Ariel

De La Bibliothèque Impériale
Ariel, l'avatar d'Isha et Reine d'Athel Loren

Ariel est la reine d'Athel Loren, et elle dirige le royaume avec Orion. C'est l'une des magiciennes les plus puissantes de monde, une demi-déesse, grâce à l’étrange magie du Chêne des Âges, prenant l’aspect d'Isha, l'antique déesse Elfe de la nature, tandis qu'Orion, son époux, prenait l'aspect de Kurnous. Ainsi les forces magiques de la nature coulent dans Ariel comme si elle était Isha elle-même.

Ariel manipule les immenses forces naturelles et les plie à sa volonté, commandant aux arbres et à la végétation de la forêt de pousser. C'est elle qui tisse les enchantements autour de la forêt de Loren pour retarder ou perdre les intrus, ou les conduire à leur perte. Comme Orion, l’immortalité d'Ariel est liée aux saisons : elle meurt en hiver et renaît l’année suivante. Si Ariel périt au combat, les Elfes la transportent hors du champ de bataille et la placent dans le Chêne des Âges où elle renaîtra au printemps. Lorsque des ennemis entrent dans la forêt de Loren, Ariel prend sa forme de sylphe guerrière. Elle double de taille et déploie des ailes immenses couvertes de minuscules écailles constellées de couleurs iridescentes. Sur ses ailes, d’étranges symboles appelés Yeux d'Isha et Spirales d'Isha apparaissent. Parfois, les motifs des ailes d'Ariel semblent représenter une tête de mort, ce qui indique sa grande colère et sa volonté de vengeance. Des antennes de papillon couronnent la tête d'Ariel, mais son visage reste celui d'une Elfe superbe avec des yeux perçants. La partie supérieure de son corps est recouverte d’écailles d'un vert incandescent alors que la partie inférieure se fond dans l’infini comme un être irréel. Comme la lune, elle semble briller d'une lumière intérieure et laisse derrière elle une traînée de magie pure ressemblant à une poussière d’étoiles magnifiques. Lorsqu'elle étend ses ailes au-dessus de ses ennemis, ceux-ci sont pris d’une immense terreur.

Ariel devint la Reine d'Athel Loren onze cent vingt-cinq ans avant l'arrivée de Sigmar. A cette époque, les Nains, une fois vainqueur des Hauts Elfes lors de la Guerre de la Barbe, marchèrent vers Athel Loren, dernier lieu de présence des Elfes dans le Vieux Monde. Certains Elfes s'étaient réfugiés dans cette mystérieuse forêt pour échapper à la fureur de Karaz Ankor. Ariel, faisait partie de ce groupe, et était déjà une éminente magicienne Elfe. Elle discuta avec la forêt et ses Esprits, et fut la première à apprendre l’art le Langage des Arbres. Elle scella une alliance avec la forêt, promettant que les Elfes seraient toujours respectueux de la nature, faisant adopter dès lors pleinement Athel Loren comme foyer pour son peuple, devenant les Elfes Sylvains, ou Asrai. Mais avec l'automne qui approchait, les Esprits de la Forêt devenaient rapidement léthargiques et ne pourraient offrir que peu de résistance face aux armées Naines. De plus les Elfes étaient peu nombreux et désorganisés. Bien que la première incursion Naine fut interrompue et repoussée, les Grands Aigles apportèrent la nouvelle d'une nouvelle armée qui arrivait des Montagnes Grises. En apprenant cette menace, les Dames et les Seigneurs Elfes Sylvains tinrent conseil au pied du Chêne des Âges, premier rassemblement de cette nature à Athel Loren, et où même les arbres de la clairière donnaient l’impression d’écouter ce qui se disait. La magie du bois avaient déjà une emprise sur les Elfes, faisant émerger des aspects étranges et sauvages de leur psyché. Les Dieux Kurnous et Isha furent invoquées. Les adeptes du Dieu Trompeur accomplirent leurs danses rituelles, tandis que les voyants et les prophétesses lisaient la trame du destin dans les astres et dans les flammes qui illuminaient la clairière. Les mages révélèrent de nouvelles merveilles qu'ils avaient trouvé dans le bois, et même les Homme-Arbres et Dryades étaient présents, fusionnant leurs esprits avec ceux des Elfes.

C'est dans cette clairière éclairée par le feu qu'Ariel se sentit attirée par le seigneur Orion. Il était le plus brave et le plus beau de son peuple, tout comme Ariel était la plus sage et la plus belle. Tandis que le conseil débattait de la meilleure manière de faire face aux Nains, Ariel et Orion étaient plongés dans leur propre conversation, et semblaient totalement détachés du grand débat. Après de nombreuses heures de débat, les Elfes étaient effrayés et désespérés. Même rassemblés et unis comme ils l'étaient, leur nombre n'étaient pas suffisants pour affronter les Nains. Pire encore, les voyants avaient perçu une autre menace, plus grande encore que les Nains : une vaste horde de Peaux-Vertes s’apprêtait à lancer sa propre attaque d’ici quelques jours. C’est en cette heure désespérée qu'Adanhu, le plus grand et plus âgé des seigneurs arbres entra dans la clairière. Il promit l’assistance des Esprits de la Forêt pour peu que la bataille soit livrée avant la venue de l’hiver. Apaisés par les paroles d'Adanhu, les Elfes Sylvains révisèrent leurs plans.

Pendant qu'Adanhu s'adressait au conseil, Ariel et Orion en profitèrent pour s'éclipser, ignorés des autres qui remarquèrent leur l’absence que bien plus tard. Cela provoqua une terrible colère des Elfes de l'Assemblé, car il était impensable que deux Elfes de clans différents soient amants. Les seigneurs Asrai exigèrent qu'ils soient retrouvés et traduits devant le conseil. Les Elfes cherchèrent Ariel et Orion dans la forêt pendant de longues heures, jusqu'à ce que les rayons dorés de l'aube percent les feuilles. Malgré leur grande habileté, les chasseurs ne trouvèrent aucune trace des deux amants, et lentement, la colère des seigneurs fut remplacée par l'inquiétude. Les Elfes demandèrent l'aide d'Adanhu, mais ce dernier resta silencieux. Les mages tentèrent de converser avec les arbres, mais ils ne reçurent aucune réponse. Les Dryades furent appelés pour les aider, mais elles avaient disparues. À contrecœur, et avec une grande tristesse, les nobles Asrai admirent que les amants étaient perdus et ils tournèrent leurs pensées sur la bataille à venir.

Le grand ost d’Athel Loren affronta les Nains et comme Adanhu l’avait promis, les Asrai ne se battirent pas seuls. Des Hommes-Arbres colossaux marchaient parmi les lignes Elfiques, et des myriades de Dryades grouillaient sur les flancs. Le puissant Durthu mena la charge, véritable force de la nature, avide de se venger de ceux qui l’avaient meurtri. Face à un tel ost, les Nains n’avaient guère d’espoir. Bien qu’ils résistassent avec toute la ténacité de leur race, ils finirent par rompre les rangs et fuir en laissant de nombreux morts. Le souvenir de cette défaite est toujours inscrit dans le Grand Livre de Rancunes qui contient de nombreuses références de cette bataille qu'ils appellent Karaz-Zan.

Mais après cette victoire, l'hiver tomba sur Athel Loren. Un vent glacial siffla à travers les branches de la forêt et un frisson saisit la terre comme jamais auparavant. Les Esprits des arbres et de la terre plongèrent dans le sommeil, mais ce ne fut pas un hiver silencieux et calme en attendant le retour joyeux du printemps. Car poussé par la faim et la soif de sang, des hordes Peaux-Vertes s'écoulèrent de la montagne, brûlant les arbres et chassant les bêtes. Les Elfes se battirent bravement, mais finirent par céder du terrain. Malgré leur efforts, les envahisseurs finirent par encercler le Chêne des Ages. Les Elfes se préparaient pour la bataille finale, craignant que le sort du Chêne des Ages statuerait celui de la forêt. Ils se sentaient vaincus mais étaient résolus à mourir pour défendre leur foyer. Le matin de la bataille, la forêt se transforma : les neiges de l'hiver avaient disparus, des fleurs rouges sang poussaient du sol, les animaux de la forêt se réveillèrent de leur hibernation et l'air était lourd et inquiétant, comme celui d'un réveil d'une force puissante. Puis le cri lancinant d'une corne puissante fut entendu, venant des profondeurs de la forêt. Les Orques se figèrent. Puis vint les aboiements d'une meute de chiens de chasse et les pépiements de bandes d'oiseaux arrivant comme de grandes masses sombres. Le son étrange d'un grand cerf mugissant fut entendu de même que le son d'une énorme bête écrasant la fougère morte. Le puissant Kurnous, Dieu de la chasse, traversa le sous-bois à grand bruit. Les Elfes Sylvains qui le contemplèrent furent emplis d’une vigueur nouvelle. Le cor retentit de nouveau, sonnant le glas des Peaux-Vertes. Kurnous se précipita contre les Peaux-Vertes, frappant et tuant dans une orgie de destruction. Les Elfes se joignirent à la charge, et leurs regards comme leurs lames reflétaient la puissance de leur divinité. Quand le soleil se coucha, il ne restait pas une seule Peau-Verte en vie.

Après la mort des Peaux-Vertes, les Elfes suivirent Kurnous du mieux qu'ils purent, jusqu'au Chêne des Âges. Kurnous disparu. Les mages l’invoquèrent, prononçant des incantations de louange et de gratitude. Pendant ces prières le Chêne des Âges craqua et grogna et une voix profonde, sonore et résonnante ce fit entendre à l'intérieur de son tronc : « Qui appelle Kurnous ? »

Des Elfes courageux entrèrent dans la fissure, rampants le long d'un vide étroit dans le bois, entendant un mystérieux rire et une étrange musique. Ils virent une faible lueur à la fin du tunnel. Ils arrivèrent dans un grand espace creux dans les profondeurs de l'arbre. Là, deux êtres, les plus beaux et les plus impressionnants qu'ils avaient vus, trônaient sous leurs yeux. Ils étaient des avatars de Kurnous et d'Isha, mais ils devinèrent que c'étaient Orion et Ariel. Tout autour d'eux, des Dryades et autres esprits des bois leur rendaient hommage comme à un Roi et une Reine.

Le haut mage Athelor avança et leur demanda si ils étaient effectivement Ariel et Orion. Orion le confirma, mais ajouta qu'il avait changé. Puis Ariel révéla qu'ils avaient fusionné avec les dieux Kurnous et Isha et pris leurs apparences. Elle expliqua que les dieux, sous une forme Elfique, étaient apparus devant les deux amants. Ils avaient été attirés par la beauté exceptionnelle d'Orion et d'Ariel, la plus belle des Elfes, et une petite partie de leurs esprits divins pénétra leurs corps, dotant Orion et Ariel de la possibilité de se transformer pour un bref moment en Kurnous et Isha, mais assez longtemps pour sceller le sort de tous les envahisseurs.

Ariel avait parlé avec la sagesse profonde d'une déesse et les Elfes étaient stupéfaits par ce qu'ils voyaient. Athelor proclama:

« Voici le Roi et la Reine des bois ! »

Tous les Elfes s'inclinèrent immédiatement devant eux.

Depuis, Ariel peut changer sa forme en Isha maniant une magie issue de son être même. Elle a le pouvoir de tisser des enchantements autour du royaume d'Athel Loren pour protéger son peuple et de dissuader leurs ennemis d'attaquer. Au lendemain de la bataille contre les Orques et les Gobelins, Ariel a utilisé son pouvoir pour guérir les dommages qu'ils avaient causés, son touchée insufflant dans les zones dévastées et désolées de la forêt une nouvelle vie. Au fil des siècles, Ariel devenait de plus en plus habile pour exploiter ses pouvoirs, et elle guérit progressivement la forêt de ses blessures, la transformant en un espace florissant et préserver de la sauvagerie.


Ariel possède l'Objet Magique suivant :
  • La Pierre de Cœur d'Athel Loren : Une représentation physique des plusieurs liens qui attachent Ariel à la forêt d'Athel Loren, cette gemme la protège des effets de la magie adverse.

Sources

  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V4
  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V6
  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V8