Collines Hurlantes

De La Bibliothèque Impériale

Les Collines Hurlantes sont une chaîne de pics déchiquetés, qui descendent de Middenheim à l'ouest pour aller pratiquement jusqu'à Talabheim, à l'est. Les sommets les plus hauts sont nus et désolés, et leurs plateaux sont des étendues sans vie de bruyères humides et d'herbe rase, tandis que les reliefs les moins importants sont escaladés par une forêt épaisse et battue par les orages.

Sur toute la longueur des collines, le vent ne faiblit jamais, et elles tirent d'ailleurs leur nom du son terrifiant et lugubre qu'il produit en se faufilant entre leurs falaises. Ce sifflement épouvantable est assourdissant sur les plus hauts pics, et se transforme en une plainte continue dans les vallées peu profondes. Il est néanmoins dit que le sifflement du vent n'est pas seul responsable de ce bruit abominable, qui évoque les hurlements aigus des damnés, et où l'on perçoit parfois des gémissements, des cris de colère et des menaces blasphématoires.

La portion orientale des collines est appelée Hauts Hurlants, car elle regroupe les sommets les plus élevés. La région entière accueille maints petits hameaux de bergers, chacun consistant en une poignée de maisons grossières de grès noir serrées les unes contre les autres. Les habitants de ces villages sont vus comme des êtres taciturnes et bizarres. On dit qu'à la longue, le bruit du vent les rend fous; leur dialecte est rude et difficilement compréhensible, et ils comptent parmi les gens les plus superstitieux de tout le Middenland.

Mais ce n'est pas pour cela que les autochtones déconseillent aux voyageurs de parcourir les collines : elles sont en effet parsemées de vieux cairns, de cercles de pierres et de monolithes effondrés. Ces pierres rappellent l'époque précédant l'avènement de l'Empire, lorsque l'homme vivait certes plus près de la nature, mais aussi dans la terreur des forces invisibles à l'œuvre sur les terres. Les colporteurs qui parcourent les collines pour acheter la laine des indigènes connaissent de nombreuses histoires sur le murmure du vent, les lueurs hantées qui dansent autour des cromlechs, et les silhouettes difformes se découpant parfois sur l'horizon ou entr'aperçue du coin de l'œil. Les Hauts Hurlants sont une région désolée, le domaine d'anciennes puissances que les hommes mortels feraient mieux de ne pas déranger.

Räuberthal

A l'ouest des Hauts Hurlants, les pics et les plateaux se transforment en collines et en vallées. En dépit de leur altitude moindre, ces hauteurs souffrent également des bourrasques qui accablent toute la chaîne. Cette partie des Collines Hurlantes est appelée le Räuberthal ("Räuber" veut dire "voleur" en Reikspiel), parce qu'elle grouille de bandits de grands chemins et abrite des criminels en fuite venus des quatre coins de l'Empire.

Au centre du Räuberthal, au sommet de la plus haute colline à des lieues à la ronde, est bâti le château du Middenstag. Cet édifice ancien et imposant domine la région entière et protège la route allant de Delberz à Hergig contre les bandits cachés dans les collines. C'est une forteresse haute et élancée ; ses plus grandes tours permettent de voir à des dizaines de milles à la ronde. Ses murs vénérables ont été réparés à maintes reprises au fil des siècles, ce qui donne à l'ensemble une apparence des plus hétéroclite. Le Middenstag abrite les gardiens du Räuberthal, une garnison de soldats aguerris qui parcourent les vallées pour débusquer les malandrins. Un bandit capturé par ces gardiens n'a que de très minces chances de revoir la lumière du jour. La plupart sont emprisonnés dans les donjons du château, mais beaucoup pendent des remparts pour prévenir les voyageurs du sort qui attend quiconque transgresse les lois du Middenland.

En au moins trois occasions au cours des deux derniers siècles, les bandits du Räuberthal sont devenus assez nombreux pour représenter une menace sérieuse à la stabilité de toute la région. Des Démagogues et autres Agitateurs sont apparus parmi leurs rangs, et ont poussé leurs congénères à attaquer les villages du sud du Middenland et du nord du Talabecland. Au cours de ces guerres brèves mais violentes, les brigands ont exercé une terrible vengeance sur les honnêtes gens de la région, une revanche cruelle pour les punitions subies des mains de la loi. À chaque fois, le Middenstag est demeuré un havre sûr, un roc solide sur lequel la marée des bandits s'est écrasée. En temps de trouble, les fanaux situés au sommet des tours brillent de toutes leurs flammes, appelant à l'aide les milices des environs, réquisitionnées par l'Empereur actuellement.

Source

Warhammer Battle - Supplément Campagne La Couronne du Destin