Abomination de Malefosse

De La Bibliothèque Impériale
Rosie, l’attrapeuse de rats, va avoir besoin d’un plus gros chien pour faire son métier.
À Malefosse, les expériences visant à donner naissance à une créature aux proportions terrifiantes piétinaient. Des cavernes-laboratoires étaient entièrement dévastées, des cuves d’agents de mutation renversées et des légions d’esclaves mouraient de façon horrible. Sous les ordres du Seigneur Verminkin, le chef du Clan Moulder, les conséquences de ces échecs étaient sanglantes. C’est alors que l’accord que Throt le Galeux avait signé avec les émissaires d’Archaon porta ses fruits, lorsqu’ils lui présentèrent une procession de wagons grinçants au milieu desquels était attachée une bête immense. Pour la première fois, un des Wyrms aveugles qui creusent leurs tanières dans les profondeurs du monde avait été capturé.

Forcer la créature à se nourrir de Malepierre jusqu’à ce qu’elle soit prête pour les greffes fut ardu. La garder en vie au cours des nombreuses opérations s’avéra encore plus difficile, et il fallut ressusciter son immense carcasse plusieurs fois en lui envoyant une décharge de Malefoudre. Plusieurs tentatives furent faites, mais seuls les greffes de membres de Rats-Ogres étaient assez résistantes; les autres nécrosaient rapidement. Tant de Malepierre fut consommée au cours du processus que la production des autres créatures du Clan Moulder fut complètement stoppée. Plusieurs Seigneurs de Guerre commencèrent à se plaindre, suspectant un complot contre leur clan.

Des présages ignobles annoncèrent la naissance de la première Abomination de Malefosse. Morrslieb pendait dans le ciel comme un fruit trop mûr, les Vents de Magie se mirent à souffler en rafales et des tempêtes éclatèrent au-dessus de pôles. Les accumulateurs reliés aux paratonnerres à la surface de Malefosse se mirent à bourdonner avant de relâcher l’ultime décharge qui donna vie à la créature. Preuve du succès de cette expérience, la bête dévasta tout un cercle et tua des centaines d’esclaves avant d’être maîtrisée. Throt reçut la tutelle de nouveaux Maîtres Corrupteurs ainsi que la charge de plusieurs cavernes dans le cercle le plus profond de Malefosse afin qu’il puisse capturer d’autres Wyrms aveugles, car le Seigneur Verminkin avait décrété que d’autres Abominations devaient être créées…

Une Abomination est une montagne de chair difforme. Elle se déplace par des mouvements de reptation repoussants tandis que ses nombreux appendices la traînent sur le sol. Des prothèses mécaniques telles que des roues et des engrenages l’aident à se déplacer plus rapidement, tandis que des perfusions reliées à des poches de liquide mélangé à de la poudre de Malepierre accélèrent son métabolisme (et la fait rugir de douleur tandis que son corps reçoit une injection massive de liquides corrompus). Une multitude de têtes jaillissent de la protubérance à l'avant de son corps (ce qui désoriente parfois l’Abomination tandis que ses nombreux cerveaux essaient de prendre le contrôle de son corps). Toutes ont un aspect de rongeur, même si certaines sont nues et lisses. D’autres sont aveugles, et se tournent sans arrêt à droite et à gauche en faisant claquer leurs mâchoires et en frémissant des narines pour sentir leur proie.

Généralement, l’ennemi s’enfuit à toutes jambes à la simple vue d’une Abomination. La créature avance sur le champ de bataille en se tortillant horriblement, puis se relève de toute sa hauteur pour se jeter sur les rangs adverses en un véritable avalanche de chair, et ceux qui ne finissent pas écrasés sont abattus par ses griffes. Ses énormes poings délivrent une tempête de coups si puissants qu’ils pourraient ébranler une montagne, un ouragan de coups si violents que chacun réduit en pulpe une poignée des victimes horrifiés de l’Abomination. Puis ses têtes s’étirent sur leurs cous pour mordre, ses incisives grandes comme des pierres tombales claquent dans les airs à la recherche de chair tendre, ses mâchoires se referment brutalement sur les corps désarticulés pour les dévorer. Une fois dans la mêlée, une Abomination est presque impossible à stopper, car sa masse écrase tout sur son passage. De plus, ces créatures sont très difficiles à abattre, car elles semblent capables de se remettre de leurs blessures. Ainsi, lorsque l’Abomination est à l’agonie, il existe une chance pour que son métabolisme surnaturel permette à un de ses nombreux cœurs de repartir, si bien qu’on peut parfois les voir se relever alors qu’on les croyait mortes.

Source

  • Livre d’Armée des Skavens, V7