Chariot Gaélique

De La Bibliothèque Impériale
Johann van Hal.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section contient des informations non officielles.


Vitesse et audace sont les maitres mots de ces engins!

Bien que la plupart des guerriers tribaux apprennent au moins les rudiments de la conduite d'un char, cela n’est pas comparable à la maîtrise dont font preuve les conducteurs de chars d'Albion. Consacrant leurs vies à conduire des chars de guerre, ils sont aussi craint et reconnu que leurs passagers, même si ces derniers sont souvent des héros puissants. Leur contrôle expert des chevaux leur permet d'effectuer des manœuvres avec les chars qui semblent impossibles à reproduire, et ils sont habiles à conduire les chars au cœur d'une bataille déchaînée pour sauver des guerriers du danger. Quant aux faux courbes fixer sur les roues, elles récoltent un tribut de sang à travers la masse bouillonnante des guerriers ennemis. Cette maîtrise stupéfiante de la conduite de chars est ce qui a rendu les chars des tribus l'une des unités les plus redoutées sur les champs de bataille d'Albion.

Les grandes plaines abritent régulièrement des courses de chars et un conducteur de char audacieux voire téméraire peut bien gagner sa vie en tant que coureur. Les coureurs de chars sont souvent tentés par la perspective de la gloire et du butin en tant que conducteur de char pour un noble guerrier. Ceux qui préfèrent rester et courir se retrouvent souvent mêlés à diverses escroqueries ou querelles autour des courses.

Ces coureurs forment une race à part, passant plus de temps à toiletter leurs chevaux et à polir leurs chars que d’interagir avec d’autres personnes. Ceux qui daignent socialiser avec leurs semblables sont généralement excessivement fiers; surtout si ce sont des coureurs particulièrement renommés, ou qui ont accepté de travailler comme cocher de héros.

Dans les combats de chars, les Gaëls parcourent les champs en lançant des javelots, la terreur inspirée par le tonnerre des sabots et le bruit des roues des chars suffisent généralement à désorganiser les rangs de leurs adversaires. Ensuite, les nobles guerriers sautent et engagent l'ennemi à pied. En attendant, les conducteurs de chars se retirent sur une courte distance et placent leurs chars dans une position telle que leurs maîtres, s'ils sont en mauvaise posture, ont un moyen facile de se retirer. En s'entraînant quotidiennement, ils atteignent un tel niveau que même sur une pente raide, ils sont capables de contrôler les chevaux au galop et de les retourner en un instant.

De puissants chevaux tirent ces chariots en bronze poli et en acier brillant avec des roues incrustées de faux courbées. De fiers guerriers postés sur ces engins de guerre lançant des railleries et poussent leurs ennemis à les engager dans des combats mortels. Le char est contrôlé par un chauffeur qui est responsable de son entretien, de l'entretien des montures et de l'approvisionnement de son cavalier. Le char est généralement habité par un guerrier qui maîtrise les javelots, car il les lancera sur ses ennemis à mesure que le char traversera le champ de bataille. Seuls les plus courageux des adversaires se tiendraient pour faire face à l’assaut grondant d’un char. Un Chariot est une machine à tuer à grande vitesse que les Gaels utilisent avec une mortelle efficacité lorsque le terrain et la météo le permettent. Les chariots d'Albion sont d'une construction plus légère et plus agile que ceux des autres races, ce qui leur permettent une plus grande vitesse mais sacrifie la durabilité.

Source