Broyeurs d'Âmes

De La Bibliothèque Impériale
Arpenteurs d’Acier, Faucheurs des Mânes, Engeance du Mâchefer

Quand sa forme physique est détruite, un Démon peut mettre en gage son nom véritable auprès de la Forge des Âmes. A l’issue de cette sombre transaction, l’essence impotente du Démon est liée dans une carcasse de métal corrompue. Ainsi renaît-il sous la forme du Broyeur d’Âme.

Il n’y a pas deux Broyeurs d’Âmes identiques, mais tous offrent un spectacle troublant. La transformation est une parodie des désirs les plus secrets du Démon, qui est assez perverti pour se trouver lui-même répugnant. Cependant, le changement confère une puissance dont peu de Démons peuvent se targuer. Les pas cliquetants d’un Broyeur d’Âmes font trembler le sol, et il est horriblement rapide pour sa taille, capable de battre un cheval à la course si l’odeur des combats le stimule. Ses pattes mués par de puissants pistons frappent avec assez de force, pour réduire n’importe qui en bouille immonde. Mais si grande que soit la force physique d’un Broyeur d’Âmes, elle n’est pas la seule ressource dont il dispose pour venir à bout de ses ennemis, car la métamorphose le dote d’armes dignes de sa nouvelle stature.

D’après la légende, si un Broyeurs d’Âmes peut collecter assez d’âmes de mortels, la Forge libère le Démon de sa prison mécanique et lui rend son existence de jadis. Hélas, comme pour tous les contrats signés dans le Royaume du Chaos, une telle dette ne se rembourse pas facilement. Plus d’un Broyeur d’Âmes a été détruit alors qu’il lui manquait plus qu’une victime pour racheter sa dette. Pire, s’il est vaincu, le Broyeurs d’Âmes doit se vendre de nouveau à la Forge des Âmes pour ne pas retourner dans le néant. Et si un Démon reste trop longtemps sous cette forme, son identité originale se fond dans la machine qu’il sert, et elle disparaît définitivement en quelques millénaires. C’est ainsi qu’en voulant se racheter, un Démon peut subir lui-même la damnation qu’il cherche à infliger aux mortels.

Source

  • Livre d’Armée des Démons du Chaos, V8