Guerrier Elfe Noir

De La Bibliothèque Impériale
(Redirigé depuis Affrelances)
« L’essentiel de notre armée est levé parmi la population de nos villes. Les femmes se battent aux côtés des hommes, et le font avec la fureur des démons. Nos guerriers privilégient par-dessus tout l’arbalète à répétition connu sous le nom d’Uraithen et le Drannach, une longue lance effilée. Des années de discipline et de guerre ont largement endurci ces fiers guerriers et font d’eux les meilleurs du monde. Il ne faut donc pas les mépriser, car nous leur devons de nombreuses victoires, mais il ne faut pas non plus oublier qu’ils sont aisément sacrifiables et qu’un commandant ne doit pas avoir le moindre remord à perdre une partie de son armée si cela lui permet de remporter la bataille. »
- Discours d’un précepteur à un jeune Elfe Noir


Les Guerriers Elfes Noirs composent la partie la plus importante des armées Druchii, dont l’entraînement consiste en une vie passée à survivre.
Les Elfes Noirs sont les descendants des vaillants peuples guerriers qui vivaient à Nagarythe durant le règne d’Ænarion. Dès leur plus jeune âge, ils sont formés à devenir des soldats et des pillards, et apprennent très tôt qu’ils ne posséderont que ce qu’ils seront capable de prendre - et de garder. Bien que leur méfiance et leur égoïsme naturels engendrent parfois quelques manquement à la discipline, les Elfes Noirs compensent ce léger défaut par une absence totale de pitié ou de remord et restent unis par la haine qu’ils vouent à toutes créatures vivantes.

Les gens du peuple forment les régiments de Guerriers Elfes Noirs, qui est la partie la plus importante des. Chaque citoyen, homme ou femme, qui est en âge d’exercer un métier doit s’inscrire à son centre de formation local ou subir une pénalité. Il n’y a pas de divisions sexuelles des tâches dans la société : les Elfes Noirs sont assez intelligents pour réaliser qu’une telle division ne ferait que les affaiblir, et puisque que les hommes et les femmes n’ont que quelques différences biologiques mineures, ils ne voient aucune raison valable qui justifierait une quelconque domination masculine dans la société.

Les familles voisines s’enrôlent généralement au même centre de formation, sauf en cas de querelle inter-familiale, et intègrent ainsi le même régiment. Là, la proximité étroite entre eux dans la vie quotidienne les aide à mieux fonctionner comme régiment en temps de guerre.

Les sessions de formation se produisent jusqu’à trois fois par semaine ou peuvent être journalière si une grande invasion d’Ulthuan est ordonné par Malékith. Quand le citoyen s’enregistre pour la première fois (une fois qu’il a atteint l’âge minimum pour devenir un guerrier), il reçoit une cotte de mailles sans manche, un plastron, des gantelets, un casque, un long sabre, une lance, une arbalète à répétition, une robe de bataille, un bouclier avec le symbole du régiment (celui de la Maisonnée), une couverture, une cantine, un flacon, un pardessus, une réserve de carreaux et une paire de chaussure de guerre (conçues pour tout type de terrain). La majeure partie de l’équipement qui leur est remis est de seconde main ou de qualité moyenne.

Les Affrelances sont des régiments qui seront formé pour combattre avec des lances au fer lourd appelée Drannach (« Perce-Ciel » en Druck Eltharin) dans diverses formations ayant pour rôle de repousser les contre-attaques ennemies qui menacent les flancs des autre régiments, mais aussi de protéger les machines de guerre et les unités de tireurs. Ayant appris la valeur de la discipline et l’efficacité d’un mur de boucliers au fil de nombreux affrontements, les Affrelances s’estiment de vrais soldats, et considèrent les autres régiments comme des soudards qui ne savent pas tenir une ligne de bataille. Tous les Elfes se meuvent prestement, et les lanciers doivent être capables de réagir sans tarder aux manœuvres ennemies. Ils forment ainsi des bastions inébranlables qui permettent aux éléments moins contrôlable de l’armée (comme la Garde Noire ou les Furies) de massacrer à loisir.

D’autres seront formés à la balistique et l’utilisation de la redoutable Arbalète à Répétition appelé Uraithen (ce qui peut être traduit par « Pluie Mortelle »). Beaucoup d’Elfes Noirs préfèrent délivrer la mort de loin plutôt qu’au corps à corps et les régiments équipé de la sorte, nommés couramment "Sombretraits", peuvent rester en retrait et libérer une averse de carreaux acérés sur l’ennemi pendant son approche, ou au contraire avancer tout en faisant feu afin d’affaiblir les lignes adverses juste avant la charge des autres régiments. Cette arme est particulièrement appréciée des guerriers envoyés tenir les Tours de Guet du Nord, car elle s’avère dévastatrice contre les sauvages mal protégés qui s’aventurent au sud depuis les Désolations du Chaos. Bien qu’ils soient souvent considérés avec dédain par les autres guerriers, les Sombretraits sont très fiers de leurs talents de tireur, et tout aussi cruels que leurs camarades. Il n’est pas rare qu’un Sombretrait évite de viser la tête ou le cœur de l’ennemi pour lui transpercer le ventre ou lui perforer une artère, s’assurant que son tir, tout en étant fatal, entraîne une douloureuse agonie plutôt qu’une mort foudroyante.

Tous les Elfes Noirs sont arrogants au-delà du supportable, néanmoins les Tristelames parviennent à se distinguer dans ce domaine. Chacun de ces soldats imagine être le plus grand guerrier de son époque, et fait preuve d’une témérité frisant l’inconscience. Les Tristelames dédaignent la lance et l’arbalète à répétition, considérant la première comme un outil de paysan, et la seconde comme une arme de lâche. Ils s’équipent ainsi de longs sabres avec lesquels ils outrepassent aisément la garde de l’ennemi pour lui trancher la gorge.

L’absence aux sessions de formation sans bonne excuse aura comme conséquence une punition devant le régiment au complet, en matière d’exemple. La présence dans les régiments est forcée, et non payée, en conséquence les citoyens doivent avoir un travail pour obtenir un revenu. Ceux-ci s’étendent de maréchal-ferrant, charpentier, marchand, revendeur d’esclaves, armurier, mineur, bûcheron, domestique, infirmier, pompier, commerçant, etc. Naturellement ils doivent prendre congé de leur travail pour se former chaque semaine et ce temps de formation n’est pas payé.

Si un citoyen se distingue particulièrement dans les troupes de guerriers, il peut être promu au rang de chef de régiment, un Patricien pour les lanciers ou un Maître du Guet pour les arbalétriers. Cet officier relais les ordres des Nobles et des Dynastes à l’unité, et commande celle-ci sur le champ de bataille. Cette position est mieux respectée dans la société, bien qu’elle ne le soit pas aussi fortement que les soldats professionnels ou les Corsaires, qui eux combattent à plein temps.

Ces formations de guerriers sont généralement organisées peu avant la bataille, car les intrigues, les "accidents" et les exécutions soudaines - et les promotions qui les suivent - rendent impossible l’organisation d’une armée régulière. Les Druchii inféodés à une Maisonnée particulière se battent sous sa bannière, mais cette règle est loin d’être absolue, et un régiment peut même changer d’allégeance en cours de bataille ! Les généraux assurent leur mainmise sur leurs troupes en plaçant à la tête des régiments des nobliaux de peu d’influence, comme des bâtards ou des puînés.

Les armées des Druchii sont normalement levés par les Maisonnées de nobles, parfois par le Roi Sorcier en personne et rarement sans son autorisation : les nobles qui entretiennent des forces armées sans sa bénédiction s’attirent bien souvent sa fatale suspicion. Ces armées sont généralement rassemblées pour une expédition particulière, ou pour renforcer les effectifs d’une flotte de pillage : les navires Elfes Noirs sillonnent constamment les océans du monde à la recherche de butin et d’esclave. Le Roi Sorcier mobilise en outre d’innombrable Druchii pour mener sa guerre contre Ulthuan : lorsqu’ils affrontent les Hauts Elfes, ces guerriers féroces se transforment en tueurs sanguinaires.

Sources

  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V6
  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V7
  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V8