Catégorie:Panthéon Chaotique

De La Bibliothèque Impériale
Et au cœur de la noirceur, incertains et vagues, se dressent les Puissances du Chaos, fixées dans une embrassade haineuse et se mouvant en une danse de mort sans fin dans l’esprit des faibles. Désormais, l’un mène l’autre dans une pavane de malveillance, la palpitation de cœurs humains battant leur mesure majestueuse. Les cris perçants des fous et la souffrance sont leur mélodie joyeuse. Les Dieux dansent encore et leurs beuglements de délices secouent le monde.
- Extrait du Liber Chaotica


Il existe quatre grands Dieux du Chaos, quatre membres dans la ténébreuse fraternité qui règne sur les régions infernales connues sous le nom de Royaumes du Chaos. Il ne s’agit pas de royaumes matériels mais d’un endroit sans barrières physiques ou temporelles, un univers de limbes, par-delà le soleil et les étoiles. De leur position hors du temps et de l’espace, les Dieux du Chaos se penchent sur les mortels comme des hommes observant une fourmilière. Ils regardent avec intérêt pendant un temps une minuscule créature se débattre, jusqu’à ce qu’un nouvel individu s’agitant capte leur attention ou que leurs regards soient attirés ailleurs, vers un nouveau monde ou vers des choses dignes de leur divin intérêt. Pendant ce temps, les humains sont livrés à eux-mêmes. Ainsi en est-il de la nature divine, capricieuse, aussi prompte à récompenser qu’à châtier, au-delà des facultés de compréhension humaines.

Les entités du Chaos sont très nombreuses, mais bon nombre ne sont que de petites choses sans grand pouvoir. Il n’est pas rare qu’un simple Démon se fasse adorer comme une divinité et se prétende comme telle s’il est sûr qu’aucune entité plus puissante ne peut l’entendre. Les Dieux Majeurs du Chaos sont quatre, et sont rivaux et jaloux les uns des autres. Leur puissance est énorme, mais ils passent heureusement bien plus de temps à s’entre-déchirer qu’à coopérer. L’essentiel des forces du Chaos est affilié à l’un ou l’autre de ces dieux, de même que les cultes interdits dans le Vieux Monde.

Seul les fous prétendent comprendre le Chaos, car il est par définition inhumain et incompréhensible. Les sages et les mystiques mortels qui osent débattre de sa nature ne parviennent qu’à attirer l’attention de ses créatures. Beaucoup d’entre eux ont été emportés vivants et hurlants dans les charniers des Royaumes du Chaos, pour s’y tordre de douleur au cours d’un éternel débat avec les Démons du tourment. Certains ont déclaré que le Chaos, dans son infinie diversité, avait engendré un nombre infini de Dieux. D’autres clament que tous ces Dieux, apparemment différents, ne sont que des aspects et des manifestations d’un unique être suprême : le Dieu Sans Nom, l’Abomination, l’Indicible Bête, le Chaos Universel.

Mais la véritable nature du Chaos est au-delà de toute compréhension. Aucun mortel ne peut espérer la saisir, et il est sage de ne pas trop se pencher sur les Dieux du Chaos, ou tenter de sonder leurs guerres, rivalités et chamailleries. La majorité de la population du Monde choisit de les haïr et de les craindre sans essayer de les comprendre – et pour de bonnes raisons. En marge de cela, quelques personnes choisissent de les adorer, ignorant alors leur conscience, et acceptant leurs maîtres dans l’espoir d’une éventuelle récompense et une route rapide vers le pouvoir.

Pour les adeptes du Chaos, il n'y a pas de gloire plus grande que d’être reconnu par les Dieux Sombres. Bien que les risques soient considérables, ils ne sont rien comparés à une chance, même minime, d’attirer l’attention des Dieux, car c’est le chemin qui conduit à l’immortalité. Ils suivent une route qui mène à la puissance ultime ou à la damnation, mais il est impossible de savoir vers quoi on se dirige avant qu’il ne soit trop tard.

Les Dieux du Chaos se livrent une guerre sans fin pour le contrôle, et leur pouvoir - ainsi que celui de leurs armées - varie au gré de leurs victoires dans le cadre du Jeu Divin. Pas de quartier ni droit de la guerre : les pires manœuvres sont parfaitement légitimes. Les alliances sont mouvantes et fragiles. Pourtant, même si les Dieux du Chaos se chamaillent, il y a une cause qui les réunit : la damnation du royaume des mortels. À cette fin, les Quatre se serrent les coudes (bien que chacun garde ses frères à l’œil), tandis que leurs serviteurs marchent d’un même pas pour submerger les pitoyables défenseurs du monde matériel.

Ce n’est que lorsque la victoire est à portée de main que les Dieux Sombres laissent de nouveau libre cours à leurs rivalités, chacun revendiquant la propriété de terres qu’ils n’ont souvent pas encore conquises. Ceux qui combattaient côte à côte retournent alors leurs armes, leurs sorts et leurs crocs les uns contre les autres. La férocité du conflit qui s’ensuit est telle que les biens mal acquis par les Dieux unis ne leur profitent jamais. Le monde des mortels est ainsi préservé de la destruction totale ; la valeur et les prouesses martiales des défenseurs n’y sont pour rien, seule importe la convoitise divine qui a déclenché l’attaque initiale et qui se retourne contre leurs serviteurs - piètre consolation pour ceux dont les terres ont été ravagées.

Chaque Dieu lutte pour dominer ses frères, mais bien qu’ils aient tous pris l’ascendant à un moment ou à un autre, aucun n’a encore réussi à renverser définitivement l’équilibre des pouvoirs. Les alliances se font et se défont au gré des fortunes de chacun, et tout vainqueur tombe immanquablement sous les coups de boutoir d’un nouveau prétendant.

Chaos star.png

Les Divinités Majeures

Les quatre grands Dieux du Chaos sont nommés comme suit. Le premier et le plus puissant de tous est Khorne, Dieu du Sang, qui est aussi appelé le Seigneur des Crânes. Le second en puissance est Tzeentch, l’Architecte du Changement, appelé par certains le Grand Sorcier. Le suivant est Nurgle, Seigneur de la Déchéance, qui est également le Maître de la Pourriture et de la Pestilence. Nurgle est le plus splendidement infecte des dieux du Chaos. Le dernier est le jeune Slaanesh, magnifique Prince du Chaos, séduisant et pervers dans ses faveurs surnaturelles.

Les Dieux du Chaos possèdent chacun leurs particularités, leurs propres Démons et leurs propres territoires au sein des Royaumes du Chaos. Chacune de ces divinités jalouses et vaniteuses se croit destinée à devenir le maître suprême de l’ensemble de l’existence, et lutte constamment pour dépouiller ses frères de leur mainmise sur le Royaume du Chaos et assurer sa domination sur ceux-ci. Mais même si un Dieu parvient à prendre pendant un temps l’ascendant, aucun d’entre eux n’a jamais réussit à vaincre totalement les autres. Lorsqu’un des Dieux prend le dessus, les autres s’allient contre lui puis s’entre-déchirent jusqu’à ce que l’un d’eux prenne le pas sur les autres pour être à son tour vaincu par une alliance. Toutefois, les Dieux s’abaissent rarement à la confrontation directe - c’est l’affaire des serviteurs, pas des souverains omnipotents. En effet, chaque Dieu peut sommer de vastes armées de Démons de guerroyer en son nom. Leurs champs de bataille ne se trouvent pas que dans les Royaumes du Chaos, mais aussi (et surtout) dans le plan des mortels. Les humains livrent donc bataille pour l’amusement et le plaisir des Dieux du Chaos.

Dans ce conflit éternel, les alliances sont complexes mais fréquentes. En effet, les Dieux Sombres font souvent cause commune pour atteindre leurs buts. Même si Khorne est le plus puissant d’entre eux, il n’est pas omnipotent. Tzeentch est son plus grand rival, mais lorsque les circonstances sont propices, Nurgle, et parfois Slaanesh, peuvent devenir ses égaux. De plus, les Dieux du Chaos sont partagés par des rivalités ancestrales qui peuvent influencer le choix des alliances. Khorne abhorre Slaanesh, dont les artifices sont un affront à son sens de l’honneur et à sa fierté martiale. Similairement, Tzeentch et Nurgle, qui sont respectivement les manifestations de l’espoir et du désespoir, ne perdent pas une occasion de s’affronter.

Les quatre Dieux sont connus à travers le monde sous bien d’autres noms, et leurs formes varient, mais quelles que soient leurs apparences ou leurs patronymes, ils incarnent invariablement les quatre grandes puissances : la Rage, l’Espoir, le Désespoir et le Désir.


Les Divinités Mineures

On dit que beaucoup d’autres Dieux du Chaos existent. Certains n’interfèrent que très peu avec les affaires des mortels, alors que d’autres sont des Démons plus que des Dieux. La limite entre une divinité mineure et un puissant Démon est presque impossible à définir, puisque les Démons sont de viles créatures et que la plupart vont s’autoproclamer Dieux s’ils pensent que quelqu’un va le croire. Il existe pourtant de véritables Dieux du Chaos dont l’influence, sans pouvoir véritablement rivaliser avec celle des Quatre Frères, se fait ressentir sur le grand échiquier du Jeu Divin.

Le Rat Cornu est la terrifiante divinité des Skavens, un puissant Dieu du Chaos qui ronge les racines profondes de l’univers. Mais les Skavens ne sont pas les seules créatures à lui rendre hommage, des humains lui offrent aussi leurs prières et des sacrifices. Ceux-là sont persuadés qu’ils achètent ainsi la chance d’être épargné par la malédiction qui attend leurs congénères lorsque le Rat Cornu purgera le monde de tous ses habitants en surface dans un cataclysme horrible de maladie et de peste, mais ils ne réalisent pas que tous les humains ne font qu’un aux yeux du Rongeur du Tissu de l’Univers et qu’aucun ne sera épargné lorsque les villes et les cités s’effondreront sous l’influence des Skavens.

Hashut n’est pas à proprement parler un Dieu destructeur au sens où on l’entend. Il est le dieu du progrès, celui qui construit, mais au dépend de ce qui l’entoure, sans aucune compassion. Le concept d’individu n’existe pas pour lui, chaque chose n’existe que pour faire tourner la grande mécanique dont il fait partie. En ce sens il est surtout le dieu de la mécanique, celui qui aime ce qui est créé, pas le créateur. Seuls les Nains du Chaos sont ses adorateurs car, touchés par l’énergie mutagène du Chaos et leur complète allégeance envers celui-ci, ils ont développé à outrance les principes qui furent les leurs avant leur conversion et ne vivent plus que pour capitaliser, transformer, consommer leur environnement, développer l’industrie de masse et réduire en esclavage tout ce qui vit, humanoïdes et animaux, pour la gigantesque entreprise divine.

De par sa nature, le Chaos porte les germes de sa propre destruction parmi ses possibilités infinies. Les Dieux du Chaos nommé Zuvassin le Défaiseur, Necoho le Sceptique et Malal le Banni, rassemblés sous l’appellation des Dieux Renégats, sont opposés au développement du Chaos. Certains parce que la victoire du Chaos conduirait automatiquement à un état constant, et ce ne serait donc plus vraiment le Chaos, d’autres pour des motifs autres et variés. Leurs adeptes sont peu nombreux, mais leur influence n’en est pas moins réelle.

Parmi les autres Dieux Mineurs, on peut aussi mentionner Atagro le Seigneur des Bêtes, Obscuras le Dieu des Ténèbres, Rhasneth le Dieu de la Démence, Tristaris le Dieu de la Misère, et tant d’autres…


Sources

  • Livre d’armée des Royaume du Chaos
  • Warhammer JdR - Les Fils du Rat Cornu
  • Malpy.fr
  • Warhammer JDR - Il y a quelque chose de pourri à Kislev
  • Livre d’Armée des Démons du Chaos, V8

Sous-catégories

Cette catégorie comprend 4 sous-catégories, dont les 4 ci-dessous.

Pages dans la catégorie « Panthéon Chaotique »

Cette catégorie comprend 8 pages, dont les 8 ci-dessous.