Cavaliers Maraudeurs

De La Bibliothèque Impériale
Ces maîtres de la steppe sont d’excellents chasseurs, aussi rapides et impitoyables que le blizzard.

Les premiers guerriers d’une armée du Chaos à engager l’ennemi sont généralement les Cavaliers Maraudeurs. Ils forment l’avant garde et enveloppent les forces de l’ennemi pour leur couper toute retraite. Lorsque l’adversaire essaie d’échapper au massacre perpétré par le corps principal de l’armée du Chaos, ce sont ces cavaliers qui sont chargés de le poursuivre et de l’exterminer. Ces maîtres de la steppe sont d’excellents chasseurs, aussi rapides et impitoyables de le blizzard.

Beaucoup de tribus nordiques considèrent que les chevaux sont des animaux imprévisibles dont il faut se méfier. Cependant, certains vivent une existence nomade, et leur vie dépend de leurs montures. Ces hommes entretiennent une affinité naturelle avec les fougueux chevaux des steppes, la plupart des enfants de ces tribus savent montent à cheval avant de savoir manier une épée. Leur rite de passage vers l’âge adulte consiste souvent à capturer et dompter un étalon sauvage, et beaucoup finissent piétinés à mort en essayant. Lorsque le jeune guerrier atteint l’âge adulte, il ne fait plus qu’un avec sa monture, et à probablement plus de trait en commun avec les Centigors qu’avec son propre peuple.

Les chevaux montés par ces tribus sont des bêtes robustes et capricieuses, mais une fois qu’elles ont été domptées, elles restent fidèles jusqu’à la mort. Cependant, elles seront toujours agressives et imprévisibles avec les étrangers. Le régime alimentaire de ces destriers est souvent complété par de la chair humaine et du sang dilué. Ce sont des animaux fiers dont les yeux luisent d’une intelligence inquiétante, qui ruent et piétinent l’ennemi frénétiquement quand ils se retrouvent dans la mêlée.

La rapidité et la mobilité de ces cavaliers dépassent largement celles de leurs homologues des armées du Vieux Monde, sauf peut-être pour les Chevaliers Sylvains. Ils harcèlent l’ennemi et changent de direction avec leur monture d’une simple pression du genoux ou en bougeant imperceptiblement le bassin, ce qui leur laisse les deux mains libres pour manier leur armes. Certaines tribus préfèrent manier des javelots ou des haches de jet, le cavalier pivotant sur la selle tandis qu’il tourne autour de l’ennemi pour le harceler de ses projectiles. D’autre manient des fléaux qui leur permettent d’effectuer des attaques au passages dévastatrices en utilisant l’élan de leur monture. Nul ne peut échapper à ces cavaliers, car ils n’aiment rien tant que la traque d’une proie, et poursuivront l’ennemi jusqu’à l’épuiser avant de se jeter sur lui pour la curée.

Source

  • Livre d’Armée des Guerriers du Chaos, V7