberges et des tavernes fréquentées par ceux qui ont réussi à ne pas se faire entièrement plumer au marché) est déjà entièrement rebâti.

La Ville Haute

La Ville Haute est le quartier riche d’Erengrad. Elle se situe sur les pentes des collines qui font face à la baie, une situation qui présente de nombreux avantages. Les habitations sont à l’abri des inondations et les déchets sont entraînés vers la base de la pente. En outre, elles bénéficient d’une belle vue et c’est une zone parfaitement abritée des vents, ce qui en fait probablement le site qui jouit du microclimat le plus plaisant de tout le Kislev.

La Ville Haute a énormément souffert du pillage d’Erengrad, toutefois le fait qu’un grand nombre de ses maisons soient en pierre a permis à ses habitants de disposer d’une abondance de matériaux lorsqu’ils se sont lancés dans la reconstruction. Il s’est donc relevé plus rapidement que quiconque n’aurait pu l’imaginer. On y voit fréquemment des murailles constituées de fragments de pierres décorées d’anciens bas-reliefs ou qui portent encore les traces des attaques des forces inhumaines. La plupart des gens trouvent que ceci ajoute au charme du quartier.

Comme nous l’avons dit précédemment, les guildes et les Boyards avaient prévu de reconstruire Erengrad, et tout particulièrement la Ville Haute, selon un plan élégant et unifié. Aujourd’hui, c’est un secteur complètement désorganisé du fait que les plans des deux factions ont été partiellement appliqués, tandis que des groupes indépendants ont édifié des bâtisses à leur goût, en affichant une superbe indifférence à l’égard de ce qu’avaient pu proclamer ces «soi-disant» autorités. C’est ainsi qu’on voit de grandes artères aboutir en cul-de-sac fermé par un mur ou se transformer subitement en minuscules ruelles et qu’il n’est pas rare de voir le mur aveugle d’une belle demeure donner sur une grande place alors que sa façade s’ouvre sur une petite rue secondaire.

Malgré tout, la richesse d’Erengrad y est clairement perceptible et les marchands originaires du sud qui s’attendent à découvrir une cité barbare sont généralement grandement surpris.

Le Quartier Elfe

Le quartier Elfe d’Erengrad est l’un des plus grands du Vieux Monde. Bien qu’il ne puisse se comparer à celui de Marienburg, il est sans doute plus vaste que le quartier Elfe d’Altdorf et il surpasse certainement tout ce qui peut se voir à l’Anguille ou ailleurs dans le sud. Malgré la décision des grandes maisons marchandes d’Ulthuan de rappeler leur personnel avant l’arrivée de la horde, plus de la moitié des Elfes sont restés pour défendre leur cité. Ils se sont tous fait massacrer et le quartier Elfe a été entièrement rasé.

Les Elfes sont revenus peu après la fin de la guerre et le quartier est en pleine reconstruction. Grâce à la bravoure dont firent preuve les Elfes qui défendirent la cité, la population considère à présent tous les représentants de cette race d’un très bon œil et personne n’a remis en question leurs motivations lorsqu’ils ont décidé de bâtir un mur autour de leurs demeures et de leurs entrepôts. Ce mur de dix mètres de haut est à présent complètement terminé tandis que les travaux continuent à l’intérieur. Cependant, aucun non Elfe n’a été autorisé à pénétrer à l’intérieur de l’enceinte depuis que le mur a été achevé et la grande porte posée, ce qui fait que la population en est réduite aux spéculations quant à ce qui se passe derrière. Néanmoins, comme les marchandises et l’argent continuent à circuler, ces spéculations restent du domaine de la curiosité, sans hostilité aucune.

Le Quartier Impérial

Les citoyens de l’Empire constituent le plus important groupe de population non Kislevite d’Erengrad; en revanche, le quartier impérial est relativement petit car beaucoup d’entre eux vivent dans d’autres quartiers de la ville, mêlés à la population locale. En vérité, un cinquième environ des résidents du quartier impérial sont des Kislevites, ce qui représente une proportion plus élevée que dans les autres quartiers à majorité ethnique.

Le bâtiment le plus important de ce quartier est le Temple de Sigmar. L’ancien temple a été détruit dans le pillage de la cité, mais les préparatifs vont bon train en vue de la construction d’un nouveau temple. Le terrain a été dégagé, les pierres de l’ancien temple ont été collectées et mises en réserve et de nouveaux matériaux ont été commandés. Le nouveau temple sera une forteresse plus solide encore que l’ancien, un bâtiment capable de survivre à tous les futurs assauts. Pour étayer de telles fortifications, il a fallu creuser des fondations plus profondes que les précédentes et les travaux ont mis au jour un réseau de catacombes qui semblent liées au culte Sigmarite. Toutefois, les deux groupes que l’on y a envoyés en exploration ne sont pas revenus. Les prêtres, sous la direction de Calvin Trois-Marteaux, le grand prêtre désigné, cherchent à embaucher un groupe d’aventuriers expérimentés qui pourraient les aider à découvrir quel peut bien être le problème. Jusqu’à présent, rien n’en est sorti et l’ouverture qui y mène est gardée jour et nuit.

Le second bâtiment d’importance est le Consulat de l’Empire qui vient tout juste d’être terminé. Aucun consul n’est encore arrivé, mais le greffier général Jekil Reichert pense qu’il ne devrait pas tarder à être nommé. En attendant, il s’occupe d’administrer les affaires courantes et il est en train d’accumuler une montagne de papiers en tous genres qui devront être officiellement approuvés par le consul dès son entrée en fonction. Reichert n’est pas d’une honnêteté scrupuleuse : si le futur consul se donne la peine de lire attentivement chacun de ces papiers, il s’en rendra compte assez facilement. Cependant, Reichert estime que la chose est peu probable.

Enfin, La Comète Radieuse est une taverne et auberge destinée aux voyageurs venus de l’Empire. La cuisine et les boissons sont typiques de l’Empire, ainsi que les divertissements, et de nombreux hôtes proclament que l’on pourrait s’y croire à Altdorf. Krystin Becker, la tenancière de l’établissement, considère ce commentaire comme le plus beau des compliments.

L’Hôtel de Guilde des Charretiers

La guilde des Charretiers d’Erengrad est la guilde la plus puissante et, par conséquent, le groupe le plus influent de la ville. La quasi-totalité des marchands autochtones en sont membres à part entière et la plupart des marchands étrangers (et des pirates) qui visitent Erengrad de manière plus ou moins régulière font partie de ses «membres associés».

L’hôtel de la guilde est perché sur le rebord d’une falaise surplombant la Lynsk. Le nouveau bâtiment qui vient d’être reconstruit est un magnifique manoir organisé autour d’une cour pavée et donnant sur une petite place. Ce bâtiment n’a pas été conçu dans une optique défensive; lors de l’invasion, les marchands se sont tous retranchés dans leurs propres demeures ou se sont enfuis. Les membres de la guilde ont donc décidé qu’il était inutile de fortifier leur quartier général.

L’un des ajouts les plus récents se présente sous la forme d’une succession de cours de justice installées dans l’aile ouest. Voici quelques années que la Tsarine a concédé à la guilde le droit de faire respecter la loi et les marchands profitent à présent pleinement de cette prérogative, beaucoup plus, d’ailleurs, que les membres des deux autres principales guildes d’Erengrad. Leurs tribunaux sont plus appréciés du peuple que ceux des Boyards et ce sont les plus actifs de la ville. Cette popularité tient au fait que, de l’opinion générale, les Boyards favorisent toujours la noblesse tandis qu’il est possible d’acheter les juges des Charretiers. C’est ainsi qu’Erengrad est probablement la seule ville du Kislev où un riche roturier peut se permettre de faire jeter un noble pauvre à la porte de chez lui pour le punir de ses mauvaises manières et s’attendre à remporter le procès qui en résultera.

Mitri Ilchenko, le maître de guilde, a été nommé par la Tsarine après la disparition et la mort supposée de son prédécesseur au cours du pillage. Ilchenko, qui est membre de la guilde depuis plus de vingt ans, est généralement apprécié de ses confrères et il a suffisamment de bon sens pour savoir qu’il doit s’assurer le soutien de la guilde s’il veut durer. Jusqu’à présent il n’a profité de son autorité pour ruiner un adversaire qu’en une seule occasion : contre Natalya Dochviktoria, une femme qui avait repoussé ses avances alors qu’il n’était encore qu’un jeune homme. Celle-ci vit aujourd’hui dans la Ville Basse et complote dans l’intention de se venger. Il ne lui reste pas grand-chose de son ancienne fortune, mais elle détient des quantités d’informations et dispose d’un grand nombre de contacts, parmi lesquels certains marchands qui ressentent une certaine compassion pour elle.

La Maison des Orfèvres

La Maison des Orfèvres accueille surtout des banquiers et des changeurs de monnaie, bien qu’elle accepte également toujours les véritables orfèvres. Par tradition, le maître de guilde est toujours un artisan mais l’essentiel de la gestion des affaires courantes est confié au doyen, un banquier nommé par le maître. La Tsarine dispose du pouvoir de nommer le maître et elle n’est pas tenue de se conformer à la tradition mais la maîtresse actuelle, Ursola Ovinko, n’a qu’une trentaine d’années et ne manifeste aucun désir de se retirer. En plus d’être une artiste de grand talent et une personne très agréable à fréquenter socialement, Ovinko est également une assez belle femme : c’est la raison pour laquelle, juste avant de conclure leur accord avec la Tsarine, les banquiers ont décidé qu’elle ferait une excellente représentante pour leur guilde. Depuis sa nomination, Ovinko ne s’est pas interposée dans la gestion de la guilde et tout le monde est extrêmement satisfait de la situation à l’exception, peut-être, de la Tsarine.

Le doyen, Valantyri Synmishka, est l’homme le plus riche d’Erengrad et peut-être même du Kislev. S’il voulait s’installer dans l’Empire, il y serait encore considéré comme quelqu’un d’immensément riche. Ses affaires sont principalement centrées sur la banque, mais il finance une très large palette d’activités diverses. De ce fait, toute décision susceptible de bénéficier à la guilde et a la cité a également pour conséquence de faire croître la fortune personnelle de Synmishka. Cette situation particulière signifie qu’il est pratiquement incorruptible, car personne ne détient quoi que ce soit qu’il puisse désirer. Toutefois, il n’aime pas la concurrence. Il veut bien faire en sorte que ses pairs s’enrichissent pourvu qu’ils restent toujours moins riches que lui. Gare à l’imprudent qui aurait l’idée de vouloir l’égaler dans ce domaine !

La maison des Orfèvres est un solide bâtiment de pierre; elle sert également de banque et d’hôtel des monnaies d’Erengrad. Le bruit court qu’elle regorgerait d’or pourtant, d’une façon plus prosaïque mais guère surprenante, on y trouve surtout des bureaux. Au départ, elle était censée être rebâtie en face de l’hôtel de guilde des Charretiers, de l’autre côté de la place, et elle possède une belle porte cochère dont les décorations rappellent certains des ornements de cet autre bâtiment. Malheureusement, les Boyards ont fait construire leur château à cet emplacement, tournant le dos à la place. La maison des Orfèvres se trouve donc en face du château, de l’autre côté d’une rue qui fait à peine trois mètres de large. Comme le château a été construit en premier, les battants du grand portail de la maison des Orfèvres pivotent vers l’intérieur de manière à pouvoir les ouvrir complètement.

La Maison des Charpentiers de Marine

La guilde des Charpentiers de Marine représente tous les corps de métier d’Erengrad, excepté les artisans qui travaillent le métal précieux. La guilde accepte tous les artisans et elle est liée à des guildes affiliées pour certaines catégories d’artisans particulièrement importantes telles que les Canonniers. Politiquement parlant, c’est la moins puissante des trois guildes mais elle représente de très loin la population la plus importante. Si elle parvenait à mobiliser tous ces gens, elle serait beaucoup plus forte que les deux autres.

Il est peu probable que Maksim Synkazimira, le maître de guilde actuel, puisse y parvenir. Il a été nommé par la Tsarine après la fuite de son prédécesseur (qui n’est toujours pas revenu) et il s’est révélé presque à la hauteur de sa fonction, mais pas tout à fait. Il n’est pas suffisamment incompétent pour que les membres de la guilde se sentent obligés de le renvoyer mais il est juste assez capable pour parvenir à suivre les affaires courantes et rien de plus. À cause de lui, la guilde piétine littéralement.

Le nouveau siège de la guilde n’est pas encore terminé. Lorsque l’on se tient devant l’hôtel des Charretiers, il se trouve sur la gauche de la place et il est conçu dans un style similaire. Un certain nombre de maçons et de charpentiers sont venus proposer leurs services afin de terminer le travail car ils trouvent la situation assez embarrassante, mais Synkazimira se montre réticent à abandonner une parcelle de ce qu’il estime relever de son autorité.

Le Château

C’est le quartier général des Boyards et c’était autrefois le centre du gouvernement de la cité. Au cours de la Tempête du Chaos, l’ancien château a été détruit par une infâme sorcellerie qui a corrompu la terre sur laquelle il était bâti et c’est la raison pour laquelle les Boyards ont choisi de reconstruire ailleurs, en choisissant le site de manière à perturber autant que possible les plans de reconstruction de la cité établis par les guildes. C’est une vaste forteresse dotée d’une simple courtine et orientée de manière à présenter une façade aveugle sur la place que les guildes espéraient voir devenir le nouveau cœur d’Erengrad. Toutefois, sa situation par rapport à la maison des Orfèvres signifie qu’il n’est pas possible d’ouvrir complètement la grande porte du château car chaque vantail du portail est plus large que la rue sur laquelle il donne. On y accède donc par des portillons taillés dans les battants de la grande porte.

Voilà déjà un certain temps que le Boyard Elena Yevschenko, jeune dirigeante de la plus ancienne famille Gospodar de la région, fulmine devant la perte de crédibilité de la noblesse, mais elle n’a toujours pas trouvé une bonne manière de la restaurer. Elle a accédé à sa dignité et à sa noblesse par son mariage, mais son époux a été tué durant le pillage. Elena, quant à elle, y a perdu son bras gauche, une blessure qui a beaucoup fait pour sa réputation. Malgré sa jeunesse, presque tous les nobles d’Erengrad sont convaincus que s’il existe une personne capable de le rendre leur prestige, c’est bien elle.

Le Temple de Tor

C’est le seul bâtiment d’importance à avoir échappé pratiquement sans dommages au pillage. Dans la cité, nombreux sont ceux qui considèrent cela comme le signe de la faveur et de la protection de Tor et le culte en a retiré une popularité accrue. Si l’on considère les choses d’un œil plus pragmatique, il faut reconnaître qu’il s’agit d’une tour de pierre entièrement vide, au sommet d’une colline particulièrement difficile d’accès, il n’y avait personne à attaquer a ’intérieur et c’est probablement la raison pour laquelle les envahisseurs ne se sont pas donné le mal d’y aller. Quelques esprits chagrins, adeptes des théories du complot, y ont vu la preuve que Tor devait en réalité être en cheville avec les Puissances de la Déchéance ou même qu’il en fait partie lui-même. Cependant, tous ceux qui pourraient avoir l’imprudence de laisser échapper en public qu’ils adhèrent à ce genre de théories courent le risque de se faire écharper par une foule en colère.

Le Temple de Dazh

Le temple de Dazh d’Erengrad était l’un des plus spectaculaires du Kislev, avec ses images dorées qui reflétaient les rayons du soleil. Toutes ces images pieuses ont disparu durant le pillage, toutefois une rumeur persistante prétend qu’un prêtre aurait réussi à cacher certaines des plus belles avant de se donner la mort afin d’éviter de révéler l’emplacement de sa cachette lorsque l’étau de l’ennemi s’est resserré autour de la ville. Quelle que soit la vérité, la décoration du nouveau temple est beaucoup plus sobre.

Le bâtiment se dresse au sommet d’une colline, à l’est, à un endroit où la chaîne des collines plonge dans la vallée, de manière à avoir une vue dégagée à la fois vers l’est et l’ouest. Les deux portes qui percent la muraille du temple sont orientées vers le lever et le coucher du soleil et ces portes sont les seuls points d’accès au temple. La flamme éternelle brûle au centre du temple et les prêtres en prennent grand soin. Le veilleur du temple, Gaspar Synpavla, prétend avoir réussi à maintenir la flamme durant toute l’occupation de la cité et personne ne saurait le contredire, la moitié de la population de la cité le croit sur parole.

Synpavla aimerait restituer son ancienne gloire à son temple et il éprouve le plus grand intérêt pour les rumeurs qui prétendent que la Tsarine a commencé à s’intéresser au culte. Il aimerait envoyer à Kislev des émissaires qui pourraient présenter en son nom, et avec subtilité, des propositions de soutien à la cour en échange de décorations pour son temple, mais il n’a pas encore trouvé d’individus qui lui paraissent suffisamment diplomates. Il est également préoccupé par le moyen de retrouver les trésors volés au temple, quels qu’ils soient : il pense que certains de ces trésors pourraient être encore intacts et avoir été vendus dans l’une ou l’autre des lointaines contrées du Vieux Monde. Il enquête également sur les rumeurs qui évoquent une hypothétique cachette secrète. Pour accomplir toutes ces tâches, il est prêt à embaucher des auxiliaires extérieurs.

Le Jardin d’Ursun

Le Jardin d’Ursun forme le quatrième côté de la grande place, à l’est. C’est un endroit tout à fait spectaculaire, dont la pente cascade à flanc de colline, parmi les rochers, pour se terminer sur un étang formé par une dérivation de la Lynsk. Il est sans aucun doute suffisamment vaste pour abriter un ours et certaines personnes prétendent en avoir aperçu un à cet endroit.

Le grand prêtre Uika Boyozi célèbre toujours avec beaucoup d’enthousiasme les jours consacrés à Ursun, particulièrement le jour de l’éveil. Cette grande fête était célébrée tous les ans sans faute avant le sac de la ville et Boyozi s’est investi sans compter pour organiser celle qui l’a suivi, en proclamant partout qu’elle devait symboliser la renaissance de la cité, tout comme celle d’Ursun. C’est ainsi que la grande place est devenue le centre de la célébration, ce qui l’a rendue encore plus populaire qu’elle ne l’était auparavant. Certains marchands embarquent même très tôt dans la saison afin d’être sûrs d’arriver à Erengrad pour y participer. Parmi les citoyens, certains commencent à lui donner le nom de place d’Ursun ou de place de l’Éveil, au grand dépit des maîtres des guildes qui préféreraient qu’elle soit appelée place des Guildes.

Le Temple de Shallya

À Erengrad, une longue tradition veut que les prêtresses du temple de Shallya aient l’habitude de recevoir de riches présents de la part d’individus assez douteux qui désirent être soignés sans qu’on leur pose de questions. En conséquence, le temple est beaucoup moins austère que la plupart des temples de la déesse. Ce temple a rapidement récupéré après le pillage, car ceux qui avaient besoin d’aide et de soins étaient fort nombreux et les travaux de reconstruction sont presque terminés. Les Shalléennes venues d’autres contrées pourraient ne pas le reconnaître au premier coup d’œil comme un de leurs temples et le confondre avec la demeure d’un noble fortuné et particulièrement dévoué à la déesse.

La grande prêtresse Svetlana Zakarova ne s’en formalise pas car elle est accoutumée au luxe relatif dans lequel elle a été élevée en tant qu’orpheline de ce temple. Cela ne l’empêche pas d’être extrêmement dévouée à Shallya : dans la cité, elle est très respectée car elle n’a pas quitté la cité durant le pillage, portant secours aux blessés et aidant les victimes à quitter la ville pour trouver un refuge sûr ailleurs. Bien qu’elle ne semble posséder aucun pouvoir miraculeux, la plupart des gens pensent que sa simple survie est un miracle en soi.

La Tour du Givre

Cette tour de glace est le quartier général des Sorcières de Glace de la ville. Elle se dresse sur un pic, juste à l’intérieur des remparts, scintillante sous les rayons du soleil. La majorité de la population la considère comme l’une des plus grandes merveilles de la magie, une opinion partagée par de nombreux visiteurs. Toutefois, ceux qui ont pu contempler le palais de Kislev se montrent généralement moins impressionnés.

Par tradition, les sorcières de glace se sont toujours tenues totalement en dehors des courants de la politique. Elles se trouvent actuellement en sous-effectif car la plupart d’entre elles ont péri pour défendre leur cité. La bravoure dont elles ont fait preuve leur donne une bonne occasion d’entrer dans l’arène politique car leur courage et leur puissance ont suscité une immense admiration dans la population, mais elles ne se sont pas encore décidées à en tirer parti.

Le Temple de Morr

Le temple et le jardin de Morr d’Erengrad sont particulièrement vastes et s’étendent sur plusieurs acres de terrain, dans une zone qui semble particulièrement imprégnée du pouvoir du dieu des morts : les vivants et les morts-vivants qui s’y aventurent ne tardent pas à dépérir et finissent par mourir s’ils n’en ressortent pas. Cet effet particulier en fait un endroit idéal pour enterrer les défunts car il leur est impossible de se relever. En outre, il serait impossible de faire quoi que ce soit d’autre dans ce secteur. La nature et la cause de cet effet ont fait et font encore l’objet de nombreuses polémiques et rares sont ceux qui parviennent à tomber d’accord sur ce sujet. Les prêtres de Morr laissent entendre que Morr s’est un jour allongé ici pour y faire une sieste, ce qui aurait imprégné la terre de son aura mortifère, mais la vérité est beaucoup plus étrange que cela. Ceux qui n’ont pas de raisons de craindre la mort et qui sont familiers avec les plus anciennes histoires d’Erengrad savent que, dans les temps les plus reculés, cet endroit fut le site d’une catastrophe magique qui a saturé l’air, l’eau et la terre d’une énergie destructrice. Au fil des siècles, cette énergie a reflué et s’est retirée au voisinage immédiat du site de la catastrophe, diminuant peu à peu. Plus personne ne se souvient de la cause précise de ce cataclysme, mais la plupart de ceux qui en parlent affirment qu’elle était liée à la Magie Noire et aux légions du Chaos.

Le temple a été détruit au cours du pillage de la ville, non sans entraîner une multitude d’envahisseurs dans la mort au cours du processus. La reconstruction est en cours mais elle progresse très lentement car les bâtisseurs doivent passer beaucoup de temps à l’extérieur du site. Fort heureusement, les prêtres de Morr ne sont pas pressés.

Sources

  • Warhammer JdR- La Reine des Glaces