Âme Vénérée

De La Bibliothèque Impériale

Tout comme Sigmar a débuté son existence en tant que mortel et s’est élevé au statut de Dieu, il existe d’autres individus tenus en très haute estime par les habitants de l’Empire. Bien que nulle autre personne n’ait atteint le même statut que Sigmar "récemment", les individus qui font preuve d’une piété, d’une foi et d’une volonté hors du commun sont traités comme des demi-dieux par bien des habitants du Vieux Monde.

Si on leur donne bien des noms, le titre le plus couramment associé à ces estimés individus est celui «d’Âme Vénérée». Le titre de «pieux" est également populaire et on peut user de l’un ou de l’autre indistinctement. Si les Âmes Vénérées sont évidemment révérées au sein du culte auquel elles appartiennent, elles sont presque universellement respectées parmi tous les peuples du Vieux Monde en raison de leur vigilance, de leur foi intense et de leur sacrifice au nom de leur Dieu. Toutefois, il arrive que celui qui est pour l’un une Âme Vénérée soit pour l’autre un hérétique.

Chaque foi a ses propres méthodes pour déterminer ce qui fait d’un cultiste un membre vénéré. Quoi qu’il en soit, les candidats doivent faire preuve d’une inébranlable foi, de leur force face à l’adversité et généralement de certains traits associés aux martyrs. Les cultes les plus guerriers, comme ceux de Sigmar et d’Ulric, tirent leurs Âmes Vénérées des rangs des prêtres-guerriers, des puissants généraux et des cultistes dévoués qui ont péri au combat contre des forces indicibles. Le culte de Shallya choisit ceux qui ont fait passer la vie d’autrui bien avant la leur, soignant les malades quand il n’y avait plus d’espoir ou apportant le réconfort aux cas les plus graves. Les Vérénéens choisissent leurs Âmes Vénérées parmi les plus respectés des érudits et des orateurs, tandis que les adeptes de Manann préfèrent les plus robustes des loups de mer qui ont survécu à d’innombrables périls sur les eaux déchaînées.

Les Âmes Vénérées forment des panthéons mineurs sous la bannière de leur divinité tutélaire, chacune représentant quelque événement historique ou quelque domaine bien précis. Il existe des Âmes Vénérées liées à la protection des enfants, aux martyrs militaires, au feu de l’âtre, à la prospérité des scribes, et d’innombrables autres domaines, dont certains sont si obscurs qu’ils frisent le ridicule. Il va sans dire que la grande majorité de ces Âmes Vénérées sont connues ou reconnues par les autres membres de leur culte, bien qu’il n’y en ait véritablement qu’une poignée auxquelles on fait régulièrement appel.

Voici des exemples d’Âmes Vénérées :

Adelbrecht Prock (Taal et Rhya)

Le culte de Taal et Rhya affirme qu’Adelbrecht parvint à nourrir un millier de paysans grâce à son talent pour trouver des ressources et de la nourriture. Il mourut peu de temps après, pris dans un piège à ours. Il rongea sa propre jambe pour s’échapper et saigna à mort après avoir parcouru quelques dizaines de mètres. Il est plus populaire à Küsel, mais on trouve des oratoires qui lui sont consacrés dans toute la partie nord-est du Talabecland.

Angus le Noir (Manann)

En tant que patron des marins perdus en mer, Angus le Noir est particulièrement populaire à Salkalten, où l’on raconte qu’en voyant un navire s’échouer près de la côte, il sauta à la mer et ramena tout l’équipage en sécurité à la nage. Il mourut trois semaines plus tard de la tuberculose.

Dieter le Juste (Véréna)

Dieter accéda au statut d’Âme Vénérée après ses audacieux efforts pour exposer au grand jour et détruire l’organisation criminelle de Huyderman à Nuln. Ignorant les menaces de mort et méprisant les autres procureurs qui l’abandonnaient à mesure que son affaire tenait de moins en moins debout, il finit par être retrouvé assassiné dans ses appartements, la langue distendue et clouée au front. Il fut canonisé vingt ans plus tard.

Eckhardt le Brave (Sigmar)

La ville d’Übersreik rend hommage à son Âme Vénérée personnelle chaque année en exécutant publiquement un criminel sur la grande place. La victime est marquée au fer du symbole de la comète à deux queues et placée dans une petite boîte contenant un essaim d’abeilles. Si la coutume paraît cruelle et sans nul doute inhabituelle aux autres Reiklanders, les habitants de la ville la pratiquent en mémoire d’Eckhardt, un juge itinérant qui mourut de la même façon en tentant de juger un célèbre hors-la-loi qui rôdait dans la Reikwald.

Gretchen la Chagrine (Mórr)

Il n’y eut que deux survivants à une attaque de Peaux-Vertes sur un village aujourd’hui oublié quelque part en Averland. Gretchen, qui était l’une des deux, savait quel était son devoir, et plutôt que de s’enfuir, elle pressa l’autre survivant de l’aider à enterrer les morts et à leur rendre les derniers hommages. Pendant trois semaines, tous deux travaillèrent sans relâche pour ensevelir les cadavres, mais ils n’avaient aucune nourriture puisque les ignobles Orques avaient pris ce qu’ils voulaient et brûlé le reste. Pour lui donner des forces, Gretchen découpa des morceaux de sa propre chair et les donna à manger à son compagnon. À la fin, quand le dernier cadavre fut enseveli, elle donna le reste de son corps à son compagnon afin que le monde sache ce qu’était vraiment le chagrin.

Guntar le Vif (Ranald)

Voleur particulièrement célèbre à Altdorf, Guntar le Vif affirmait de son vivant qu’il pouvait pénétrer où bon lui semblait. Un prêtre de Ranald paria avec l’arrogant jeune homme qu’il ne pourrait entrer dans le palais de l’Empereur et voler un baiser à l’Impératrice. Le garçon accepta et s’en fut. Quelques heures plus tard, le prêtre aperçut le voleur qui s’enfuyait à toutes jambes en descendant la rue, mais il avait sur la joue l’empreinte rose du baiser de l’Impératrice. Il fut pris et écartelé à l’aube.

Sigmund Zweiger (Véréna)

Ceux qui s’efforcent de suivre une carrière juridique conservent souvent des amulettes portant la marque de Sigmund Zweiger. C’est le patron des greffiers, car il en a été un lui-même. Bien qu’il soit mort avant d’avoir été élevé au statut de juriste, il joua un rôle primordial dans la révélation de l’existence d’une cellule d’adeptes du Chaos au sein du culte local de Véréna. Certains murmurent que les Vérénéens exécutèrent le héros et qu’ils n’en firent une Âme Vénérée qu’une fois tenaillés par le remords.

Ranalt Waldhauss (Taal et Rhya)

Pendant la Grande Guerre Contre le Chaos, un éclaireur parvint à traquer et à tuer trente hommes-bêtes qui ravageaient la ville de Bechafen. Comme il est tenu pour un héros par les pisteurs et les chasseurs solitaires, les autochtones ont depuis oublié qu’il fut tué dix ans après son exploit, après avoir été dénoncé comme mutant.


Champion des Dieux

Certains s’efforcent d’obéir à la lettre aux enseignements de leur divinité tutélaire dans l’espoir qu’eux aussi, un jour, rejoindront les rangs des Âmes Vénérées. Ironie du sort, ceux qui s’efforcent activement d’y parvenir ont bien peu de chances d’accéder à ce statut, et ce, parce que devenir une Âme Vénérée est extraordinairement difficile et implique invariablement le martyre de l’intéressé.

L’un des buts du Grand Conclave est de débattre et de choisir les nouvelles Âmes Vénérées officiellement reconnues par les cultes, et par conséquent par l’Empire. Pour faire partie de la liste, un candidat doit avoir accompli quelque acte de marque ou mené une vie d’absolue dévotion envers sa divinité. Le martyre est un facteur primordial dans la décision, car ce genre de mort prouve que le cultiste a péri en restant attaché à sa foi et à ses principes. On doit également disposer de preuves irréfutables que la personne en question a accompli une forme de miracle : il doit y avoir des témoins, des rapports écrits ou quelque preuve matérielle. Vérifier l’authenticité de ces miracles peut prendre des années, voire des décennies, et par conséquent, la plupart des Âmes Vénérées ne sont nommées que longtemps après leur mort. Il existe des cas extraordinairement rares de personnes vivantes portant ce titre, et cela se produit généralement sur leur lit de mort. De plus, le Grand Conclave doit être unanime dans sa décision de nommer une nouvelle Âme Vénérée. Étant donné les nombreuses implications politiques et religieuses qu’impose la nomination d’un individu qui ne bénéficie pas d’un soutien unanime, les membres du Grand Conclave sont extrêmement prudents dans leur vote.

Un candidat est généralement soumis au vote à cause d’une pression et d’un dévouement publics irrésistibles. Si les prêtres invoquent en permanence le nom d’un cultiste qui incarne les préceptes de leur Dieu, les supérieurs du culte finiront par les entendre et par présenter ce nom au Grand Conclave. Une fois encore, ce genre de pétition peut mettre des années à porter ses fruits, et compte tenu de la nature inconstante des habitants de l’Empire, la popularité d’un individu peut fort bien ne pas résister assez longtemps pour lui donner le temps d’être choisi en tant qu’Âme Vénérée.

Dieu Mineur ou Âme Vénérée ?

Il y a de quoi se perdre entre tous les Dieux Majeurs, Dieux Mineurs et Âmes Vénérées de l’Empire. Celui que l’on voit comme un Dieu mineur dans une province de l’Empire pourra n’être considéré au mieux que comme une "simple" Âme Vénérée à d’autres endroits, et comme un simple aspect d’un des Dieux principaux ailleurs. Pour les voyageurs, les différents degrés de vénération des entités et des personnes peuvent causer une considérable confusion, d’autant que les prêtres des divers cultes ne sont pas d’un grand secours en la matière.

Si quelqu’un désire sérieusement obtenir une réponse claire et nette, une option consiste pour lui à se rendre au temple de Véréna à Altdorf. Dans son immense bibliothèque remplie de lourds volumes et de parchemins se trouve consignée une liste exhaustive de toutes les Âmes Vénérées reconnues. Ce sont les personnages "officiellement" reconnus par l’Empire, et on n’y trouvera peut-être pas certains individus vénérés et respectés par les gens du peuple qui n’ont pas encore été reconnus par le Grand Conclave des Cultistes. Pour avoir l’autorisation de consulter ces archives officielles, il faut cependant disposer de bons appuis ; les prêtres n’ont pas très envie de voir n’importe qui feuilleter les textes sacrés.

Source

  • Warhammer JdR - Le Tome de la Rédemption