Catapulte à Plongeurs de la Mort

De La Bibliothèque Impériale

Les Peaux-Vertes fabriquent toutes sortes de bidules allant de chariots rudimentaires à de bruyants moulins, en passant par de robustes machines de guerre. Bois, fer et os sont joyeusement assemblés « kom il fo », et réparé avec trois bouts de ficelles en cas de casse. Les Gobelins sont généralement plus doué pour ce genre de travail, tandis que les Orques savent les faire travailler. La nature a ainsi créé la main d’œuvre idéale au sein de la race des Peaux-Vertes.

Conçue à l’origine par les tribus Gobelines nomades pour explorer les zones environnantes en fournissant une forme de reconnaissance aérienne, la Catapulte à Plongeurs de la Mort est devenu depuis lors une arme redoutée, car on se rendit bientôt compte que ces Gobelins faisaient d’excellents projectiles. La machine, une sorte de gros et puissant lance-pierre fonctionnant grâce à un tendon élastique (souvent en intestin de Troll), expédie des Gobelins haut dans les airs. Ceux-ci sont appelés "Plongeurs de la Mort", voire "Cinglés-ailés".

L’altitude que peut atteindre un Plongeur de la Mort dépend de la qualité de ces ailes de cuir, et plus important encore, de l’élan que lui ont donné les servants de la machine en tirant sur le tendon. Certains équipage particulièrement zélés ont tiré si fort qu’ils sont parvenu à le rompre, mais le plus souvent, les servants atteignent les limites de leurs forces et relâchent le Plongeur de la Mort dans un claquement sec. Propulsé telle une flèche, le Gobelin atteint le niveau des nuages avant d’amorcer sa descente grâce à ses ailes, se positionnant au-dessus de la cible. Tandis qu’ils prennent de la vitesse lors de leur piqué, les Gobelins ont l’habitude de pousser un cri strident qui s’amplifie à mesure qu’ils se rapprochent du sol. Avec une rapidité terrifiante, le point noir dans le ciel grossit jusqu’à ce que le Plongeur de la Mort s’écrase, causant au passage sa mort ainsi que des dommages substantiels à tout ennemi sur lequel il atterrit. Si les Catapultes à Plongeurs de la Mort font moins de dégât que les Lance-Rocs, elles sont en revanche bien plus précise car le Gobelin peut - dans une certaine mesure - se diriger sur sa cible et contrôler sa trajectoire avec ses ailes.

Cela peut sembler être une bien triste fin pour ces petits Peaux-Vertes, mais c’est pourtant un rôle qu’ils acceptent avec un surprenant enthousiasme. S’il est vrai que les Plongeurs de la Mort finissent en général éparpillés dans le paysage, l’exaltation, la vitesse et (surtout) la possibilité de regarder pour une fois les Orques de haut font de cette expérience une chance à ne pas manquer, aussi les volontaires pour un ultime quart d’heure de gloire affluent constamment. Après tout, pour un Gobelin, il vaut mieux finir ses jours comme un projectile semant la mort plutôt que mangé par ses congénères après un coup sur la tête.

Lancé d’une catapulte avec des ailes de fortune fixées à ses bras, le pilote Gobelin au chapeau pointu se dirige en gloussant vers un impact dévastateur.

Sources

  • Livre d’Armée des Orques et Gobelins, V8
  • Livre d’Armée des Orques et Gobelins, V6