Éclaireurs Squelettes

De La Bibliothèque Impériale
Une avant-garde aussi redoutable et mortelle que la désert.
Les Éclaireurs Squelettes de Nehekhara sont semblables au vent cinglant du désert, qui apparaît soudainement et ne laisse que morts et mourants dans son sillage. Ces archers à cheval traversent implacablement le champ de bataille en tirant des volées de flèches aspic avant de s’éloigner pour échapper à toutes représailles. Lorsqu’ils changent de direction, le nuage de poussière soulevé par leurs montures squelettes les dissimule, et avant que leurs cibles ne recouvrent une visibilité suffisante, les Éclaireurs surgissent de nouveau pour libérer une autre volée meurtrière.

Les Éclaireurs de l’ancienne Nehekhara se sont toujours distingués de toutes les autres troupes de l’armée du Roi, car il ne s’agissait pas de soldats élevés et entraînés dans ses cités, mais de membres des tribus nomades qui vivaient dans le désert. De tels guerriers connaissaient les chemins traversant les plaines desséchées mieux que n’importe quel natif des cités, et ils pouvaient s’aventurer à travers les dunes sans craindre de s’y perdre. Leurs talents de cavalier étaient tels qu’on les disait être nés sur une selle et leur adresse au tir faisait leur renommée dans tout Nehekhara. Les Rois avaient grand besoin de tels guerriers et de tels guides, et ils n’hésitaient pas à payer le prix fort pour louer leurs services en tant que mercenaires. Ce ne fut que sous le règne de Rakaph III, de la seconde dynastie, que les Éclaireurs devinrent un corps d’armée à part entière au sein des forces de Nehekhara. Rakaph offrit aux tribus nomades la liberté du désert, la protection de ses vastes armées et autant d’or que leurs chefs pouvaient en porter, en échange d’une dîme annuelle de guerriers qui prêtaient un serment de loyauté et d’obéissance indéfectible au Roi. Depuis lors, tous les Rois de l’ancienne Nehekhara maintinrent d’importants contingents d’Éclaireurs dans leurs armées.

Les Éclaireurs Squelettes jouent au sein de l’armée des Rois des Tombes le même rôle que de leur vivant, mais alors que les chevaux avaient besoin d’eau et de repos, les montures squelettes sont capables de parcourir les étendues désertiques sans jamais faire halte. Même Morts-Vivants, ces cavaliers font preuve de la même capacité à traquer et chasser leurs proies parmi les dunes, et aucune tempête de sable ne saurait les ralentir. En tant qu’Éclaireurs, ils entravent les mouvements de l’ennemi et harcèlent ses flancs. Leurs actions clouent l’adversaire sur place et permettent aux Rois des Tombes de mettre en position leurs propres guerriers, afin de sceller le destin de l’ennemi.

Lorsqu’ils attaquent, les Éclaireurs frappent sans pitié et sans le moindre avertissement. L’ennemi ne perçoit le danger que lorsqu’une première flèche noire vient se planter dans la gorge d’un soldat à côté de lui, son cri de douleur étouffé n’étant qu’un prélude au massacre à venir. Un instant plus tard, un autre homme s’écroule d’une flèche en plein cœur et son sang irrigue le sable. Chaque seconde qui passe voit plus de flèches trouver leurs cibles, et s’abattre telles une pluie fatale. Ce n’est que lorsque les Éclaireurs se sont suffisamment rapprochés que leurs ennemis les voient pour la première fois. Émergeant de la brume de chaleur, ils apparaissent tel un mirage terrifiant, leurs crânes grimaçants tournés vers l’ennemi. D’un ordre muet, les Éclaireurs Squelettes lancent leurs coursiers Morts-Vivants sur des survivant pris d’une panique indescriptible. Leurs orbites vides fixées sur leurs cibles, ils bandent de nouveau leurs arcs, et alors que les mortels fuient pour sauver leurs vies, la dernière chose qu’ils ressentent est la morsure d’une flèche aspic dans leur dos.

  • Flèches Bénies : Chaque flèche des Éclaireurs Squelettes a été bénie par la Déesse Aspic, Divinité de la Vengeance et de la Magie, pour qu’elle traque sa proie avec une précision infaillible. Une fois décochées, ces flèches s’écartent de leur trajectoire et fondent sur leurs cibles telles des serpents sur leurs proies. Le rituel de bénédiction des flèches est fastidieux. Des incantations sont gravées sur leurs hampes de bois à l’aide de pinces de scorpions des dunes et leurs empennages sont fabriqués avec des plumes noires de vautours du désert. La partie la plus importante du rituel est accomplie par des acolytes au cœur des temples sacrés de la Déesse Aspic, où les pointes de bronze sont forgées et refroidies dans le sang de centaines de serpents sacrifiés.

Sources

  • Livre d’Armée des Rois des Tombes, V8