Enfant du Chaos

De La Bibliothèque Impériale
Bien qu’un Dieu puisse transformer son Champion en Enfant du Chaos en guise de punition, cela peut tout aussi bien arriver par inadvertance, à force d’accumuler les mutations.
« Les Enfants du Chaos sont les plus hideux de tous les humains contaminés par le Chaos et leur apparence fait pour une fois honneur à leur nom car ils semblent avoir été créés par une éruption de la matière brute du Chaos dans le monde. Pourtant, comme je vous le dis, eux aussi furent humains autrefois, contrairement à ce que pourrait laisser penser leur forme actuelle, vile et contrefaite. Pour beaucoup d’entre eux, la transformation a pu débuter par l’apparition d’un doigt supplémentaire à l’une de leurs mains ou d’une plaque de fourrure entre les épaules. C’est ainsi qu’au début la main du Chaos se pose sur l’homme mortel. Si celui-ci accueille sa mutation nouvelle, en recherchant la noire corruption des Dieux du Chaos par un moyen ou un autre, il recevra de nouvelles mutations et continuera ainsi d’avancer sur le chemin de la transmutation. Le Chaos à l’état pur est la plus maléfique des drogues et celle qui entraîne la plus grande dépendance, bien plus encore que toutes les potions ou les herbes de l’Innommable, car le Chaos à l’état pur promet la prolongation de la vie, la puissance personnelle et la domination sur les autres… Il satisfait toutes les plus viles aspirations humaines, sans exception. Nombreux sont ceux qui croient parvenir un jour à une forme de divinité en suppliant leurs sombres maîtres de leur accorder mutation après mutation et une infime minorité d’entre eux y parvient peut-être. Cependant, pour la majorité de ceux qui s’efforcent d’accomplir un tel destin, la souillure du Chaos submergera un jour non seulement leur volonté consciente mais également leur corps lui-même, les transformant en ces masses informes, boursouflées, bafouillantes, que l’on nomme Enfants du Chaos. Non seulement n’ont-ils plus aucun aspect d’humanité mais on ne peut même plus supposer qu’ils aient pu être humains un jour, contrairement à la plupart des autres mutants ou des hommes-bêtes. »
- Voster Pike, Répurgateur

Dès lors qu’apparaît la première mutation, la victime du Chaos voit inévitablement son esprit et sa volonté lui échapper, sa voie se séparant alors de celle des autres mortels. Beaucoup perdent leur santé mentale pour se métamorphoser en bouchers qui tuent et tuent encore jusqu’à ce qu’eux même soient occis. Mais il existe une autre fin, un sort bien pire que la démence et la mort. Certains déchoient encore d’avantage, perdent tout et deviennent des monticules de chair mutée. Ceux là sont des Enfant du Chaos, les véritables rejetons du Chaos.

Le destin qui attend la majorité des Mutants est de rejoindre les rangs des Enfants du Chaos, des abominations usant de charabia dont le seul dessein est de servir les buts de leurs maîtres infernaux. Certains guerriers du Chaos parviennent à retarder l’inévitable, se livrant aux pires exactions pour accumuler récompenses et faveurs. Mais dans l’ensemble, la transformation en Enfant du Chaos est ce qui attend chacun d’eux au bout de la route.

Les Dieux du Chaos sont généreux mais irresponsables en ce qui concerne leurs faveurs. Ils ne voient pas de différence de valeur de leurs dons, à moins qu’ils ne s’en désintéressent complètement. Lorsqu’il récompense un de ses serviteurs, un Dieu du Chaos peut le rendre plus fort, plus résistant, plus vif, extraordinairement beau et intelligent ou améliorer sa condition de tout autre façon. Mais le don peut tout aussi bien désavantager son bénéficiaire, le rendant faible, stupide ou transformant son corps en un amas de chair rampant et baveux. Les Dieux du Chaos sont aussi les ceux du hasard et solliciter leurs faveurs est toujours extrêmement risqué.

La plupart des dons du Chaos prennent la forme de mutations physiques. Par exemple, une peau blindée rend bel et bien son bénéficiaire plus résistant aux dégâts, mais le recouvre aussi d’une croûte d’écailles métallique. Plus une créature reçoit de dons, plus leurs effets cumulées peuvent se révéler désastreux. Les mutations extrêmes ont tendance à entraîner chez leur porteur mille et une conséquences néfastes. Un serviteur qui reçoit trop d’attentions de la part des Dieux Sombres succombera à la folie et à la mutation. Son physique sera corrompu à tel point que sa raison s’avérera incapable de le supporter, et il sera réduit aux pleurs et aux cris alors que sa chair frémira, se rétractera et s’étendra en subissant les pires transformations.

Tout les mutants, mais avant tout les serviteur du Chaos, sont des Enfant du Chaos potentiel. Même les Champions les plus appréciés par leur Dieu peuvent connaître ce triste sort. Un Champion du Chaos qui ne parvient pas atteindre l’immortalité démoniaque deviendra à coup sûr un Enfant du Chaos, à moins qu’il ne meurt avant. Tel est le lot de ceux qui vendent leur âme aux Dieux Ténébreux : connaître la gloire démoniaque éternelle ou finir leur vie dans la dépouille d’un monstre débile couverts de bave.

L’apparence d’un Enfant du Chaos est totalement imprévisible, pouvant adopter mille formes et mille visages. Il peut avoir plusieurs paires de membres, d’étranges attributs comme des pinces de crabe, une carapace chitineuse, des embryons d’ailes déchirées, des yeux pédonculés, un long cou flexible ou une gueule béante pleine de crocs aiguisés. Ceux de Khorne sont souvent incroyablement agressif alors que ceux de Nurgle laissent une traînée de bave toxique sur leur passage. Ceux de Slaanesh ont un corps serpentin leur permettant de se déplacer rapidement et ceux de Tzeentch projettent sur ceux qui s’approche trop d’eux des jets de flammes liquides par leurs innombrables membre, yeux ou bouches. Le seul point commun est la répugnance que leur inspire désormais leur nouvelle enveloppe charnelle. Bien qu’immensément puissants, les Enfants du Chaos sont des créatures totalement stupides, monticule grouillant de chair et d’os déformé, hurlant d’une rage démentielle.

Si la plupart de ceux qui commencent à muter sont condamnés à devenir des Enfants du Chaos, rares sont ceux qui vivent assez longtemps pour subir cette transformation. Entre les accidents, les circonstances très défavorables, les bûchers des Répurgateurs et les blessures subies lors des nombreux combats qui agitent le monde, un mutant a toutes les chances de périr. Cependant, les individus exceptionnels (ceux qui arrivent encore à savoir quand il leur faut courir) découvriront le destin "glorieux" qui les attend en sentant l’étreinte maléfique qui fera d’eux des Enfants du Chaos. De toute façon, cette nouvelle existence accordé par les Dieux insouciants est toujours brève et douloureuse. Le destin d’un Enfant du Chaos est de subir une mort violente sur un champ de bataille, entre les griffes d’une créature encore plus dangereuse, ou littéralement ravagé par les énergies chaotiques à l’œuvre dans son corps.

Ceux qui assistent aux déprédations d’un Enfant du Chaos et survivent feraient bien de comprendre ce qu’elles signifient : vénérer les Dieux Sombres ne conduit qu’à la douleur, l’humiliation et la mort.

Bonjour, Herman Schmidt


Exemple d’Enfant du Chaos

Herman Schmidt était un homme ordinaire, aux espoirs et aux rêves limités. Il travaillait à la lisière de la Drakwald et était charbonnier de son état. Un jour, alors que ses compagnons et lui ramassaient du bois mort, un groupe de Pillards Ungors jaillit de la forêt. Les charbonniers n’avaient pas l’ombre d’une chance et furent terrassés, tous sauf Schmidt. Miraculeusement, il parvint à embrocher un Ungor et fut recouvert de son sang. Il se retrouva coincé sous le cadavre du monstre, caché du reste des assaillants, mais exposé aux énergies corrompues du Chaos.

Lorsque les Hommes-Bêtes en eurent fini avec les charbonniers, ils décampèrent pour fondre sur un village voisin. Herman se dégagea de la carcasse de son agresseur et alla se cacher dans la forêt, le temps que le danger passe. Alors que les jours défilaient, il sentit quelque chose de bizarre changer en lui. Des visions de carnages hantaient ses rêves et il fut pris d’un besoin compulsif de dévorer de la chair humaine. Une semaine durant, il fut victime de rêves enfiévrés et il goûta sa propre chair. Il n’était déjà plus en mesure de se soucier de quoi que ce soit lorsque sa première mutation fit son apparition. En fait, il se prit à l’aimer, à la choyer, à la caresser. Quand une nouvelle excroissance se développa, il se contenta de rire. Une autre suivit, puis une autre, et une autre encore, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus mouvoir son corps boursouflé constitué de tentacules menaçants et de sacs de fluides visqueux.

Ce séjour dans la forêt le rendit complètement fou. Au fil des mois, toute trace d’humanité le quitta. Il avait tellement changé que lorsque les Hommes-Bêtes revinrent, ils le câlinèrent et le choyèrent, l’accueillant à bras ouverts au sein de leur harde…

Il était devenu un Enfant du Chaos.


Sources

  • Warhammer JdR - Tome de la Corruption
  • Livre d’armée des Royaumes du Chaos
  • Livre d’armée des Guerriers du Chaos, V7