Boris Ursus

De La Bibliothèque Impériale
Le Tzar Boris Ursus et son Ours Urskin
Le Tzar Boris Bokha était un guerrier féroce et un adorateur du dieu Ursun. Il était connu également sous le nom de Radii Bokha (Bokha le Rouge, en référence au sang des innombrables ennemis qu’il versa à la bataille). Accédant au trône en 968 (An 2 492 du calendrier impérial) pour succéder à son père mort en se battant contre les Gobelins à l’est de Kislev, Boris hérita d’une nation exsangue. Sa Nation ne s’était pas remise de la Grande Guerre Contre le Chaos en 2 302. Déclenchant le mécontentement des nobles les plus conservateurs, il vida les caisses du trésor royal pour recruter des mercenaires afin d’entraîner l’armée Kislévite, construire des ponts, des routes et des villes et importer de la poudre et des ingénieurs en provenance de l’Empire.

Bien que cela menât presque sa famille à la banqueroute (ainsi que d’autres lignées nobles auxquelles il avait "emprunté" de l’argent), son règne fut salué pour son dynamisme vraiment extraordinaire. Il reconquit les terres occupées par les gobelins, les Trolls, les hommes-bêtes et autres hideuses créatures. Il raviva le culte du Dieu Ours Ursun, qui avait peu à peu décliné en faveur de celui d’Ulric, de Taal et de nombreux dieux étrangers. Pour y parvenir, il passa le rituel d’initiation afin de devenir un prêtre d’Ursun : aller dans la forêt tuer un ours. On n’eut aucune nouvelle de lui pendant dix-huit jours, et beaucoup craignirent qu’il eût péri au plus profond des forêts gelées. Les préparatifs commencèrent pour le couronnement de sa fille Katarina (qui n’avait à l’époque que quatre ans), lorsqu’un groupe de chasseurs trouva sont corps inconscient le dix-neuvième jour. Il était gardé par un ours gigantesque qui ne laissait personne s’approcher. Le Tzar était entouré des cadavres de plus de deux douzaines de loups, et la neige était rougie de sang. Les chasseurs ne parvinrent pas à éloigner l’ours, mais finalement Boris reprit conscience et l’animal laissa les hommes s’occuper des blessures de leur Tzar mal en point.

L’histoire que Boris raconta en revenant à Kislev est depuis passée dans le folklore, bien que peu de gens doutent de sa véracité. Quatre jours avant d’être retrouvé par les chasseurs et après de longues errances, Boris rencontra l’ours le plus énorme qu’il avait jamais vu, aux dents et aux griffes aussi longues et acérées que des poignards. Voyant là un signe d’Ursun, le Tzar l’attaqua, et un combat féroce s’engagea, les cris et les rugissements des deux adversaires résonnant dans la forêt. Il contra les coups de la bête de ses poings nus mais ne parvint pas à la vaincre. C’est alors qu’une meute de loups, attirée par le bruit et l’odeur du sang, surgit et se rua sur l’ours. Boris vint à son aide immédiatement, brisant leurs crânes et les arrachant du dos de l’ours. Mais il fut grièvement blessé, et tomba sous les crocs des bêtes sauvages. Lorsque ceux-ci se jetèrent sur lui pour l’achever, ce fut au tour de l’ours de le protéger, et il les massacra de ses griffes et de ses puissantes mâchoires. Boris avait sombré dans l’inconscience, toutefois, à chaque fois qu’il se réveillait, il voyait que l’ours veillait sur lui. La bête revint avec lui à Kislev, et à partir de ce moment lui servit de monture quand il partait à la guerre. Elle reçut le nom d’Urskin (ce qui signifie Frère-Ours), à la fois comme symbole vivant de la puissance d’Ursun et comme preuve d’affection de la part de Boris.

Boris croisa son destin lors d’une bataille en 2 517 alors qu’il menait un Pulk au nord du Lynsk dans le Pays des Trolls. Au gué d’une rivière, le Tzar chargea les rangs des Kurgans du Hetzâr Feydaj, mais il se retrouva coupé du reste de ses troupes. Urskin et lui combattirent avec vaillance et toute la rage du Dieu Ours lui-même, mais leurs ennemis étaient trop nombreux et ils ne pouvaient espérer l’emporter. Urskin parvint à se frayer un chemin à travers les maraudeurs mais il était trop tard : le Tzar avait subi de nombreuses blessures fatales. Il rendit l’âme à la fin de la bataille une fois celle-ci gagnée, et glissa doucement du dos d’Urskin. L’ours géant rugit de désespoir pendant toute la nuit auprès du cadavre de Boris puis partit vers le nord. Les légendes racontent qu’il continue depuis à pourchasser les créatures qui ont tué son maître.


Source

GW france