Cavaliers Sauvages de Kurnous

De La Bibliothèque Impériale

Les Cavaliers Sauvages de Kurnous forment la garde personnelle d'Orion, et chacun d'eux est aussi agressif et impulsif que son maître. Ce sont des créatures aussi mystérieuses que dangereuses, qui ne sont plus vraiment les Elfes Sylvains qu’ils étaient jadis. Désormais, ils ne font qu'un avec la Chasse Sauvage.

L'apparence des Cavaliers Sauvages est une réminiscence des jours anciens des Elfes. Leurs armes sont en fer, voire en silex ; leurs tuniques et armures cérémonielles ne sont guère plus que des peaux des bêtes tuées pendant leurs chasses sacrées. Pourtant leur allure évoque indéniablement une noblesse surnaturelle : le pouvoir de Kurnous coule en eux aussi sûrement que dans le corps d'Orion.

Pendant les mois d'hiver, lorsque l'esprit d'Orion est en sommeil, les Cavaliers Sauvages veillent sur la Clairière du Roi en silence. Immobile et impassible, rien n'échappe à leur regard où brûle une lueur surnaturelle et quiconque ose s'aventurer dans le saint des saints de la forêt encourt leur colère. Leur autorité est ne souffre aucune contestation, car en acceptant l'honneur de devenir un Cavalier Sauvage, ils se sont coupés de la société Asrai sous tous ses aspects hormis le service du roi. En vérité, les Cavaliers Sauvages sont si étrangers aux autres Elfes que peu de leurs compatriotes osent encore leur adresser la parole, et encore moins critiquer leurs actes, car la puissance dont ils sont investi a fait de ces guerriers à la haute stature des Esprit de la Forêt autant que des Elfes. La voie des Cavaliers Sauvages est un chemin sans retour, mais aucun guerrier ne saurait en refuser l'appel, car il s'agit du plus grand honneur qui puisse lui être accordé.

Lorsque l'hiver fait place au printemps et que commence le rituel du renouveau, les Cavaliers Sauvages dirigent la cérémonie, et répètent leur serment d'allégeance au roi. Au cours d'une nuit de magie et de terreur, où les spectres et les cris étranges hantent les clairières, le seigneur d’Athel Loren se relève de son lit de mort. Le cor d'Orion retentit dans la plaine sauvage et la chasse reprend de plus belle. Athel Loren tremble comme les pas d’Orion tonnent dans la forêt, gagnant en fougue et en troupe à chaque foulée. Les Cavaliers Sauvages, rendus plus forts et plus féroces par l'éveil de leur maître, galopent dans son sillage. Leurs montures ne sont pas des bêtes mortelles, mais des Coursiers de Kurnous : des avatars de la chasse aussi infatigables que les Elfes qu'ils emportent à la bataille.

  • Tatouages Talismaniques : Les Cavaliers Sauvages peignent leur corps de spirales sacrées et autres puissants symboles magiques. Le but n'est pas uniquement d'impressionner l'ennemi, mais aussi de s'attirer les faveurs de Kurnous. Cette protection divine ne saurait être mise en doute, et de nombre de guerriers ont vu leur arme, pourtant forgé dans le meilleur acier, se briser en morceau sur la peau nue d'un Cavalier Sauvage.
  • La Chasse Sauvage : Seuls les plus braves - ou les plus imprudents - ne se cachent pas lorsque la brise apporte le son des cors des Cavaliers Sauvages, dont les accents d’outre-monde suscitent la peur dans le cœur des proies qui les entendent. Cette réaction instinctive est bien fondée, car il ne faut s'attendre à aucune pitié de la part des Cavaliers Sauvages une fois la chasse lancée. Les malchanceux qui croisent leur chemin sont abattus sur place, sacrifiés à la splendeur éternelle du Roi des Forêts.


La chasse sauvage est lancée !

Sources

  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V6
  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V8