Catégorie:Cathay

De La Bibliothèque Impériale
(Redirigé depuis Cathay)
Johann van Hal.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section contient des informations non officielles.


Le plus puissant des Empires d'Orient est le Grand Cathay, une immense terre étendue englobant de grandes montagnes, des plaines verdoyantes et des forêts denses. C'est un empire constitué de nombreuses provinces, chacune gouvernées par un puissant Seigneur de guerre, mais assujetti à la loi de l'Empereur Dragon. Cet Empereur, que certain considère être un Dragon ayant pris forme humaine, règne sur la plus grande nation au monde et ses millions de sujets.

Mais c'est aussi un pays constamment en guerre, les Seigneurs de guerre provinciaux s'affrontant pour étendre leurs frontières ou jouir des bonnes grâces de l'Empereur.

Cependant, malgré sa taille et sa force, Cathay reste un grand mystère pour les érudits de l'Empire, car même ceux qui s'y sont rendus n'ont finalement qu'une vague idée de sa taille et de sa puissance.


Age of Conan.jpg


L'Empire du Dragon Céleste

Cathay est la plus grande et la plus ancienne civilisation humaine (vivante) du monde. Les hommes de cette civilisation disposent de la plus longue histoire continue. Cependant, ce pays n'est pas ethniquement homogène. Contrairement au Vieux Monde, qui est divisé par des frontières ethniques ou nationales, Cathay accueille des centaines de petits clans familiaux. Ils habitent dans les villes, les fermes, les montagnes et dans les tribus nomades des steppes. Ils fonctionnent de manière autonome mais payent l'impôt et envoient des hommes sous le drapeau local lorsqu'un Seigneur de guerre ou, dans les moments les plus importants, l'Empereur, partent en guerre. Parfois, l'un de ces clans acquiert assez de puissance pour devenir une menace pour la bureaucratie Cathayenne. Cela se termine généralement par une guerre avec les forces impériales de la région, suivie éventuellement d'un assujettissement et d'un hommage rendu à l'Empereur pour des générations. Malgré tout cela, Cathay possède un étonnante unité culturelle, administrative et politique.

Logo cathay.png

Les Cathayens

Les Cathayens ont une peau plus cuivrée que les hommes de l'Empire et de la Bretonnie, bien qu'ils soient généralement de la même taille. Leurs cheveux sont noirs et raides, avec parfois des reflets marrons, et leurs yeux sont en amande, de couleur noirs ou marrons. Les hommes sont généralement proprement rasés et portent des vêtements amples et colorés. Le gilet et la calotte sont communs. Dans les steppes nomades du sud ouest de Cathay, les hommes favorisent comme coiffure le nœud supérieur, une longue queue de chevale attachée avec de la soie noire. En public, les femmes portent de longues robes, un maquillage blanc et un châle qui leur couvrent les cheveux. Dans le nord, les Cathayens sont plus conservateurs, les femmes portant des vêtements encore plus épais. Les Cathayens sont un peuple profondément spirituel et superstitieux. Un aspect de leur système de croyance implique la prédestination: tout ce qui arrive n'est pas dû au hasard, mais le fait du destin. Ce qui est difficile à déterminer, c'est de savoir quel est ce destin. En conséquence, la plupart des Cathayens sont tout à fait satisfait de laisser les choses telles qu'elles sont.

En dehors des zones peuplées, au nord de Cathay voyagent dans les steppes inhospitalières les tribus de nomades d'un point d'eau à un autre. Ce sont des caravanes de commerce accueillant des familles nombreuses. Ces tribus et ces clans sont farouchement indépendants par rapport à leurs frères citadins, mais comme ces régions retirées abritent d'innombrables tribus humanoïdes (surtout des Hobgobelins), l'Empereur Dragon n'est pas trop regardant sur ce qu'ils font. Il existe peu de communautés non-humaines dans l'empire et l'Empereur est satisfait de cette situation. Les Hauts Elfes vivent ostracisés dans leur comptoir commercial, sur une île soigneusement contrôlée non loin de la côte, et tout contact avec eux est strictement interdit, sauf pour le commerce. Les Nains sont connus, surtout dans les Montagnes du Ciel. Cependant, ils sont considérés comme étranges et exotiques. Les Ogres sont relativement nombreux, car leur lieu saint, La Gueule, se trouve prêt de Cathay, au niveau des Montagnes des Larmes. Ils y viennent régulièrement faire des pèlerinages pour rendre hommage à leur Dieu carnivore. Cathay pense être la nation la plus grande et la plus avancée du monde et ses citoyens sont très fiers d'eux-mêmes et de leurs armées victorieuses. Entièrement dévoués à l'Empereur Dragon, les soldats se jettent littéralement sur l'ennemi, heureux de se sacrifier pour la gloire de l'empire. Ainsi, les armées de Cathay sont extrêmement efficaces et le pays en a bien besoin pour se défendre des pillards Hobgobelins, des nomades des steppes, des sauvages de la jungle et surtout de la puissance insulaire voisine : le Nippon. La poudre noire est connue mais l'esprit conservateur et le manque d'esprit d'entreprise ont empêchés sa propagation et son usage intensif.


La Bureaucratie

Après des débuts timides, la complexe et baroque bureaucratie de Cathay s'est développée. Elle est le résultat de la forte croyance en une approche autoritaire et organisée de toutes choses. Sur un plan plus pratique, l'empire est géré par une solide administration centrale, comprenant différents départements et ministères, dont les sièges se trouvent dans la capitale, Weijin. Ils sont hiérarchiquement organisés autour du Trône du Dragon. C'est une bureaucratie vaste et instruite, gérant des provinces autonomes avec une immense paysannerie locale. L'idée cathayenne d'un l'empire dynastique est basée sur le concept des Sept cieux et sur le mandat suprême. Lorsque l'Empereur Yin Shi Zheng unifia les provinces belligérantes de Cathay en une seule nation, son règne fut marqué par la première apparition d'un émissaire divin qui lui exposa les Lois Célestes.

Ces Lois furent transcrites à partir du langage divin par l'Empereur en strophe de différentes longueurs. Ces strophes sont connues sous le nom de « Lois des Sept Cieux ». Elles expliquent et délimitent les rôles de l'Empereur et du peuple, du ciel et de la terre, de l'histoire et des prophéties possibles. Ces textes doivent être connus par tous les Cathayens souhaitant faire carrière au sein de la bureaucratie, car ils sont à la base des difficiles examens ouvrant la porte de l'institution. Pour être considéré comme un Cathayen vraiment éclairé, il est nécessaire de comprendre fondamentalement les Lois.

Pour obtenir une nomination au service impérial, il faut d'abord passer des examens rigoureux. Cela nécessite au minimum quinze années d'étude, bien que les vrais sages peuvent y parvenir en seulement dix. Une fois que le candidat reçu prend le manteau de disciple, il lui est alors possible de demander un poste, qui lui est généralement attribué par un magistrat impérial. De toute évidence, une haute position sociale est nécessaire, car les meilleures places sont généralement données à ceux ayant une bonne naissance. Chaque magistrat et chaque gouverneur d'une province auront à leur disposition un corps d'agents pour faire appliquer la loi. Ces officiers vont des gardiens locaux dans les villes, aux commandants de petites armées chargées de traquer et d'éliminer les bandits et les insurrections du Chaos.

Les généraux de la Grande Armée sont considérés comme des serviteurs de confiance qui ne sont responsables que devant le Trône du Dragon, leur permettant de se comporter comme de petits potentats dans leurs provinces, avec les troupes de la Grande Armée qui leur sont loyales. Cela crée des tensions politiques et engendrent des luttes de pouvoir entre les gouverneurs de provinces désignés localement et les chefs militaires nommés par Weijin, la capitale ; le tout avec des magistrats impartiaux gardant un œil sur tout le monde pour éviter une escalade des hostilités. Le peuple de Cathay reçoit un enseignement qui lui permet de savoir lire et écrire. Tous ceux qui démontrent une maîtrise particulière dans ces matières peuvent être autorisés à recevoir des leçons supplémentaires, dans la calligraphie et des formes d'art comme la peinture et la poésie. À un moment donné, ces élèves effectuent des examens écrits et oraux pour pouvoir passer à la cour de l'Empereur. Ceux qui échouent peuvent passer des examens à une date ultérieure ou rentrer chez eux et commencer une carrière dans l'une des puissantes familles marchandes. On considère que ceux qui ont suivi le chemin d'une carrière mercantile ont compromis et gâché leur vie dans le but vain de gagner de l'argent.

Par contre, les questions militaires ne concernent que le Trône du Dragon, et les paysans, par décret divin, ne sont pas autorisés à porter des armes. Les Cathayens n'ont donc pas les moyens de se défendre s'ils sont attaqués. Ce décret vise à entraver le risque d'un soulèvement paysan contre un souverain impopulaire, comme cela arrive en Bretonnie.


Crimes et Châtiments

En raison de l'influence des Lois des Sept Cieux, le crime est très sévèrement puni en Cathay. Ceux qui n'ont pas un statut social important ont peu de droits, et les crimes qu'ils commettent sont régulièrement punis de mort ou par le travail forcé dans les mines de fer. Les crimes commis par la noblesse sont traités différemment; si le crime est mineur, les nobles seront généralement, au mieux, condamnés à payer une amende, ce qui est trivial, ou pire, ils seront publiquement réprimandés, ce qui est humiliant, et compte tenu de l'importance de la parole et des mots chez les Cathayens, ils risquent de perdre leur honneur, ce qui est mortel. Les crimes entre les clans provinciaux sont généralement résolus par des duels ou par un assassinat nocturne silencieux commis par des Lames de la Nuit. Bien que l'assassinat soit officiellement proscrit par le Trône du Dragon, il est pratiqué couramment lors de ces querelles.

Les bureaucrates Cathayens, en particulier les magistrats, sont chargés d'enquêter et de traduire en justice les personnes soupçonnées d'avoir commis un crime. La loi cathayenne diffère de la loi du Vieux Monde car l'accusé est présumé coupable jusqu'à ce qu'il prouve son innocence, ce qui tend à réduire efficacement le temps moyen des procédures. Une étrange tradition juridique prévoit que l'accusé avoue tout avant son procès. Cela permet souvent au juge d'utiliser des méthodes odieuses pour extraire rapidement une « confession » et ainsi éviter un long procès. La torture de « l'eau cathayenne » et ses dérivés sont reconnues dans le monde entier, car le Cathay est très en avance dans l'art de faire subir la douleur ; les Cathayens faisant valoir leur expérience de mille ans dans la «suggestion forcée» face à leurs rivaux Elfes Noirs ou Skavens.


La Société

La base sociale la plus importante est la famille. Les Cathayens accordent une grande importance à la position de l'individu dans la famille et à l'interdépendance entre ses membres. La famille cathayenne est généralement un groupe étendu, composé de dizaines ou de centaines de frères, d'oncles, de cousins, de demi-cousins, de grandes tantes, et plus loin encore. Chaque Cathayen à une connaissance très détaillée des membres de sa famille et des relations qu'elle entretient avec les autres. Ces membres vivent à proximité de la même ville ou village, ou si c'est une famille plus petite, dans la même maison. L'aîné, habituellement le père ou le grand-père, est considéré comme le patriarche, prenant les décisions et est respecté par les plus jeunes. Quand ils vieillissent, deviennent faibles ou gâteux, leurs fils les remplacent progressivement, mais on attend toujours que les plus jeunes traitent leurs aînés avec respect.

La classe militaires, qui produit des lignées d'officiers pour commander la Grande Armée, ne prend pas en compte tous les soldats. Seuls ceux qui sont nés au sein d'une famille militaire ou qui se sont mariés à un de leurs membres, sont inclus dans cette classe. Dans de nombreux cas, ces familles seront des membres de l'ancienne noblesse. Quant aux soldats communs, ils sont composés de paysans et de citoyens.


Affaires et Commerce

L'économie du Cathay est gigantesque et très développée. Elle est comparable à l'ensemble du Vieux Monde réunie. Pendant des siècles, l'empire a été impliqué dans différents types d'importation et d'exportation, le commerce se développant le long des routes terrestres établies telles que la Vieille route des Épices, ou le long des voies fluviales ou maritimes. L'Empereur et les bureaucrates locaux imposent une taxe sur la plupart des échanges. Cela prend habituellement la forme d'un péage forfaitaire ou un pourcentage sur la valeur des marchandises. Le commerce est la pierre angulaire du Cathay occidental.

Les marchands cathayens naviguent aussi loin vers le nord que les grands ports de Marienburg et Erengrad, et aussi loin vers l'ouest qu'Ulthuan mais s'interdisant la Lustrie. Les caravanes des tribus nomades des steppes traversent les dangereux déserts pour aller plus loin. La plupart du commerce cathayen vient des pays du Sud. Les Elfes protègent efficacement leurs routes de commerce, mais les Cathayens ont peu de concurrence dans les pays du Sud, la région étant assez isolée du reste du monde et peu civilisée permettant d'être facilement exploitée par des commerçants impitoyables.

La plus grande exportation de Cathay est la soie. Au nord d'Anlo existe une vallée où vivent de gigantesques araignées. Chaque jour, les habitants des villages à proximité entrent dans cette vallée pour y récolter ses toiles magnifiques, tout en essayant d'éviter les monstres arachnides et leur progéniture. Chaque année, des centaines d'entre eux meurent dans cette quête, mais ils ramènent des tonnes de toiles. Ils les foulent en utilisant leurs pieds, puis utilisent un outil ressemblant à un peigne pour en démêler les lanières, avant de l'immerger dans une chute d'eau pour obtenir un aspect brillant et les rendre assez souple pour l'utiliser comme un tissu. Ce qui est obtenu est ensuite séché puis soit donné à d’habiles tailleurs, soit envoyé aux postes de négoces où les marchands s'occuperont de l'expédier à travers le monde entier.


L'Honneur

Les relations sociales en Cathay sont régies par le principe de l'honneur. Chaque citoyen est responsable de sa réputation, de son clan et de sa position sociale. Agir d'une manière qui ne correspond pas à son statut entraîne un embarras ou une humiliation. Cela ne doit pas être confondu avec la morale. En fait, il est possible d'être tout à fait immoral mais avoir beaucoup d'honneur ! La clé n'est pas forcément d'être juste, mais plutôt d'apparaître comme tel.

Le pouvoir, la richesse et la position d'un individu ne signifient rien pour un Cathayen si il est sans honneur. L'honneur est ce qui a le plus de valeur dans la société, et détermine la fiabilité, le caractère personnel, et la confiance. Sans honneur, les soldats de la Grande Armée de Cathay perdent espoir et deviennent des conscrits, ce qui n'est guère mieux qu'être un esclave. Eux et leurs familles peuvent s'attendre à être évités, subir des insultes et des crachats. L'honneur peut être gagné par chaque soldat sur le champ de bataille, et peut être perdu par un acte de lâcheté. Briser la foi, commettre un acte de traîtrise, insulter sans raison aboutissent à une perte de son honneur, tandis que les actes vaillants, le sacrifice de soi, la maîtrise, l'habileté et la fidélité permettent de le gagner.


Mythes et Légendes

Cathay a de nombreux mythes et légendes, qui sont surtout contés par la population paysanne plutôt que par la noblesse, plus éduquée. La fondation de Cathay est antérieure aux nations du Vieux Monde de plusieurs millénaires, et même Khemri, ville se trouvant dans ce que l'on appelle maintenant la Terre des Morts dans le sud lointain, est moins ancienne.

Selon la légende, les terres ont été formées à partir du corps d'une déesse, qui a été blessée dans ciel après avoir cherchée un endroit pour installer son peuple. Son corps est devenu les champs luxuriants de millet et de riz, les rivières proviennent de son lait, et son sang est le peuple de Cathay. Jusqu'à ce jour, les paysans croient toujours que la déesse veille et nourrit son peuple. Pourtant, la déesse ne fournissait pas tout et il est dit qu'une autre divinité apporta la lumière du ciel à Cathay afin que le peuple puisse en profiter. Il posa le soleil bien au-dessus des nuages, mais il glissait de sa place et roulait vers l'ouest, forçant le dieu à aller le chercher tous les jours pour le ramener. Finalement, il trouva un moyen de garder le soleil en place et puis s'en alla dans les forêts. Mais le Dieu des collines le retrouva et le gronda car il n'y avait plus de nuit en Cathay. Alors la divinité quitta les forêts et créa la Maison des Dieux dans les Montagnes des Larmes, où il pouvait attraper le soleil à la fin de chaque jour et ensuite le porter à l'extrémité orientale du monde pour recommencer la journée.

La nature de ces dieux diffère de ceux du Vieux Monde. Les dieux de Cathay ne semblent pas avoir un grand intérêt pour le bien-être de leurs disciples, certains étant seulement des esprits des grands fleuves ou du vent. Ils ne sont pas non plus d'apparence humaine. L'un d'entre eux est décrit comme ayant le corps d'un tigre, avec la queue d'un rat et la tête d'un homme et ce n'est même pas la plus étrange des divinités cathayennes.

De nombreuses légendes affirment également que la plupart des dieux habitent au plus haut sommet de la plus grande Montagne des Larmes, où ils peuvent surveiller l'ensemble de Cathay et le monde entier. Le ciel reposerait sur cette montagne, l'empêchant de dériver et d'écraser le monde. Puisque cette demeure est au-dessus du ciel, aucun mortel voyageant dans les Montagnes des Larmes ne pourra jamais l'atteindre, bien que certains magiciens racontent que des dieux plus jeunes y descendent pour danser sur des sommets plus accessibles, la lumière de leur danse attirant ceux qui les recherchent. Ces dernières années, les observations de ces lumières ont diminuées, au point que les magiciens croient à présent que les dieux se sont retirés des affaires humaines pour s'isoler dans leurs royaumes. On pense que lorsque qu'un homme parviendra à atteindre la Maison des Dieux, alors ces derniers se retireront pour toujours du monde, dans leur lointaine demeure dans le nord. Il convient de noter que les sages, pratiquant les arts magiques, détestent ces étrangers voyageant régulièrement dans les Montagnes des Larmes, craignant que de telles excursions finissent par effrayer les dieux, déclenchant la Grande Retraite plus tôt que prévue.

Une des légendes les plus populaires est celle racontant comment le Dieu de la guerre est devenu un paria. Cette légende affirme que ce dieu était autrefois une bête des forêts et des collines, et qu'il attaquait quiconque essayait de le dompter, jusqu'au jour où le Grand Chasseur décida de le traquer.

Pendant longtemps, le chasseur et la bête se sont pourchassés à travers le Cathay, se battant souvent l'un contre l'autre, jusqu'à qu'au jour où sur la grande plaine ou chassent désormais les Hungs, ils parviennent à un accord. Le dieu chasseur avait gagné mais était affaibli suite aux sévères blessures que lui avait infligé la bête. Pensant l'avoir apprivoisée, il la ramena à la Maison des Dieux et présenta le Dieu de la Guerre apprivoisé aux autres divinités, prouvant qu'il était possible de civiliser la guerre. Mais il s’avéra que la bête s'était joué du Grand Chasseur et elle le blessa mortellement avant de s'enfuir vers le nord, par peur du châtiment divin, et pour récupérer ses forces et pour un jour revenir. Pour sa bravoure, le Grand Chasseur fut transformé en un puissant saule (qui se trouve maintenant sur une place de la ville de Nan-Gau). Depuis ce jour, l'image du saule est un exemple de prouesse et de courage. Quant au Dieu de la guerre, il rassembla des partisans parmi les violentes tribus du nord et de temps en temps, il attaque Cathay pour prouver sa puissance. Il y a aussi de nombreux récits concernant Tzeentch, le Dieu de la trahison dont les actes malveillants finiront par être défaits par ses propres mots trompeurs et ses pièges. Des contes parlant de fantômes séduisants et de renards adultères changeant de forme font référence à Slaanesh et ceux traitant de la femme de la peste, qui apparaît comme une vieille veuve hideuse en deuil perpétuel, évoquent Nurgle.

La légende la plus répandue est celle traitant de la création du Grand Bastion par le tout premier Empereur Dragon. Elle raconte que cet Empereur de Cathay fut désigné par la Déesse pour former la première dynastie. Lui même était un dragon, né dans les cheveux de la déesse, et donc était béni et sage. Il pouvait se transformer en homme à volonté et gouvernait sous apparence humaine pendant de nombreuses années. C'est lui qui fonda Weijin et réalisa personnellement le Trône du Dragon. Durant de nombreuses années, l'Empereur fut forcé d'affronter les combattants du Dieu de la guerre et, à mesure qu'il vieillissait, il était de plus en plus inquiet que la protection de son peuple se soit pas assuré après sa disparition car son unique héritier était un homme faible, incapable de se transformer en dragon.

Lors d'un rêve, l'Empereur fut guidé par la Déesse de la Lune et il se vit couché le long de la frontière nord de Cathay sous la forme d'un dragon. La Déesse transforma son corps en pierre et ainsi il arrêterait les enfants du Dieu de la guerre. Il accepta ce destin et nomma un autre héritier pour être le prochain Empereur. Son fils dénonça cette nomination et supplia son père de reconsidérer sa décision, allant même jusqu'à monter sur son dos pendant qu'il volait vers la frontière nord pour accomplir sa promesse envers la Déesse. Là-bas, dans les airs, le fils se battit avec le père, d'abord sous la forme d'un homme faible, mais peu à peu, il se changea lui-même en un dragon brillant et continua à se battre. L'Empereur Dragon vit que son fils était devenu assez fort pour devenir le nouveau souverain, mais il ne pouvait revenir sur sa décision de mettre un autre sur le trône. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était de supplier son fils de le laisser continuer vers le nord, pour mieux protéger Cathay dans la mort. Voyant de la noblesse dans cette action, le fils supplia la Déesse de la Lune de lui permettre de venir en aide à son père et ensemble, ils se couchèrent à travers la frontière et se pétrifièrent à la lueur de la lune. Ainsi, des Montagnes des Larmes à l'ouest et de la baie de Chee Kun à l'est, ils protègent à jamais leur bien-aimé Cathay. Bien sûr, ceux qui ont une réelle connaissance de l'histoire font facilement abstraction de cette légende et la considère que comme un conte fantaisiste, car le Grand Bastion fut construit beaucoup plus tard lors du règne du glorieux Empereur Yin Shi Zheng.

Les dragons jouent un rôle très important en Cathay. Alors que la plupart des nations du monde les considèrent comme l'exemple même de la majestueuse sauvagerie de la nature, avec des griffes et des dents sanglantes, les ailes enflammé et non souillés par le Chaos, les Cathayens voient les dragons comme les fondateurs de leur Empire et leurs sauveurs. Ce sont de nobles serviteurs de leurs dieux, messagers et paladins de leurs causes. Bien que le premier Empereur et son héritier soient morts depuis longtemps, il subsiste la conviction que l'Empereur actuel sur le Trône du Dragon est capable de passer de sa forme physique humaine à celui d'un dragon, pour mieux pouvoir vaincre les ennemies de Cathay.

Logo cathay.png

La Première Dynastie

L'histoire de Cathay remonte à l'aube de l'ascension de l'homme dans le monde.. Bien que de nos jours, peu d'archives relatent cette époque, les magistrats savants de la cour de l'Empereur Dragon datent traditionnellement la fondation de leur nation sous le règne du premier Empereur Xen Huong, vers -3000 C.I.

  • Pour tout savoir de la longue et grandiose histoire de l'Empire du Dragon, voir l'article dédié : Histoire de Cathay
Logo cathay.png

Les Terres de Cathay

Les Terres de Cathay (Cliquez pour agrandir).
Le Cathay est une terre de forêts de bambous, de montagnes escarpées couvertes de nuages, de rizières en terrasses, de déserts, de marécages, de steppes et de plateaux. Les animaux et les plantes sont abondants. Les clans Cathayens à l'origine de cette civilisation se sont naturellement installés dans le sud verdoyant, où se trouve un bassin entre les deux grands fleuves : le Jade et le Changtze. Ce bassin fertile est divisé en parcelles rectangulaires. Dans les régions montagneuses ou vallonnées, les pentes sont en terrasses avec des rizières, couvrant parfois des montagnes entières.

Cathay est un cas unique parmi les grandes nations du Monde Connu car il est presque complètement coupé de ses voisins, tout en profitant de terres riches et fécondes. Ses frontières sont délimitées par les Désolations du Chaos au nord, les inhospitalières Montagnes des Larmes à l'ouest, la Mer de Cathay à l'est et les Terres Reculées de Khuresh au sud.

Les Grands Fleuves

Il y a trois grands fleuves qui traversent Cathay, il s'agit du Fleuve Changtze, le Fleuve de Jade et le Fleuve Rouge. Ils coulent tous d'ouest en est, fertilisant la terre avant de se jeter dans la mer de l'Extrême-Orient. D'innombrables villages et terres agricoles suivent ces fleuves tout au long de Cathay, tandis que les petits bateaux naviguent sur ces eaux calmes.

Le Changtze coule près de Weijin jusqu'à la baie de Chee Kun, sur la frontière orientale de Cathay. Le fleuve est considérée comme sacré, car c'est ici que le premier Empereur Xen Huong est devenu l'Empereur du Dragon Céleste il y a plus de 5000 ans. Aujourd'hui, il est surtout utilisé pour les fêtes et cérémonies, la plus populaire étant celle de la nouvelle année Cathayenne où des milliers de lanternes en papier sont allumées et envoyées vers le bas de le fleuve avant d'atteindre la mer. Ceci est considéré comme une offrande aux ancêtres du peuple, ainsi qu'aux premiers Empereurs.

Le Fleuve Rouge a connue une histoire sanglante, car il a vue la Bataille de la Falaise Sanglante, la plus grande bataille de la période des Royaumes Combattants. On dit qu'après l'affrontement, le fleuve a rougit, à cause du sang des morts, pendant une semaine entière. C'est suite à cet événement qu'elle fut baptisée le Fleuve Rouge, nom qu'elle a conservée depuis. À certains moments de l'année, les eaux deviennent rouges (due à un phénomène météorologique selon certains, un rappel horrible de la bataille selon d'autres). Aujourd'hui, le Fleuve Rouge est l'un des voies de transport les plus importantes pour livrer des marchandises commerciales arrivant par la Route de la Soie depuis l'ouest. Les marchandises sont habituellement emballées à Wanbao avant d'être envoyées vers toutes les grandes villes se trouvant le long du fleuve, avant d'achever leur voyage dans la grande ville portuaire de Fu Chow ou se trouve son delta.

Le Fleuve de Jade est appelée ainsi pour son eau verte étincelante qui coule dans le sud de Cathay. Contrairement à le Fleuve Rouge dont les marchandises sont expédiées en aval, la plupart des marchandises traversant le fleuve Jade proviennent de Khuresh, Inja et Nippon, ainsi que des navires de commerce d'Ulthuan, d'Arabie et quelques-uns de l'Empire, de Marienburg et de la Bretonnie. Originaire du Mont Rui An, pays des Moines du Dragon Céleste, de nombreux paysans Cathayens croient que les eaux de le Fleuve de Jade sont bénies et cherchent à se rendre à sa source, car on dit que quiconque la boit sera guéri de toutes les maladies. Ainsi, beaucoup de personnes âgées tentent de faire le voyage. Malheureusement, la route est longue et difficile, et beaucoup de ceux qui tentent cette excursion périssent sur le chemin. Cependant cela dissuade peu de personnes de tenter leur chance.


Les Montagnes

Cathay est entouré par d'énormes chaînes de montagnes à l'ouest, servant de frontières naturelles. Les plus célèbres sont les Kamalayans et les Montagnes du Ciel.

Les Dragons Célestes viennent des Kamalayans, où ils hibernent dans de grandes cavernes autour des pics. Le terrain est infranchissable à pied, mais cela n'empêche pas certains des adorateurs les plus dévoués de tenter de rencontrer les Dragons Célestes en personne. Personne n'y est jusqu'à présent revenu. Les tempêtes sont régulières, surtout autour du mont Yangming, la plus haute montagne de Cathay. Un Moine du Dragon Céleste a prétendu y avoir grimpé, il y a longtemps, laissant un morceau de son tissu attaché à un bâton pour le prouver. Malheureusement, personne d'autre n'a réussi à grimper au sommet pour le confirmer.

Les Montagnes du Ciel, au sud-ouest de Cathay, sont habitées par de nombreuses créatures extraordinaires. Les plus étranges d'entre elles sont les Guerriers Singes qui vivent dans les grandes forêts qui poussent aux pieds des montagnes. Ils préfèrent vivre isolés, mais quand le mal s'éveille dans les provinces du nord, les Guerriers Singes lutteront avec les hommes pour protéger leur forêt natal de la destruction. Les Guerriers Singes ont depuis longtemps prouvés qu'ils étaient des alliés de confiance dans la bataille, aussi longtemps que les Cathayens respecteront leurs frontières.

Dans les montagnes elles-mêmes, les monastères des Moines du Dragon Céleste s'élèvent au-dessus des nuages. Les roturiers ne sont pas autorisés à venir dans ces lieux, bien que le terrain se charge de faire respecter cette règle à la place des moines. Les routes sont escarpées et déchiquetées et un petit faux pas peut souvent faire la différence entre la vie et la mort. Pour les moines, cela restent des petits obstacles, car leur entraînement leur permet de parcourir ces petites routes quasi sans interruption. Leurs monastères sont complètement autonomes, et les moines n'ont donc jamais à se préoccuper des fournitures ou des vivres; ne quittant leurs foyers bien protégés que lorsqu'ils se rendent au combat.


Weijin, Siège du Trône du Dragon

Weijin, Capitale du Grand Cathay, Siège du Trône du Dragon
La merveille du Grand Cathay est Weijin, la capitale de l'empire. Réputée pour être la plus grande ville du monde, elle abrite de véritables merveilles comme les Jardins Paradisiaques, le Temple des Deux Lunes et la mystique Rivière des Âmes, censée permettre le passage dans l'au-delà. C'est également ici que se trouve le siège du Trône du Dragon, la maison de son Empereur divin et la cour impériale de Grand Cathay. En effet, toute la ville est dédiée à la gestion de Cathay et son seul but est de servir l'Empereur Dragon. Toute la nourriture doit être importée dans Weijin et plus d'une centaine de tonnes de vivre arrivent chaque semaine, nécessaire pour nourrir les bureaucrates et le personnel.

Weijin est une plaque tournante de la circulation des marchandises, les bénéfices gagnés placés dans le Trésor Impérial situé sous le Palais Impérial. Les marchandises qui viennent de tout Cathay par voie terrestre ou par voie fluviale et peuvent être trouvé dans de nombreux marchés de la ville. Pour cette raison, il y a un flux constant de trafic entrant et sortant de Weijin, tellement en fait que les portes de la ville ne sont jamais fermées. Les larges rues pavées sont bordées d'auberges et de tavernes, de pâtisseries, de forges, de salons de thé, de prêteurs sur gages, de marchands de pierres précieuses, et de cordonniers, tout cela parmi les grandes maisons, les temples et les pagodes, tandis que des musiciens, conteurs, acrobates et jongleurs exercent leur métier au milieu des pickpockets et des mendiants. Malgré sa forte population, la ville ne se sent jamais bondée ou surpeuplés, même si beaucoup de personnes la visite chaque jour. Les rues sont larges, les bâtiments sont haut et spacieux, et même les clients se rassemblant devant les innombrables boutiques et auberges n'entravent jamais la circulation.

Le Palais Impérial se trouve au centre de la ville. Entouré d'un mur de pierre de 15 mètres de haut, il abrite des dizaines de bâtiments et des centaines de chambres. Les nombreuses cours en pierre du palais et les Jardins Impériaux sont décorés avec des statues de tortues, de lions, de chevaux et d'autres animaux sculptés dans la pierre, le jade, le marbre, et même en diamants.

L'escalier interminable, constitué de plus de deux mille marches, s'élève jusqu'à cent cinquante mètres au-dessus du sol. Des Titans de Bronze et la Garde de l'Empereur se tiennent sur les marches, toujours vigilants. Au sommet de l'escalier se trouve le bâtiment central du palais accueillant le Trône du Dragon. Ici, l'Empereur Dragon Céleste est assis, entouré par ses gardes les plus fidèles et des centaines de scribes qui écrivent chaque mots murmuré par leur Empereur divin.

Personne n'est autorisé à entrer dans le Palais Impérial sans une autorisation spécifique, venant soit de l'Empereur Dragon lui-même, soit en passant par un processus de sélection rigoureux effectué par les magistrats de la cour impériale, et même s'il est permis de voir l'Empereur, nul ne peut l'approcher à moins de 100 mètres.

Le Grand Bastion

Le Grand Bastion, l’Échine du Dragon, seul rempart face aux hordes Hobgobelines et du Chaos
Le nord de Cathay s'arrête lui-même au niveau du Grand Mur (ou Échine du Dragon), construit plusieurs siècles auparavant pour protéger l'Empire des raids menés par les tribus nomades Hungs qui errent dans les Steppes orientales. Ce rempart infranchissable presque sans fin, de cent mètres de haut s'étend le long de la frontière nord sur des milliers de kilomètres et traverse les collines ou même les montagnes sur son chemin, et il est si grand qu'il faut une garnison de dizaines de milliers d'hommes pour le garnir, mais même ainsi, le Grand Mur n'est pas une défense insurmontable, et les provinces septentrionales de Cathay vivent sous la peur constante de ces pillards.

L'édification du Grand Mur peut être perçue comme l'exemple remarquable de la civilisation Cathayenne ou comme un hommage à une folie historique. Haut de plusieurs mètres et assez large pour faire passer trois chars à certains endroits, on ne connaît rien de comparable dans le Vieux Monde. Commencé sous le règne de l'Empereur Yin Shi Zheng, il a été initialement conçu pour être une barrière contre les tribus barbares qui vivaient dans le Nord. La main d’œuvre nécessaires à son édification fut trouvée chez des prisonniers et des ouvriers paysans. Il fut achevé en moins d'un siècle.

Nan-Gau

À l'extrémité occidentale du Grand Bastion se trouve Nan-Gau, la ville concentrant le plus important personnel militaire de Cathay. Ces derniers sont principalement utilisés pour surveiller les frontières de leur empire, patrouillant sur toute la distance du Grand Bastion et interceptant tous les étrangers qui tentent de pénétrer dans le pays sans un décret divin accordé par la Cour Impériale.

Les plus grands commandants de l'armée de l'Empereur Dragon y sont stationné, se rendant à Weijin seulement pour faire des rapports concernant le développement militaire, expliquer tous les événements liés à l'armée, où mobiliser une grande force pour contenir un ennemi sous la direction de l'Empereur en personne. La principale raison du maintien d'une puissante force armée dans cette région s'explique par l'importance en nombre des monstres qui y vivent et, si on ne les neutralisait pas, pourraient ravager toute la région.

Nan-Gau est aussi la plus grande fonderie de Cathay. Des milliers d'armes et d'armures y sont fabriquées chaque jour pour l'armée infini de l'Empereur Dragon Céleste. Des centaines de canons et de lance-boulons sont créés et les plus célèbres ingénieurs et alchimistes Cathayens habitent à Nan-Gau, cherchant toujours à améliorer les créations de la machine de guerre Impériale


Fu Chow

L'aube se lève sur Fu Chow
Fu-Chow est une ville portuaire située à l'embouchure de la Rivière Rouge, surtout habitée par des pêcheurs et des marchands. Lorsque les représentants du Roi Phénix sont venus en Cathay, ils sont arrivé à Fu Chow, et depuis ce jour, on peut clairement voir les signes d'influence elfique dans la ville. Le quartier commerçant des Hauts Elfes est situé ici, et c'est la seule ville dans laquelle un Cathayen peut voir ce peuple noble et ancien en grand nombre.

Fu-Chow est le seul endroit en Cathay, à l'exception de Shang-Yang, qui tolère la présence d'étrangers, car c'est dans ce port qu'un certain nombre de navires viennent commercer. Ce port n'est pas aussi dynamique dans le commerce extérieur que les postes fermés sans littoraux car les navires rencontrent de grandes difficulté à atteindre Cathay contrairement aux convois terrestres. Les attaques de pirates, les monstres de mer, le mauvais temps et les tempêtes périlleuses qui balayent les côtes au large de Nippon et au sud-est de Cathay, menacent les longs voyages. Dans ces conditions, la plupart des navires sont d'origine Elfique. Certes, des navires d'Arabie, de Remas, d'Anguille et de Marienburg amarrent de temps en temps, mais leurs équipages sont généralement fatigués, déprimés et affamés suite au difficile voyage, et peu sont disposés à refaire le périple une nouvelle fois.

Fu Chow a dû endurer beaucoup d'attaques des Elfes Noirs, des tsunamis et des tempêtes, mais à présent, la ville possède une très puissante flotte pour combattre tous les navires Druchiis. Parmi eux se trouvent les célèbres navires tortues de Yu-Shun Chung qui ont combattu une Arche Noire il y a longtemps, et qui continuent de le faire encore aujourd'hui.

Shang-Yang

Shang-Yang est la ville la plus occidentale de Cathay, et c'est aussi la capitale économique de l'Empire, depuis l'ouverture de la Route de l'Ivoire par les Tiléens Ricco et Robbio. La ville de Shang-Yang est la destination finale pour les caravanes qui partent du Vieux Monde dans l'espoir de voir l'Empire du Dragon Céleste. Les grandes portes de bronze de Shang-Yang qui ferment le col sont les plus robustes de tout Cathay, et des milliers d'Hobgobelins se sont brisés sur ces puissantes portes.

La ville de Shang-Yang a été construite durant la guerre contre les Hobgobelins pour garder le col, qui est le seul passage à travers les Montagnes des Larmes vers Cathay. Lorsque les frères Tiléens, Ricco et Robbio, arrivèrent à Shang-Yang en 1699, ils n'avaient pas été autorisés à entrer dans l'Empire de Cathay parce que, comme les Cathayens l'avaient poliment expliqué, ils n'étaient que des barbares grossiers et poilus. Cependant, l'Empereur Wu fut intrigué par ces étrangers. Il fut enchanté de la restitution de la bannière de la Garde de son Palais et se déclara honoré de recevoir l'allégeance et le tribut du pays de Tilée. L'Empereur accepta d'engager l'expédition entière après qu'elle l'eut impressionné au cours d'un « simulacre de bataille » au cours duquel les mercenaires avaient tenu en échec une petite partie de l'armée de Cathay. Depuis l'arrivée des Tiléens, la ville est devenue un grand centre de négoce, et aussi la seule partie de Cathay que les étrangers sont autorisés à voir. Les mercenaires Tiléens sont très communs ici, et des guerriers valeureux au service de l'Empereur Dragon. Ces troupes sont utilisés pour aider à défendre la frontière occidentale contre le dangereux Hobgobla Khan, et s'assurer qu'autant de caravanes que possible parviennent à la ville indemne.


Xianbei

La deuxième plus grande concentration de troupes militaires est au sud, aux frontières avec Khuresh, un pays sauvage montagneux, désertique, avec des jungles et des marais. Pas totalement civilisé, Khuresh représente une grande menace pour Cathay car un certain nombre d'individus corrompus de la société cathayenne se sont réfugiés dans la partie nord de l'arrière-pays, cherchant des moyens de renverser l'Empereur. Il y a aussi la menace des Hommes Rats qui semblent se masser périodiquement dans la région. Ici, l'armée maintient un commandement distinct de celui du nord, car il faudrait un pénible mois pour qu'un homme passe d'un état-major à l'autre. Le commandement de cette région est toujours subordonné à celui des provinces du nord mais on le considère comme un moyen d'obtenir une promotion, car celui qui a dirigé dans le sud est le favori pour obtenir celui du nord. Seule le blâme le plus sévère peut empêcher cette ascension, mais cela ne s'est produit que quelques fois dans le passé. L'avant-poste méridional est également responsable du maintien de la route commerciale de la Route des Épices passant par l'Inja et de s'assurer que les marchands l'empruntent sans danger.


La Route de la Soie

La Route de la Soie serpente, telle une promesse brillante, à travers les désolations entre le Vieux Monde et l'Extrême-Orient. Les caravanes marchandes empruntent cette route très rarement et seules quelques-unes atteignent leur destination. Démarrant à partir de la Vieille Route des Nains, dans l'Empire, avant de rejoindre la Route de l'Argent dans les Montagnes du Bord du Monde, la Route de la Soie est encore le moyen terrestre le plus sûr pour voyager de l'Ouest à l'Est. Le passage à travers les Montagnes du Bord du Monde est assez sûr, mais c'est après que les vrais périls commencent. Passant à travers les Terres Sombres, les caravanes doivent faire face aux Hobgobelins, aux esclavagistes Nains du Chaos, ainsi qu'aux attaques des Orques et des Gobelins. La Route de l'Argent se divise alors en deux chemins distincts; la Route de l'Ivoire qui traverse les Montagnes des Larmes à l'est et la Route des Épices qui passe dans le Pays de Gnoblars, le long de la côte de la Mer des Tempêtes qui mène aux royaumes d'Inja. Une fois sur la Route de l'Ivoire, les caravanes font face au danger que représente les Royaumes d'Ogre. Pour contourner cela, les Ogres sont souvent embauchés comme des mercenaires pour garder les caravanes. Quelle meilleure façon de se protéger que d'embaucher ceux qui pourraient vous attaquer pour qu'ils se battent pour vous à la place?

Quand les quelques chanceux se trouvent sur les pentes orientales des Montagnes des Larmes et devant les portes de Shang-Yang, ils ont finalement atteint leur destination. Il ne leur restent plus qu'à échanger leurs marchandises et à rentrer chez eux ...


Yuanjin

Situé au pied des Montagnes du Ciel, Yuanjin tire sa richesse des mines de fer et d'argent situées dans les montagnes. Ces tunnels s'étendent sur des kilomètres, s'ouvrant dans de vastes cavernes et si l'on croit certaines histoires, sur des systèmes de tunnels plus anciens que l'humanité. Originaires des montagnes, des milliers de petits ruisseaux alimentent la Rivière Jade, là ou s'est construite la ville.

La Rivière Jade est la plus grande rivière de tout le Cathay occidental, à cause des milliers de kilomètres qu'elle traverse, mais aussi parce qu'elle est pratiquement sans fond. Plus elle devient profonde, plus la Rivière devient large. Il est courant pour les couples de jeunes mariés de jeter un bibelot doré dans le lac pour porter chance. Les rumeurs racontent aussi des rites et des sacrifices plus sinistres accomplis pour apaiser les dieux noirs...

La ville de Yuanjin est presque toujours enveloppée par l'ombre des grandes Montagnes du Ciel. Ce n'est qu'à l'aube et au crépuscule que la lumière du soleil tombe sur la ville, pendant un bref moment, la baignant d'une lumière rougeoyante. La ville est célèbre pour ses nombreux festivals et célébrations, comme si ses citoyens essayaient d'oublier l'emprise de l'ombre qui domine la ville. Toutefois, c'est un lieu beaucoup plus frais et plus confortable pour vivre que n'importe quelle autre ville Cathayenne.


Han Kou

Cette province maritime est située près de la baie de Chee Kun et les Désolations du Chaos du nord. Le climat est froid et la saison des plantations est courte. La Maison Rouge est proche, et les raids des bandes de guerre du Chaos sont relativement communs, faisant des autochtones des provinces Nord un peuple dur et prudent. Autrefois, les incursions du Chaos n'avaient jamais été une menace sérieuse, car les dieux du Chaos semblaient tourner leur attention vers les nations du Vieux Monde. Cependant, elles deviennent actuellement de plus en plus fréquentes, terrorisant les provinces frontalières du nord et du sud. Deux grandes enclaves se sont constitués au nord du Manoir Rouge. Les villages de cette province sont généralement protégés par un mur robuste pour à la fois repousser les raids et parquer les moutons et les chevaux. L'Empereur du Trône du Dragon revendique toute la péninsule Cathayenne, la considérant comme appartenant pleinement à Cathay. Cette revendication n'est guère réaliste. La plupart de ces terres sont couvertes de déserts brûlants et de terres sèches. La population se concentre surtout dans les villes côtières ou les bourgs et les villages qui les entourent.

Logo cathay.png

Liste d'Armée

Il existe une liste d'armée totalement non-officielle créée par des fans pour mettre sur pieds une armée de Cathay à Warhammer, disponible ici (en anglais) : Warhammer Armies : Cathay

Logo cathay.png

Sources

  • Warhammer JDR V2 - The Companion (traduit de l'anglais par Medenor)
  • Warhammer Armies : Cathay (traduit de l'anglais par Christer et Guilhem3004)

Sous-catégories

Cette catégorie comprend la sous-catégorie ci-dessous.

Pages dans la catégorie « Cathay »

Cette catégorie contient 6 pages, dont les 6 ci-dessous.