Calendrier Impérial

De La Bibliothèque Impériale

Le calendrier impérial (abrégé CI) est d’une importance et d’une influence capitales pour la nation. Il permet aux gens du peuple de compter les jours et de préparer les fêtes religieuses. C’est également grâce à lui que les événements historiques sont répertoriés et ultérieurement remis dans leur contexte. Sans lui, des hommes qui ne se sont jamais rencontrés auraient bien du mal à s’accorder sur des dates compréhensibles des uns et des autres. En résumé, le calendrier impérial est le rouage autour duquel tourne toute la machine impériale. Sans une mesure du temps reconnue par tous, tout ne tarderait pas à sombrer dans la confusion. La plupart des gens croient que c’est le divin Sigmar, premier empereur des tribus unies de l’homme, qui fonda le calendrier impérial. Le système de datation répartit l’an de 400 jours en douze mois de 32 ou 33 jours. Il comprend six jours de fête majeurs chacun étant inséré entre deux mois. Les mois sont en outre divisés en semaines de huit jours qui font le lien entre les mois, même quand elles sont coupées par un jour de fête.

Pourtant, bien que Sigmar fût effectivement impliqué dans sa création, la vérité quant à la genèse du calendrier est plus complexe, et remonte bien plus loin que l’époque du protecteur de l’Empire.


Avant le Calendrier

La plupart des tribus d’origine qui s’établirent dans la vallée du Reik n’avaient pas de méthode traditionnelle pour dater le temps. Celles qui faisaient l’effort comptaient généralement le passage des astres à travers les cieux. On recourait parfois pour cela aux planètes et aux étoiles, mais la plupart des tribus antiques observaient l’orbite régulière de Mannslieb et l’éternel cycle du printemps, de l’été, de l’automne et de l’hiver. Certaines communautés furent donc amenées à concevoir le temps par le biais de quatre saisons de quatre cycles lunaires, mais rares étaient celles qui employaient un système aussi complexe. Comme il n’existait alors pas d’autorité centrale, chaque communauté tribale développa sa propre tradition pour appréhender le temps, souvent en s’inspirant de ses voisines, de ses envahisseurs et des vestiges des races anciennes.

Quand vint l’époque de Sigmar, de nombreuses méthodes coexistaient, souvent imprécises et incompatibles. Elles étaient si nombreuses et divergentes, que les incompréhensions entres les hommes étaient monnaie courante et entraînaient parfois des conflits. Selon les textes sacrés du culte, ce fut Sigmar qui décida de mettre un terme à ce problème.


Naissance du Calendrier

On dit que Sigmar comprit l’importance d’avoir un calendrier commun pour tous. Mais son peuple était primitif et bien que ces hommes et femmes pussent observer le passage des saisons et des divers corps célestes, ils comprenaient mal comment garder un décompte précis du temps. Les quelques sociétés qui savaient jongler avec les dates ne célébraient généralement rien en dehors des grands équinoxes et, pour ce faire, recouraient souvent à d’obscurs rituels ainsi qu’à l’alignement de pierres dressées. Conséquence directe de ce flou temporel, la plupart des humains n’avaient même pas idée de leur propre âge.

Sigmar voulut changer la situation. Comme il n’était pas en mesure de puiser dans des calendriers humains existants ou de consulter des érudits, il se tourna vers ses plus grands alliés, les sages et très anciens Nains. Le calendrier que l’on présente comme conçu par Sigmar et ses conseillers tire presque toute son inspiration de celui des Nains, vieux de plusieurs millénaires. Les six fêtes Naines, qui étaient déjà célébrées aux quatre coins du nouvel Empire sous des noms différents, furent retranscrites telles quelles et douze mois changèrent simplement de nom dans certains cas pour pouvoir s’appliquer au mode de vie humain.

Cette solution apparut non seulement comme la plus simple et pratique, mais elle assurait également que les Nains et humains de l’Empire soient liés à jamais par leur compréhension commune du passage du temps, ce qui devait renforce leur relation naissante.

Mais ce n’était pas parce qu’un calendrier commun venait d’être créé que tout le monde se mit à l’employer. On peut même dire que peu de gens l’utilisaient au début. Au lieu de cela, la population perpétua ses traditions locales, souvent erronées. Encore aujourd’hui quelque 2500 ans plus tard, il est courant de trouver des communautés isolées qui ne recoure qu’à des variations du calendrier impérial officiel, quand elles ne l’ignorent pas totalement.

Calendrierimperial.png

La Création d’une Semaine

Chez les Nains, il n’existait pas de division s’intercalant entre les jours et les mois. Chaque jour était ainsi appelé par son classement dans le mois (du 1er au 33e et cela s’arrêtait là). De leur côté, la plupart des tribus humaines groupaient les jours en petits paquets pour mieux organiser leurs courtes vies, notamment pour planifier leurs fréquents jours de marché. En outre, nombreux étaient ceux qui ne savaient pas compter jusqu’à 33. Sigmar comprit vite qu’il ne pourrait pas se contenter du simple calendrier Nain.

Il demanda aux cultes et aux lignées nobles des tribus de lui apporter les méthodes de leurs gens pour garder le compte des jours et fut débordé par la diversité des réponses.

Le plus courant des groupements de jours était la semaine, un nombre de jours généralement compris entre 3 et 12, qui séparait un jour de marché du suivant. Mais il existait de nombreuses autres combinaisons, notamment le "Fünftage", période de cinq jours tirée du cycle solaire, car il fallait cinq semaines de cinq jours pour que Mannslieb fasse un tour complet, la "Vierzehnnacht" (période de quatorze jours correspondant vraisemblablement à la durée pendant laquelle les Endales estimaient pouvoir résister à un siège), la "ennight" période de sept jours, chaque jour étant associé à un Dieu différent, les noms des divinités variant d’un endroit à l’autre et bien d’autres.

Ainsi, plutôt que de s’embourber dans des mois de débats et de conflits inutiles sur la bonne division des mois, Sigmar s’en remit à sa propre tradition. Sa tribu, les Unberogens, employait le terme « semaine » et les regroupait par quatre en ce qu’elle appelait une "seizaine" (période de 16 jours d’origine inconnue). Mais, sachant que les belliqueux Teutogens auraient mal supporté qu’on leur impose des termes Unberogens, Sigmar s’inspira également de la « Woche » Teutogen, période de huit jours imposée paraissait-il par Ulric en personne. Sigmar étant un fidèle dévoué d’Ulric, il lui parut naturel de marier tout cela pour son nouveau calendrier impérial. C’est donc sur ces bases que fut conçue la semaine impériale de huit jours.

Chaque jour reçut un nom unique, choisi parmi les nombreux noms que diverses contrées employaient. Ces noms n’ont pas grand rapport avec la particularité du jour dans la pratique, car rien ne différencie un jour de labeur d’un jour des fournées, mais ils offraient une continuité rassurante aux gens qui les utilisaient.

Bien entendu, alors que l’Empire datait tous ses documents officiels selon la semaine impériale, la plupart des tribus continuaient à employer leurs termes traditionnels. Aujourd’hui encore certaines contrées reculées de l’Empire ont toujours leurs méthodes archaïques pour compter le passage des jours, des semaines, des mois et des saisons.


Avant-Propos

Le calendrier impérial est cyclique sur 4 ans, donc le calendrier de l’année 2515 est identique à celui de l’année 2511. Actuellement nous sommes en 2523.

Les Mois

Nachenxen : l’après sorcières.

Jahrdrung : le tournant de l’année.

Pflugzeit : le temps des labours.

Sigmarzeit : le temps de Sigmar.

Sommerzeit : le temps de l’été.

Vorgehein : l’avant mystères.

Nachgeheim : l’après mystères.

Erntezeit : le temps des récoltes.

Brauzeit : le mois des brasseurs.

Kaldezeit : le mois glacial.

Ulriczeit : le temps d’Ulric.

Vorhexen : l’avant sorcières.


Les Jours de la Semaine

Reikspiel archaique : Reikspiel moderne

Wellentag : jour de labeur. On dit aussi "jour de travail"

Aubentag : jour des levée. On dit aussi "jour de l’amende"

Marktag : jour de marché.

Backertag : : jour des fournées.

Bezahltag : jour des comptes. On dit aussi "jour de paie"

Konistag : jour du roi.

Angestag : jour d’entame. On dit aussi "premier jour"

Festag : jour des Dieux. On dit aussi "jour de fête"


Les Fêtes Religieuses

Les gens du peuple aiment beaucoup les célébrations et les fêtes, car les jours se ressemblent beaucoup et peu de choses viennent rompre les corvées de l’existence, chaque aube annonçant davantage de crasse, de famine et, surtout, de labeur. Comme l’homme du Vieux Monde est habitué à travailler dur, ces rares moments de répit, ceux qui permettent de laisser la besogne de côté, sont particulièrement prisés. Ces instants trop espacés sont l’occasion de vivre et de jouer, d’honorer les Dieux et de s’évader de l’existence prosaïque des roturiers. Ainsi que les habitants du Vieux Monde célèbrent chaque jour saint avec zèle, chérissent ces événements et cherchent à prolonger la fête aussi longtemps que possible. Ils ne se font pas prier pour se faire plaisir avec du bon vin et des chansons et n’hésitent pas à adopter les fêtes étrangères, profanes et même non humaines. C’est pour cette raison que certaines fêtes non humaines sont intégrées dans le Calendrier Impérial.

Tous les habitants de l’Empire attendent les fêtes et jours fériés avec impatience. Pour les paysans et les classes modestes, cela fait partie des rares occasions où ils pourront se décontracter et oublier leur pauvreté et leurs privations. Pour les nobles et les classes privilégiées, les fêtes sont un moyen idéal pour afficher leur richesse, l’étaler devant leurs pairs et, accessoirement, montrer leur respect aux Dieux qui ont facilité leur existence. Les jours saints apparaissent également comme les quelques fois de l’année où toutes les classes se mélangent en prétendue harmonie, tous se soumettant à la volonté et aux caprices des Dieux.

Hexensnacht, la Nuit des Sorcières/du Nouvel An

Hexennacht.png

Presque tous les Impériaux appréhendent la nuit qui précède le nouvel an, connue sous le nom de nuit des Sorcières (ou autrefois Hexensnacht) avec une crainte toute particulière. Cette nuit sacrée aux yeux de Morr, dont les prêtres sont les seuls qui ont le courage de quitter la sécurité de leur foyer pour célébrer les rites dans les cimetières. La ligne qui sépare le monde des vivants de celui des morts est plus que tenue ce soir-là, les esprits de ceux qui nous ont quittés faisant parfois leur retour. Certains morts-vivants particulièrement maléfiques semblent dynamisés par la pâle lueur des lunes en cette nuit et déambulent dans la campagne pour terroriser les vivants. Le domaine du sommeil étant si proche de celui de la mort, les rêves agités de cette nuit peuvent donner quelques indices sur l’année qui attend chacun.

1er Nachexen, Bénédiction de l’An Nouveau

Le jour qui suit l’émoi de la nuit des Sorcières est connu sous le nom de "bénédiction de l’an nouveau". Les gens émergent de la sécurité de leur foyer pour célébrer le fait d’avoir survécu, mais également pour demander à la déesse Verena de bénir l’année à venir par des gestes de justice, et des éclairs de sagesse et de savoir. C’est un moment solennel durant lequel on lit des extraits et on offre de l’encens du vin et des parchemins recouverts de paroles saintes le tout étant sacrifié aux flammes. Les vieux différends entre voisins sont exposés devant les prêtres de la déesse dans l’espoir de les résoudre pour que l’an se passe dans le calme. Mais la rancœur est bien ancrée dans l’Empire et bien des discordes fermentent pendant des années, sans qu’il soit possible d’en prévoir la résolution.

Mitterfruhl, l’Équinoxe de Printemps

L’équinoxe de printemps, connu par le peuple sous le nom de renouveau, est une période de grande réjouissance. Cette journée est dédiée à Manann, car elle indique le début des marées changeantes et représente la fin de l’hiver (règne d’Ulric). C’est également à partir de là que la force de Taal commence à croître, notamment par la sève montante, les bourgeons et les phases d’accouplement chez les animaux. La tradition veut que l’on sacrifie un veau, un porcelet ou quelque autre jeune animal en l’honneur de Manann ou de Taal pour attirer la bonne fortune et l’abondance pour l’année a venir. Soit on livre l’animal à la mer ou aux flots d’une rivière, soit on l’enterre dans les bois, selon l’environnement des personnes concernées. Les enfants nés ce jour-là sont censés être colériques et capricieux, enclins à la bougeotte et à l’aventure quand ils grandiront.

33 Pflugzeit, Première Gorgée

La fête Naine de la Première Gorgée correspond à la période où des tonneaux de bière nouvelle sont percés pour une première dégustation. C’est certes un jour de festivités, mais qui prend un ton plutôt grave, car de la qualité de la bière est censée dépendre la fortune de la forteresse Naine pour l’année à venir. Si le contenu du premier tonnelet présente une teinte ou une couleur médiocre, ceux qui y auront goûté seront frappés de malchance. En revanche, une bonne cuvée promet des heures prospères et heureuses. Il a été tiré tout un système de divination de cette dégustation, c’est pourquoi le seigneur des runes de la forteresse et le roi sont toujours les premiers à savourer le produit de l’année.

18 Sigmarzeit, Premier Jour de l’Été

Le premier jour de l’été est une fête énorme et extrêmement attendue que l’on célèbre à travers tout l’Empire. On dit que ce fut à cette date que Sigmar accéda au statut divin. Ce jour de fête est un moment de grande allégresse, où l’on festoie, l’on danse et l’on arrête de trimer, du moins en théorie, puisque les fermiers et d’autres travailleurs indépendants profitent parfois de la longueur exceptionnelle de l’exposition au soleil pour prolonger leur activité dans les champs. Les récits liés à Sigmar animent la journée, les meilleurs moments étant mis en scène pour le plus grand bonheur du public. Ce sont les légendaires « saucisses de Sigmar » qui constituent le plat de choix de ce jour, chaque province mettant en avant sa propre recette de la spécialité.

10 Sommerzeit, Jour de Folie

Jour de folie

C’est l’une des rares fêtes associées au nom de Ranald. Les nobles comme les roturiers ne manqueraient le jour de folie pour rien au monde, même si les ascètes et les personnages austères voient cet événement d’un mauvais œil. C’est le jour où les conventions sociales sont bouleversées, les dirigeants devenant serviteurs, tandis que ceux qui sont leurs subordonnés le reste de l’année sont traités comme des seigneurs. Les réjouissances ont lieu en pleine rue. Les gens portent des costumes colorés et des masques étranges afin de cacher leur identité (souvent fort médiocrement). L’ivresse, les chants et les farces anodines sont de mise. C’est l’occasion pour les notables d’éprouver l’âpreté qu’ils font souvent subir aux autres, mais rares sont en réalité ceux qui acceptent d’être malmenés par leurs subalternes, qui doivent finalement faire attention à ce qu’ils disent et font. Comme préviennent bien souvent les cultistes de Sigmar : « Ce n’est pas le jour de folie qui compte: c’est son lendemain. »

Sonnstille, le Solstice d’Été

Le jour du soleil est le nom donné communément au solstice d’été, car en ce jour le plus long de l’année, l’astre semble s’éterniser à l’horizon. C’est une date importante pour les fermiers, les marins, les sorciers et les pèlerins, soit pour toute fonction dépendant des cycles du soleil ou concernée par le décompte des jours de l’année. Les rites de fertilité sont monnaie courante ce jour-là. Les jeunes couples ornent leur chevelure de fleurs, dansant et chantant sur des airs honorant Taal et Rhya. On voit parfois à cette date les mystérieux elfes qui rendent hommage à leurs propres Dieux. Les enfants nés le jour du soleil sont considérés comme bénis et sont censés donner des adultes brillants, énergiques et destinés à la grandeur.

33 Vorgeheim, Jour du Souvenir

Ce jour est une date majeure et sinistre pour les Nains. Les chants contant les épreuves et batailles épiques des Tueurs, des Longues-Barbes et les Brise-Fers animent les palais des Nains. On rend alors hommage aux Ancêtres en rappelant leurs exploits au fil de nombreuses chopes de bière. Les humains, notamment ceux qui vivent dans des communautés comptant beaucoup de Nains ou proches des Montagnes du Bord du Monde, célèbrent également cette date.

Geheimnistag (jour férié variable)

Ce jour ne tombe pas à une date donnée du calendrier. Le jour du mystère intervient en effet juste avant la Geheimnisnacht, quand les lunes de Morrslieb et Mannslieb sont toutes deux pleines. Cela ne se présente qu’une fois par an et l’on considère alors que le voile qui sépare les mondes s’atténue, parfois de manière inquiétante. Le jour du mystère est consacré à Mórr et de nombreuses célébrations uniques et étranges se déroulent à cette occasion aux quatre coins de l’Empire. On y pratique souvent l’augure : les révélations obtenues sont parfois spectaculaires ou terrifiantes. Les humains profitent de ce jour pour rendre honneur à leurs ancêtres. Il arrive même que ces esprits reviennent converser avec les vivants.

1 au 8 Erntezeit, la Semaine de la Tourte

Cette fête Halfling est en train de s’imposer comme jour férié laïque à travers tout l’Empire, car chacun se réjouint à l’idée de pouvoir manger de délicieuses tourtes. Les Halflings n’associent eux-mêmes aucune révérence particulière à l’évènement, ce que n’ont pas manqué de noter les humains qui sont persuadés que cette race ne compte rien d’autre que des vauriens boulimiques. Certaines communautés ont commencé à organiser des concours du plus gros mangeur de tourtes, de la meilleur recette ou de la plus insolite, entre autres festivités. Le travail a plutôt tendance à ralentir durant cette semaine, en dehors des confection de toutes ces tourtes et de la vente d’alcool pour faire passer le tout.

Mitterherbst, l’Équinoxe d’Automne

L’équinoxe d’automne est plus souvent connu sous le nom de décroissance. Les citoyens de l’Empire sentent l’hiver arriver avec le climat qui se rafraîchit et les feuilles qui tombent des arbres. Le règne de Taal et Rhya s’efface au profit de celui d’Ulric, seul maître des mois d’hiver. De gigantesques feux de joie sont érigés en l’honneur de Rhya, mère des mois automnales, et une partie des meilleures récoltes lui est sacrifiée. Une autre portion est présentée en offrande à Ulric, ainsi que des animaux d’un genre ou d’un autre. Ce sacrifice discret est la pour assurer que les loups du Dieu restent à l’écart des villages durant les mois hivernaux. Selon la croyance, les enfants nés durant la décroissance donnent des adultes sinistres et fatalistes, plus enclins à se retourner vers la gloire du passé qu’à s’intéresser aux promesses de l’avenir.

33 Brauzeit, Deuxième Chopine

La Deuxième Chopine, qui est le troisième jour de célébration important du calendrier Nain, correspond à la date où les tonnelets de bière familiaux sont à nouveau ouverts et goûtés. On conte et chante encore une fois abondamment les ancêtres et les batailles épiques. Rares sont les humains qui célèbrent la deuxième chopine, en dehors des familles de brasseurs et de distillateurs.

Mondstille, le Solstice d’Hiver

Le solstice d’hiver est plus connu sous le nom de dormance. C’est le zénith du règne d’Ulric sur le Vieux Monde, lorsque ses loups affamés commencent à cerner les fermes et les villages pour les proies faciles que constituent le bétail et les humains. C’est une période de désespoir, car les mois d’hiver sont extrêmement rudes et la nourriture s’y fait rare. Mais c’est aussi un moment de joie, car après cette date, la roue se met à tourner et on entrevoit le retour de Taal et Rhya. On allume des feux joie censés guider ces deux divinités. Dans les contrées les plus reculées de l’Empire, on érige des peaux de loup sur des bâtons en périphérie des villages. C’est à la fois un signe de respect envers Ulric et un avertissement à ses "enfants" qui voudrait s’approcher. Les personnes qui naissent durant la dormance sont connues pour leur attitude laconique et réservée.

Mondstille.png

33 Vorhexen, Fond du Tonneau

Le Fond du Tonneau conclut le calendrier Nain. Les familles Naines doivent alors vider leurs derniers tonneaux en attendant l’année à venir. On engloutit des litres de bière durant cette fête et l’on chante l’année qui vient de s’écouler. Les humains de l’Empire se sont également mis à cette tradition, même si leur ferveur est bien pâle en regard de leurs cousins trapus. Les autorités ferment généralement l’œil sur l’ébriété publique, notamment dans les communautés les plus tolérantes, mais certains dirigeants plus conservateurs se montrent au contraire plus intransigeants. Le rab de bière est souvent offert aux nécessiteux, mais renversez ne serait-ce qu’une goutte durant la fête et la malchance vous accompagnera tout au long de l’année à suivre.


Exemple de calendrier

Exemple de calendrier pour l’année Impériale 2514:

Cliquez pour agrandir


Source

  • Warhammer JdR - Tome de la Rédemption