Dronangkul

De La Bibliothèque Impériale

Dronangkul (cela signifie forteresse de fer) est une forteresse des Nains du Chaos située dans la Désolation d’Azgoth, dans les collines proches de la Rivière de la Ruine. Le site de Dronangkul est une faille sans fond, comme si un dieu a abattu sa hache gigantesque pour ouvrir la terre. De grandes tours de basalte noir et un mur de pierre protègent l’accès à la faille. Leur grande porte barrée par une herse monumentale donne sur une route qui s’étire vers les désolations. Les bords de cette voie d’accès sont flanqués par des gibets. A proximité se tient un campement de tentes colorées pour les tribus de Hobgobelins vassales qui patrouillent la région et les caravanes marchandes de passage.

La face nord de la faille est une vaste mine à ciel ouvert sur laquelle s’affaire à grands coups de pioches une armée d’esclaves Orques Noirs. Une énorme forge de pierre se dresse à quelque distance de la mine. Il est coiffé de cheminées d'où s'échappe une fumée noire. Des files d’esclaves poussent des chariots chargés de minerai jusqu’à son entrée. Des tuyaux en cuivre rejettent des déchets par un des flancs du bâtiment. Ces scories s’empilent dans un immense cloaque qui est pollué et dangereux. De grands blocs dépassent de cette mare fétide et dégagent un gaz verdâtre visiblement très nocif. Les nains ont construit un barrage pour retenir les eaux du cloaque mais celui-ci est en fort mauvais état, faute d’entretien. Un ruisseau à la couleur malsaine s’en écoule par une brèche et dévale la paroi de la mine. Un petit lac surplombé par tout un réseau de passerelles en bois s’accumule ainsi au fond des excavations. Les contremaîtres Hobgobelins qui œuvrent au fond de la mine nouent des morceaux de tissu autour de leur visage et portent des lunettes protectrices, mais ce n’est pas le cas des esclaves : ils sont obligés de respirer ces vapeurs nauséabondes qui les font pleurer. Des tours de garde flanquent la chaussée de basalte qui relie le château à la fonderie et à la mine.

Les tours protègent un conglomérat de bâtiments en pierre serrés les uns contre les autres. Leurs frontons sont décorés de différents glyphes de bronze. Une immense ziggourat sise au milieu de l’avant-poste s’élève au-dessus de tous les autres bâtiments. Elle est faite d’énormes blocs de basalte décorés de runes d’or. Son sommet est coiffé de tours de guet dentelées en acier. C'est là que vie le Thegn Khorakk, qui règne sur la forteresse. Sa tête est plate, ses oreilles grandes et décollées. Son nez est une grosse protubérance recouverte de poireaux et ses sourcils sont si broussailleux qu’il aurait pu les tresser. Il porte une longue barbe noire dont les boucles grasses s’accrochent à un menton en galoche. Elle est maladroitement décorée de diamants et de rubis. Il possède aussi un torque en rubis nommé le Sourire de Sardiss. C’est un artefact magique très ancien ayant appartenu aux rois sorciers des Hungs.

Source

  • C.L. Werner, Wulfrik, Black Library, 2011